Mer

mer-nageur-cover.jpg

Mer s’inscrit dans une série initiée et produite par Olivier Bourbeillon sur le thème du combat. La réponse du réalisateur Olivier Broudeur se formule en quelques plans, muets, où il montre son frère, son double, affrontant les remous de l’océan, à mains nues.

Le film sidère par son épure stylistique, la beauté de ses plans. La situation est à la fois simple – un homme nage dans la mer – et anormale : il semble seul, loin de toute plage, face à des rochers hostiles sur lesquels il manque d’être drossé.

Ce récit dépouillé résonne comme une allégorie : le combat d’un individu pour sa survie, face à des forces qui le dépassent.

MER

par Olivier Broudeur (2016 – 13’)

Un homme nage.
Il va être confronté à la nature sous toutes ses formes…

un film produit par >>> Olivier Bourbeillon, Paris-Brest Production

Habiter le silence

INTENTION
nageur tempête mer

par Olivier Broudeur

La natation en mer a été la pratique et l’idéal de ma vie pendant 30 ans. Nager d’île en île, de côte en côte, des heures, des journées entières, était ma grande joie et celle de mon frère jumeau, Claude.
Un jour, le 19 août 2009, je me suis blessé dans un torrent de montagne. C’était terminé. Mais Claude a continué.
J’ai alors vécu la natation par lui, par procuration. Et j’ai commencé à faire du cinéma.
Claude se remet aujourd’hui d’un cancer. Depuis quelques semaines, il nage de nouveau, avec la même énergie que naguère.
Pour nous j’ai écrit cela. Mer est notre chant.
Je suis derrière la caméra, il est devant. C’est un film simple dans l’écriture, mais complexe dans la réalisation. La lumière, la plus exacte possible, doit rendre la beauté des paysages marins de la côte nord du Finistère. Aurélien Marra, chef opérateur aussi jeune que talentueux, m'a aidé à cela.


Le son, composé par Ress A. Sser, artiste de musique concrète, est proche de la bioacoustique de Bernie Krause. Les bruits de la nature et de la nage sont réorchestrés pour obtenir une mélodie tantôt harmonieuse tantôt chaotique.
Le cadrage est, techniquement, une entreprise exigeante. Je ne suis pas inquiet sur le filmage des animaux. Je connais les endroits marins où il suffit d’immerger la caméra pour trouver un enchantement de vie.

La principale difficulté s'est situé dans la partie "tempête". Si la houle n’est pas inquiétante - en filmant en plan serré, l’impression de mouvement est très forte - la mer, en revanche, est sale sous les orages. La visibilité est très réduite. Nous avons donc, pour cette partie des plans sous-marins, eu recours à des images virtuelles. Il a fallu tourner en piscine, innover. Nous travaillons sur cette question avec Aurélien. Océanopolis, à Brest, nous a alloué un bassin.
Nous sommes allés plus loin que nous ne l'avons déjà fait dans l’intimité, au cœur d’un animisme - plus que d’un panthéisme : rendre l’homme précaire et animal, personnaliser la mer. Nous continuons ainsi d'explorer les immenses possibilités formelles du court métrage qui reste un espace de liberté et de création unique et essentiel.
Traverser les espaces.
Habiter le silence.
S’en remettre à la beauté du monde.

Sonoriser le film

Pierre Vivet est l'ingénieur du son et monteur son de Mer, il témoigne de son expérience.

Étant donné la difficulté de mener de front une prise de vue très technique et un enregistrement sonore optimum, nous avions renoncé avec Olivier Broudeur à capter le son sur le tournage. Nous avons donc tout reconstruit en post-production. J’ai réalisé des prises de son spécifiques ainsi que le montage son de l’ensemble du film. Ayant une certaine pratique du film maritime, j’y ai intégré certains enregistrements de ma sonothèque personnelle. Florian Fabre a bruité le film et Samuel Mittelman l’a mixé. Ress Asser a composé à partir de mes sons une partition musicale étonnante, notamment pour le premier plan du film. Pour ce travail dont nous sommes particulièrement fiers, nous avons été récompensés au festival Coté Court à Pantin en 2017 par le Prix Renard pour la meilleure composition sonore.

La nature humaine

PRODUCTION
allonge-dans-l'herbe-mer

par Olivier Bourbeillon

Mer est muet de toute parole humaine, mais plein des sons de nature. Il y a toujours la notion de force dans les films d’Olivier Broudeur. Il en faut pour être cinéaste.
Là il s’est agit de faire un film largement métaphysique où l’homme est confronté à la nature. Sa nature ? Un film symphonique avec un homme, la mer, les oiseaux, les poissons. Tout fait corps, et le risque de rupture est permanent, c’est la seule dramaturgie du film.
Comment lutter contre les éléments. Comment vivre ?

Son frère, jumeau de surcroît, est le personnage principal du film. Un défi tout autant qu’une preuve d’amitié.
Un film difficile à faire, la mer étant un acteur indomptable. La notion de dépassement y est constante. Il a fallu un grand chef opérateur, des effets numériques, un spécialiste de la prise de vue sous-marine. C’est un film court mais nécessitant d’assez gros moyens. Comme on dit parfois : voici du cinéma bigger than the life.
Tel a été l’enjeu du film.

OLIVIER BROUDEUR

BIOGRAPHIE
broudeur Olivier réalisateur MER

Olivier Broudeur est diplômé en philosophie et en ethnologie. En 2007, avec son co-scénariste et co-réalisateur Anthony Quéré, il est l'un des lauréats du concours Estran et réalise son premier film Erémia-Erèmia qui a remporté le prix spécial du jury au festival de Clermont-Ferrand. Suivront cinq autres courts métrages ; les derniers écrits et réalisés en solo. Mer est sa quatrième réalisation. Il vient d'achever Pamela hag Alice, film en breton et anglais, et le pilote d'une série co-écrite avec Thierry Bourcy, Les Portes du Vent. Il travaille en ce moment sur une suite de Mer, sur un autre film en breton, anglais et français La Chasse au Sanglier et sur un projet de long métrage.

CRÉDITS

réalisation Olivier Broudeur
acteur Claude Broudeur
assistant réalisateur Thierry Salvert
chef opérateur Aurélien Marra
régie générale Stéphane Philippe
machinistes Fabrice Pussel et Philippe Mourier

partition sonore Ress Asser
son et montage son Pierre Albert Vivet
acteur bruitage Laurent Papot
bruiteur Florian Fabre
mix Samuel Mittelman
montage Nico Peltier
étalonnage Pascal Nowak- cosmodigital
effets spéciaux numériques Romain Charoy

production Paris-Brest Productions

avec le soutien de Tébéo, Tébésud, TVR, de la Région Bretagne et du CNC

Artistes cités sur cette page

broudeur Olivier réalisateur MER

Olivier Broudeur

ESPACE PARTICIPATIF

    KuB vous recommande