Nos 11 meilleurs films d’amour

COVER VAMPIRE moonkup

Quelles sont les manifestations de l’amour ? L’attirance et le désir ? La flamme de la passion ? La tendresse et l’affection ? Est-on jaloux parce que l’on est amoureux ? Toutes questions qui restent en suspens et produisent depuis l’aube de l’humanité toutes sortes de récits. Voici notre sélection des 11 meilleurs films d'amour à voir sur KuB !

Danse, Poussin.

Ce court-métrage de Clémence Dirmeikis est centré sur deux beaux personnages féminins : Louise, une petite fille de huit ans, et sa mère Marianne avec laquelle elle partage une relation fusionnelle. D’une grande tendresse, ce film de 13 minutes nous donne à voir leur relation avec beaucoup d’émotion et de simplicité. Toutes deux vont s’éloigner cependant, pendant une soirée de fest-noz où Marianne se laisse charmer par un danseur à la beauté troublante…

Plein de délicatesse, ce court-métrage se veut avant tout comme un film d'amour raconté à hauteur d’enfant. C’est par les yeux de Louise (interprétée avec un grand naturel par la jeune Shaïna Lagadec-Livolant) que nous voyons cette histoire. Exprimant les désirs comme les sentiments, la danse joue ici un rôle fondamental. La musique du film a été composée pour l’occasion par un groupe breton, le Yann-Fañch Kemener Trio. Montré lors de nombreux festivals à travers le monde, ce court-métrage sensible et attachant constitue une indéniable réussite.
Plus d'infos sur la réalisation de ce court-métrage sur la page consacrée !

Breizh Erotik

Qui a dit que les films d'amour ne relevaient que du domaine de la fiction ? Ce documentaire réalisé par Roland Thépot donne à voir, par une série de témoignages, le parcours amoureux et sexuel d’une femme utilisant la langue bretonne. Dans une culture marquée traditionnellement par une grande pudibonderie, chercher à parler d’attirance et de sexualité n’est pas toujours aisé. Le réalisateur prend le contrepoint de cette idée en évoquant la sensualité comme le rapport au corps.

Pour cela, de nombreux témoignages sont proposés dont ceux de la chanteuse Nolwenn Korbel, du cinéaste Yann Herle et de l’écrivain Yvon Le Men, tous imprégnés par la culture bretonne. Pour évoquer la question du sexe et des tabous, Breizh Erotik présente également des chansons d’amour et des dessins érotiques, bien loin de la Bretagne austère et dévote que l’on s’imagine parfois. Sincère et malicieux, drôle et instructif, ce film parvient à traiter de particularismes régionaux avec une portée universelle.

Si vous voulez en savoir plus sur la réalisation de ce documentaire, rendez-vous sur la page consacrée !

La formidable histoire de Bernard Darieux

C'est l’histoire d’un vieux professeur original, Bernard Darieux, épris de son élève Mélanie. À la croisée des univers burlesques de Jacques Tati et de Quentin Dupieux, ce film de 15 minutes, plein de joie et de couleurs, se démarque par son côté bienveillant et lumineux. Les deux protagonistes de l’histoire vont apprendre à se connaître à travers la danse, sur fond de musique rock typique des années 1960.

La formidable histoire de Bernard Darieux est un film d'amour platonique à la fantaisie revendiquée, doté d’une belle qualité d’écriture et de mise en scène. Relatant une étonnante histoire d’amitié, ce film de fin d’études se montre volontiers absurde, enchaînant les situations cocasses avec rythme et légèreté.

Pour tout savoir des intentions de réalisation de Léo Le Breton pour ce film, cliquez ici !

Moonkup, les noces d’Hémophile

Conjuguer film d'amour et genre fantastique n’est pas courant dans le monde de la fiction française. Avec ce court-métrage inventif, dynamique et étonnant, Pierre Mazingarbe relève pourtant haut la main le défi. Dans un univers où les humains et les vampires cohabitent, la thématique du sang (y compris menstruel) revêt une importance capitale… Pouvant être vu comme un film fantastique féministe, teinté d’humour et d’érotisme, cette réalisation sort incontestablement des sentiers battus.

