14 courts métrages

pelle jusqu'à ce que la mort nous sépare

La Bretagne est une terre de courts métrages, avec son Festival européen du film court, sa Fête du court métrage, son concours Estran qui accompagne de jeunes réalisateurs dans leur premier projet…

Les paysages du littoral inspirent les cinéastes, qu'ils fassent du cinéma de fiction ou de l’expérimental, et Rennes est un foyer de production de films d’animation.

Voici donc notre page dédiée aux courts métrages avec une première sélection de 14 œuvres. La liste n'aura de cesse de s'allonger.

Court métrage Quidam

Tourné en 2010, le court métrage Quidam vous plonge dans son univers décalé et cocasse. Las de tourner en rond dans le petit studio qu'il habite depuis sa séparation, un homme ordinaire décide d'aller au café du coin. Il y rencontre Charles, qui en le confondant avec un autre, lui donne l'opportunité d'endosser une autre identité. Il prend gout à ce jeu de rôle et deviendra tour à tour Michel, Bernard, etc, confident de ceux qui en ont besoin. Jusqu'où tout cela le mènera t-il ? Découvrez-le en 17 minutes.
Pour en savoir plus sur cette réalisation de Gaël Naizet et en découvrir d'autres du même réalisateur, rendez-vous sur la page KuB consacrée !

La fin du monde

Paradoxalement gardiens d’un temple capitaliste dont ils ne cautionnent pas la consommation abusive, Alice et Serge se retrouvent bloqués un soir de décembre dans un supermarché. Et si une simple coupure de courant causait l’arrêt net d’une société ? C'est un enchainement d'évènements inhabituels qui sème la panique chez les clients. Alors que les caissières profitent du système, les vigiles mettent tout en œuvre pour assurer la sécurité du personnel.

Scénario absurde imaginé par le Michael Havenith, La fin du monde est inspiré des films catastrophes de Tati. Investi et touché par la protection de l’environnement, le réalisateur a souhaité cibler des pratiques contraires à la préservation de l’environnement. Rendez-vous sur cette page pour visionner La fin du monde, un court-métrage entre humour et cataclysme.

Le syndrome du carambar

Emménagement est souvent synonyme de soucis, parfois temporaires mais parfois plus difficiles à gérer. Le syndrome du Carambar est une comédie loufoque imaginée par Gaël Naizet. Encore un des meilleurs courts métrages du réalisateur, cette production est placée sous le signe de l’absurde. Aidé de son dictionnaire des péniches, le père Grall compte bien révolutionner le monde de l’architecture. Borné dans ses idées, il remet totalement en question le système métrique.

Le scénario a été écrit dans le cadre d’un concours qui avait pour thème : refaire le monde en dix minutes. Le contrat est rempli pour ce court-métrage étonnant et intriguant. Il nous amène même à prolonger le questionnement au dela du générique de fin. À travers une véritable problématique, Gaël Naizet installe le doute dans les esprits… Découvrez un film burlesque sur cette page.

T'es con Simon

T’es con Simon, c’est une prise de conscience au sein d’une famille désemparée. Produit dans le cadre d’Estran 6, ce court-métrage allie le jeu parfait des comédiens à un scénario à la thématique délicate.

Réchappé d’une tentative de suicide, Simon est pris en charge à l’hôpital et sa famille vient lui rendre visite. Guidé par ses sentiments, le grand-père de Simon va enfin s’épancher pour alléger la peine de son petit fils. Celui qui a vécu tente de convaincre le plus jeune que la vie vaut la peine d'être vécue. Les liens naissent entre les deux générations et permettent de revenir sur les raisons du geste désespéré.

Claire Barrault a créé ici une œuvre cinématographique pleine de sensibilité. Retrouvez cette réalisation touchante, sur cette page.

Court métrage Mer

Mer est le quatrième court métrage du réalisateur Olivier Broudeur. Il nous y fait partager sa passion de la nage en mer, qu'il a pratiquée durant 30 années avec son frère jumeau, personnage principal du film. Durant 13 minutes, vous suivrez le périple d'un homme qui nage dans la mer avec force, loin de toute civilisation, en luttant constamment contre les éléments. D'où vient-il ? Va-t-il atteindre son but sans dommage ? Telles sont les questions qui se posent au visionnage de ce film sans paroles, récompensé en 2017 pour sa composition sonore par le jury du festival de court métrage Coté Court.
Plus de détails sur ce film par ici.

