La fuite

La fuite damien stein court métrage

Désordre

Avec Carnet de voyage, Damien Stein avait déjà exprimé son goût pour le montage-collage de vidéos. À peine achevé Ce qui se joue la nuit, le voilà qui nous embarque dans l’histoire d’une rupture, dit-il. Celle d’une disparition plutôt : une femme s’éclipse de la vie d’un homme. À moins qu’il ne s’agisse d’un désordre mental qui gagne sur le réel. Tandis que les Twin Towers s’effondrent sur l'écran de télévision, les meubles de l’appartement entament une lente migration… La cerise sur ce gâteau kafkaïen c’est le narrateur, que Stein est allé chercher à France Inter : Fabrice Drouelle, le conteur d’Affaires sensibles, une émission quotidienne qui retrace de grandes affaires sur un ton d’intrigue policière. 

Tout cela est finement mené par un réalisateur qui poursuit son exploration des possibles du cinéma.

LA FUITE

un film de Damien Stein (2017- 7’)

fête du court  côte ouest

Histoire d’une rupture

INTENTION
Au départ, j’avais écrit une nouvelle, dans une atmosphère d'inquiétante étrangeté, en référence à Kafka. 

Quelques années plus tard, l'intervention d'un scénariste m'a aiguillé vers un roman-photo. Un genre rarement utilisé, mais avec à son crédit deux des plus beaux courts métrages que je connaisse, par deux de mes cinéastes fétiches : Colloque de chiens de Raoul Ruiz et La Jetée de Chris Marker.
Cette contrainte de la fixité, nous l'avons légèrement contournée en faisant un peu d'animation, mais aussi et surtout grâce au son, qui prend un sens particulier. La post-production son a été conséquente car nous voulions recréer la fluidité de la narration par un déroulement audio classique.
Puis s'est imposée la recherche de la voix-off adéquate. Je la voulais profonde et narrative. Durant le développement du projet était une voix, quotidienne : Affaires sensibles sur France Inter. Et son présentateur, Fabrice Drouelle, qui devint ma voix-off.
Au bout du compte il y a un film, autoproduit, comme souvent dans le cas d'une histoire qu'on veut raconter rapidement, sans s'imposer les délais de la production classique.

La nouvelle de Damien Stein

Dorian vivait dans un appartement au centre d’une petite ville pas très animée. Sa vie approchait d’un nouveau tournant : son couple, cinq ans d’âge, allait bientôt prendre fin.
Un matin, Dorian se leva sans se rendre compte que tous les meubles de l’appartement avaient bougé de quelques centimètres. Trois tout au plus. Sa journée passa sans encombre.
C’est le lendemain qu’il réalisa que les meubles du salon avaient été déplacés. Il posa la main sur le canapé, au centre de la pièce, et en repoussa un coin à sa place initiale. Il fronça les sourcils un instant, puis se dirigea dans la cuisine où les meubles avaient subi le même traitement. Il se baissa, et au pied de la gazinière il observa une trace qu’il estima à cinq centimètres, tout au plus.

Lire la suite de la nouvelle

CRÉDITS

réalisé par     Damien Stein
voix off      Fabrice Drouelle
scénario      Quentin Leneveu, d’après la nouvelle de Damien Stein
image      Gildas Raffenel
prise de son      Kleber Guillemot

post prod image      Martin Joly
montage, musique, sound design      Damien Stein
montage son & mixage      Orian Tournafol
assistant réal      Quentin Leneveu
traduction      Colin Maudry

avec     Antojo Otero, Nora Khalloul, Isabeau Legrel, Cécile Foglio, Aziliz Raffenel, Martin Joly, Clémentine Constantin

Artistes cités sur cette page

damien stein kaviar special

Damien Stein

ESPACE PARTICIPATIF

    KuB vous recommande