Autour de deux personnages féminins attachants, la rebelle Éva et sa sœur Hémophile promise à un mariage arrangé, ce film d'amour au romantisme noir propose un cocktail détonant qui ravira sans aucun doute les amateurs de mélange des genres déjanté. Face aux injustices d’un système vérolé, c’est bien la force des femmes (dont leur pouvoir sexuel) qui est en mesure de faire changer les choses. Jeune réalisateur, Pierre Mazingarbe fait montre ici d’une imagination débordante pour donner vie à cet univers débridé. Pour tout savoir de cette réalisation, consultez la page dédiée au film !

La ville s’endormait

Récit d’une relation impossible, ode aux marginaux, vision poétique au réalisme cru, ce film d'amour en noir et blanc Thibault le Goff et Owen Morandeau est tout cela à la fois. Évoquant la passion comme la force des grands sentiments, il nous présente une épopée urbaine et nocturne se déroulant dans les rues de Saint-Brieuc.

Plein de maîtrise dans la mise en scène, le film nous dévoile une romance hors du commun, dans un monde interlope où les prostituées et les clochards se réapproprient la ville à la faveur de la nuit. Hymne aux laissés-pour-compte et aux amoureux transis, ce film passionné démontre l’inventivité et le culot de son duo de réalisateurs débutants. Alternant noirceur et mélancolie, le photographe Owen Morandeau et le metteur en scène Thibault Le Goff brillent par leur capacité à mélanger les genres avec brio. Une curiosité à découvrir et toutes les infos de cette réalisation à retrouver sur la page consacrée au film !

L’amour en boîte

Passer la Saint-Valentin seul, tel est le projet qui semble attendre le héros de ce court-métrage de 2 minutes 30. Réveil difficile, radio ressassant les éternels clichés du romantisme, rien n’épargne David, trentenaire désabusé. Tout bascule à l’arrivée d’une lettre, contenant une clé et une adresse : peut-être a-t-elle été envoyée par Cupidon lui-même ? Une aventure inattendue débute, qui mène notre protagoniste dans un local de boîtes postales, lieu de tous les possibles, où débute un jeu de piste dont l’issue ne manquera pas de surprendre…

Pour leur première réalisation, Léo Belaïsch et Victoire Joliff signent un joli film d'amour au scénario astucieux jusque dans sa chute. Avec ses multiples clés et serrures, l’histoire se déroule à un rythme effréné jusqu’à sa conclusion. Une vision douce-amère de l’amour et de ses promesses parfois déçues. Plus de détails de réalisation à retrouver sur la page consacrée au court-métrage.

Streetphilosophy – Amour

Une relation romantique est-elle encore possible aujourd’hui ? Comment définir les rapports de séduction à notre époque ? Les codes de la fidélité (et de l’infidélité) ont-ils changé à l’ère des réseaux sociaux ? Déambulant dans les rues de Berlin, Jonas Bosslet s’interroge et philosophe avec ses interlocuteurs sur tout ce qui fait le sentiment amoureux dans notre société contemporaine hyperconnectée.

Utilisant le biais de la réflexion philosophique pour nous amener à nous questionner sur nos comportements quotidiens, ce film d'amour compte de nombreuses interventions savoureuses. L’on pourra apprécier ainsi les points de vue de Sven et Flo, couple gay en vogue sur les réseaux sociaux, de la philosophe Nora Kreft et de l’artiste Daniel Hellmann. Abordant les théories de philosophes et de psychanalystes comme Harry Frankfurt et Erich Fromm, ce documentaire en forme de balade ludique ne manque pas d’intérêt.