Court métrage Putain

Découvrez l'envers du décor d'un plateau de tournage grâce au court métrage Putain, dont on doit l'entière réalisation à Jules Raillard. La scène paraît simple à tourner : un comédien doit se prendre une balle dans l'épaule et simuler la chute qui s'ensuit. Mais c'est sans compter les nombreuses interventions d'un conseiller en cascades qui empêchera malgré lui le tournage, mettant les nerfs des techniciens à vif. Ce film de format court sent le vécu ! Soutenu par le CNC, il a été sélectionné au Festival du film court de Brest, à Dakar, Berlin et Los Angeles.
Plus d'informations sur ce court énervé par ici !

2 ou 3 choses que je sais sur la Bretagne

Ce court métrage d'animation, réalisé par Bruce Krebs et Mireille Boucard, est un véritable patchwork destiné à présenter la culture, la vie et l'histoire de la Bretagne. Vous découvrirez ce territoire autrement, par des effets de morphing appliqués à des dessins ! La Bigoudène et sa harpe celtique se transforment en Amoco Cadiz, la manifestation anti-centrale nucléaire en marée noire, etc. Tous les symboles de la Bretagne y sont recensés.
Et pour survoler à dos de mouette encore plus de la Bretagne à travers cette réalisation, c'est par ici !

Ma maison

D’année en année, les maisons s’imprègnent de la vie qu'on y a passé, les souvenirs restent et les prochains occupants referont revivre les murs à leur tours, pour créer de nouveaux souvenirs. Le court-métrage Ma maison, c’est le retour aux sources d’un homme dans le logement qui a abrité ses rêves et illusions d’enfants. C’est d’un pas hésitant qu’il franchit le pas de la porte, bien décidé à faire table rase du passé. Mais le passé parfois s'accroche.

Film émouvant, Ma maison retrace une vie de famille à travers une sélection de photos. Adaptation du roman La vie sans ligne d’horizon, la réalisatrice a souhaité mettre en lumière l’anxiété et la psychologie. Le nez dans les albums, cet homme torturé par sa relation avec sa mère perd pied dans une maison vide de sens. Visionnez un projet plusieurs fois sélectionné en festivals sur cette page

Un soir de mars

Un soir de mars, ce sont des histoires croisées de marins au grand cœur, parfois un peu perdus. C’est dans un bistrot qu’ils se retrouvent pour faire le point sur leurs vies. Ce soir là, entre bagarres et altercations, la tension est palpable. Dans une soirée pourtant réjouissante où s’enchaînent les verres et les plaisanteries, le monde s’écroule pour Samir à la minute où le téléphone sonne. Il le sait, plus rien ne sera comme avant.

Ce court-métrage retrace la dure réalité de la vie des marins et de leurs proches. Un soir de mars est un film réaliste où l’inquiétude imprègne le spectateur. Le réalisateur a souhaité prendre en considération la vie des familles de ceux meurent au front. Retrouvez cette production cinématographique inspirée de la vie militaire par ici.

Court métrage La fuite

Le court métrage La fuite est une fiction expérimentale d'une durée de 7 minutes, que l'on doit au jeune réalisateur Damien Stein. Projetée pour la première fois en 2015, cette œuvre courte, au scénario bien ficelé, vous plonge dans l'univers du roman-photo. Laissez-vous emporter par la voix de Fabrice Drouelle, qui narre la vie d'un jeu homme perdu. Le vent tourne pour Dorian, abandonné par tous.

Découvrez la nouvelle de Damien Stein à l'origine de ce court-métrage en visitant la page dédiée !

Court métrage MOI

MOI, le court métrage d'une durée de 2 minutes, réalisé par Gaël Bernard et Pauline Goasmat en 2013, porte bien son nom ! Narcisse, victime de son manque de reconnaissance sur les réseaux sociaux, décide de s'accaparer l'image des autres pour pouvoir enfin exister et être reconnu. Ce film au format court, mélange de fiction et de biographie, donne une vision originale et crue des ravages des réseaux sociaux. Quand la vie numérique surpasse la vie réelle et qu'elle devient la seule qui compte...
Et pour en savoir plus sur court-métrage coup de poing : c'est par ici !