Tard sur le port

Film d'amour sulfureux inspiré par la vie et la mort du grand Pier Paolo Pasolini, ce court-métrage a pour héros un adolescent de 17 ans, Rainette, qui partage sa vie entre l’apprentissage de la boxe et ses errances nocturnes dans les rues de Brest, en quête de nouvelles rencontres passionnées. Embauché pour un contrat louche, il est prêt à tout pour s’enrichir rapidement.

Parfaitement rythmé, Tard sur le port est un court-métrage témoignant de la grande assurance de son réalisateur en dépit de son jeune âge. Tour à tour fiévreux et inquiétant, avec ses dialogues ciselés et sa musique au cordeau, le film possède une tension dramatique de tous les instants qui à aucun moment ne faiblit. Maël Diraison démontre à la fois sa maîtrise formelle et son amour du cinéma. Rendez-vous sur la page dédiée au film pour en savoir davantage sur sa réalisation !

Matin

L’histoire passionnelle d’un couple peut-elle être résumée en à peine cinq minutes ? Par quelles images définit-on l’intimité, l’attachement et la volupté au cœur d’une romance ? Le réalisateur Jérôme Clément-Wilz répond à ces différentes questions avec une grâce remarquable à l’aide de ce clip venant accompagner le morceau du groupe Odezenne. La passion amoureuse entre un marin pêcheur et sa bien-aimée est montrée de manière crue et délicate à la fois. La fusion des corps comme le bonheur de la liberté apparaissent avec un naturel rare.

Véritable court-métrage sur la passion, le clip offre un regard tendre et décomplexé sur une idylle simple, réduite au cadre tantôt exigu d’une cabane de pêcheur et tantôt immense de l’océan. Volontiers romanesque, cette vision du couple se marie à la perfection avec la douceur de la musique des Bordelais d’Odezenne. A la faveur de plans rapides et langoureux, captés au plus près des peaux, ce petit film d'amour de Jérôme Clément-Wilz se démarque par son infinie délicatesse de même que par le charme de ses deux interprètes. Retrouvez plus d'informations et une chronique du clip à retrouver par ici !

La somme de nos amours

Film d'amour centré sur la mémoire, ce documentaire est consacré à la vie sentimentale de Marie-Claude, tenancière d’un bistrot, jadis à Mellionnec, un petit village des Côtes-d’Armor. Quelques mots suffisent à retracer sa relation de longue date avec son mari disparu. Débutée durant leur enfance, cette relation est retranscrite ici par des mots et des gestes simples, sans déclaration enfiévrée, mais avec une pudeur et une vérité extrêmes. Du premier baiser aux souvenirs communs, cette amourette devenue relation d’une vie entière est racontée avec une grande sensibilité.

Récit d’un bonheur conjugal sans faille, ce film traverse le temps au fil de la mémoire de son héroïne. Abordant tour à tour la fidélité, l’affection, la séparation et la solitude, ce film documentaire de Salomé Laloux-Bard en dit beaucoup sur ce que cela fait d’aimer tout au long d’une vie. D’une absolue sincérité, sans jamais se départir de son émotion, ce court-métrage est un témoignage intime et sensoriel à la fois. Retrouvez sur KuB toutes les informations sur Marie-Claude et la réalisation de La somme de nos amour.

Love

Film d’animation, sans paroles, d’une poésie rare, ouvrant grand les portes de l’imaginaire… un univers féérique peuplé de créatures fantastiques, équines ou félines, issues des éléments ou des planètes.

Love, un court métrage en trois temps, est un hymne à l’émotion à travers le destin de ces créatures étonnantes et fascinantes. La réalisatrice hongroise Réka Bucsi tente d’exprimer quelque chose de nouveau sur un sentiment universel, l’amour, maintes fois exploré par le cinéma. Quelles sont les sensations, les ressentis quand apparaît l’amour ? Les personnages de Love proposent un début de réponse.

ESPACE PARTICIPATIF