Gast

Gast est un court-métrage drôle et décalé. Diffusée pour la première fois en 2015, cette œuvre courte de 3 minutes, filmée façon western de cinéma, rejoue toujours la même scène, mais avec des scénarios et des fins qui diffèrents. L'intrigue se déroule en Bretagne, à la campagne, dans une ferme. Quant aux personnages principaux, qui oscillent entre truands de pacotille et gentils losers, ils sont tout droit sortis de l'imagination des réalisateurs Gaël Bernard et Pauline Goasmat et ne manqueront pas de vous amuser.
Visitez la page dédiée pour tout savoir de cette réalisation.

Une boîte de raviolis

Une boîte de raviolis, un titre léger si on s'en réfère au contenu de ce court métrage, réalisé par Pauline Goasmat et diffusé pour la première fois en 2018. Bercée une musique des années 80, Nîm semble seule au monde, survivante d'un apocalypse invisible. À la recherche de l'origine de cette musique et en quête d'une quelconque trace de vie, elle parcourt la campagne inquiétante. Il est question de survie et de solitude dans cette intrigue entièrement jouée par des enfants.
Tous les détails de ce court-métrage sur la page dédiée.

Écriture en cours

Projeté pour la première fois en 2016, le court métrage expérimental Écriture en cours nous vient du jeune réalisateur Grégoire Baujat. Validé par le CNC, ce premier film a obtenu le 3ème Prix du public du Festival Nikon. Il aborde avec légèreté la difficulté qu'ont deux frères à écrire un scénario crédible et à réaliser un court métrage dans de bonnes conditions en vivant toujours chez maman. Ce film court qui alterne des scènes du quotidien et de cinéma, aborde également, en toute subtilité, les thèmes de l'amitié et de la maternité, qui sont chers à l'auteur.
Tous les détails sur ce film par ici.

Je suis hors de contrôle

Jérémy Breut a voulu mettre en avant l’impertinence dans ce court-métrage déjanté. Je suis hors de contrôle c’est l’histoire de deux frères qui s'entrainent dans le délire et le fou rire sans réussir à se contenir. Comme des enfants espiègles, ils sont ingérables en repas de famille, perturbent les discussions et sèment la zizanie autour d'eux.

En riant de tout, même des événements les plus dramatiques, le duo va mettre de côté les plus funestes pensées. D’après eux, le dénouement ne se doit pas d’être forcément tragique. Traités avec humour dans des productions cinématographiques, les sujets délicats permettent de prendre du recul. La morale de ce film est évidente : tout ne doit pas être pris au sérieux ! Riez de tout avec Jérémy Breut dans Je suis hors de contrôle sur cette page

Quinze kilomètres trois

Retrouvez ici la bande annonce de cette oeuvre (les droits de diffusion sur KuB sont arrivés à échéance).

Le scénario de ce court métrage réalisé par Stéphane Mercurio en 2014 est tiré d'une histoire vraie. Le suicide chez les adolescents est une thématique délicate abordée ici à la façon d'un faux documentaire. Durant 22 minutes, on alterne entre le périple de deux jeunes filles dont on a du mal à imaginer qu'elles vont commettre l'impensable et les témoignages de leurs proches, incrédules face à ce qu'elles ont fait. C'est un court-métrage poignant qui soulève des questions sur l'incompréhension entre les générations.
Pour tout comprendre de cette réalisation, rendez-vous sur la page consacrée sur KuB.

Au cœur des ombres

Retrouvez ici la bande annonce de cette oeuvre (les droits de diffusion sur KuB sont arrivés à échéance).

Au cœur des ombres est une fiction qui rend hommage aux films noirs des années 40. Ce court métrage allie à merveille les techniques d'animation stop-motion et la pixilation pour vous emmener dans un univers surréaliste, où une femme part à la recherche d'un cœur volé, dans un monde où l'ont peut capturer le cœur d'autrui pour l'enfermer dans un coffre-fort...

Bourré d'effets spéciaux et regorgeant d'interactions magiques entre les acteurs et les décors qui les entourent, ce film court, dont on doit la réalisation à deux maîtresses du genre, Alice Guimarães et Monica Santos, a fait partie de la sélection pour le César du meilleur court métrage d'animation en 2019.
Rendez-vous ici pour en savoir plus sur toute la technique de cette réalisation et retrouver l'avis du journaliste François Angelier !

COMMENTAIRES