Travel far

cover leila & the koalas Travel Far

Traverser. Glisser d’un instant à l’autre, de vallons en vallées, suivre la voix de Leïla de pics en méandres...
Pour suivre les accords folk de Leïla and the koalas, François Langlais a donné carte blanche au danseur Seth Ngaba. Mêlant danse contemporaine et hip hop, il se mue en fil conducteur du clip Travel Far issu de l’album In the mountains. Un instant de fraîcheur à s’accorder.

Dans une déambulation d’abord heurtée, longeant les murs d’un entrepôt, empruntant la passerelle d’une usine, le danseur - squelette et musculature - est progressivement envahi par cet environnement, provoquant des balancements dont il ne semble pas maître.


Ces errements vont parfois jusqu’à perturber son avancée dans ce décor industriel. Il est un pantin aux mains d’une force invisible. Un emportement qui perturbe le travelling un cours instant, avant que le danseur ne reprenne le dessus. Le rythme de cette déambulation le mènera à une porte, la jonction avec un autre monde, un autre paysage, sauvage, qui libère ses mouvements dans une danse légère, fluide, planante.

Avec Travel Far, Leïla and the Koalas offrent à leur univers une danse en pleine liberté, une chaîne d’images épurées au service de leur musique. Une esthétique simple et efficace pour capter l’intensité de ce morceau, un savant mélange d’audace et sensibilité.

TRAVEL FAR

un clip réalisé par François Langlais (2018 - 5’04)

Une danse de l’introspection

INTENTION
image cover leila and the koalas

par François Langlais

Ce film, c'est l'histoire du cheminement de tout un chacun. Incarné par Seth, le danseur qui, à travers ces portes, portails vers les différentes dimensions de sa conscience, suit l'invitation de la roue du Dharma (qui représente le cycle sans fin de la naissance et de la renaissance chez les bouddhistes) à grandir et se libérer.

D'abord la danse vient le confronter. Telle une pensée parasite, un questionnement dont il n'est pas à l'origine, elle vient le mettre en mouvement malgré lui, le pousse à l’introspection par le mouvement.


Alors, il quitte le monde des hommes pour rentrer dans son univers intérieur et se confronter à ce qui se cache au creux de ses tripes et de son crâne. Il se confronte à lui-même et ce qu'il ne comprend pas à travers la danse. Dans cet endroit refermé et étriqué, il exorcise ce qui le retient et le limite. Une fois ce processus terminé, il peut rejoindre le monde extérieur.

Dans la forêt, c'est un personnage libéré des contingences de l'existence et du poids du passé qui s'exprime et se déplace. Les mouvements ne sont plus limités. Sa danse reflète sa personnalité profonde, ce qu'il a de meilleur à exprimer dans l'existence. Le monde extérieur n'est plus perçu comme un obstacle, mais comme un mobilier avec lequel composer, depuis lequel se projeter, danser, faire partir un mouvement, une intention spontanée.

À la fin de son solo, les mouvements ralentissent. La sérénité l'envahit. Il n'y a plus besoin de bouger. C'est la fin du cycle. Il rejoint ce qui le précède et ce qui lui survivra.

LEÏLA & KOALAS

BIOGRAPHIE
leïla the koalas bio

Inspirés par leurs voyages au cœur de l'Amérique, Leïla & the koalas sont revenus chargés de mélodies aux accents folk traditionnels et aux inspirations bluegrass, tout en puisant dans les racines gospel. La musique enthousiasmante et jubilatoire qui en ressort est colorée, métissée, solaire. Instinctivement, instantanément, les histoires qu'ils nous racontent viennent toucher au cœur - là où la voix, pure et profonde, révélée par de subtiles harmonies, réveille des émotions universelles.

Voix, contrebasse, guitare et banjo s'épousent autour de mélodies authentiques. Ils proposent une musique nourrie d'amitié et de complicité, entre eux comme avec le public. La voix unique et chaleureuse de Leïla distingue l'univers singulier de ce trio à découvrir. Leïla and The Koalas nous emportent avec eux grâce à leur musique ensoleillée et positive.

(Source: Dossier de presse)

FRANÇOIS LANGLAIS

BIOGRAPHIE
Francois Langlais

En 2009, à 23 ans, avec une maîtrise d’Histoire en poche, François Langlais part vivre à Paris puis à Berlin avec un appareil photo argentique dans son sac. C'est là qu’il fait les premiers clichés de ceux qui l'entourent.

Après avoir appris la photographie en autodidacte, il ressent le besoin de se former à la technique. En 2011, il rentre à l'ESRA Bretagne pour dix mois de formation intensive et de stages et en ressort avec un diplôme de technicien audiovisuel.
Il continue la photographie, pour les groupes de musique, les compagnies de théâtre et des reportages personnels. En parallèle, en mars 2013, avec Sidney Vienne, ils crée Ronin Production.


Il devient progressivement réalisateur en alliant le besoin compulsif d'écrire et son envie de raconter des histoires singulières. Entre reportages, films de communication, teaser, captations... son premier amour sera le clip musical, qu’il continue à pratiquer régulièrement. Depuis 2016, il travaille comme indépendant : photographe, cadreur, réalisateur, monteur et formateur. Il prépare actuellement un long métrage documentaire avec des jeunes en difficulté.

Du blues venu des États-Unis

REVUE DU WEB

NOUS, VOUS, ILLE, Olivier Brovelli >>> Le grand public avait laissé une adolescente timide en finale de la Nouvelle Star, le télé-crochet de M6. Huit ans plus tard, il retrouve une jeune femme mûre et volontaire, prête à vivre de son art, loin des plans marketing de la pop formatée. Native de Bourgbarré, la jeune femme a vite retrouvé ses racines après les plateaux de M6. Master d’histoire... militante syndicale à Solidaires Étudiant-e-s... vendeuse chez H&M... Formée à la Maîtrise de Bretagne et dans les chorales de l’enseignement privé, l’artiste a poursuivi sa route et les concerts avec les copains, rassemblés dans Leïla and the Koalas. L’étudiante aurait pu devenir enseignante. Mais les États-Unis ont zappé le CAPES. Deux longs séjours outre-Atlantique ont convaincu Leïla d’enfoncer le clou en virant folk.
Le groupe de huit musiciens est devenu un trio guitare-voix-contrebasse, accompagné parfois d’un banjo croisé avec un ukulélé. Leïla complète : On était dans une veine swing et rocksteady. Maintenant, on est plus proches de la musique populaire américaine avec des sonorités gospel et bluegrass.

UNIDIVERS, Thierry Jolif >>> Il y a du folk, du gospel, de la country, de la soul dans ces chansons-souvenirs, dans ses compositions de la mémoire, de celle des sensations, des sons autant que des saveurs, de certaines atmosphères, de certains rayons de soleil… En français, en anglais, en berbère un peu… Ces trois-là peaufinent leur voie, plus complices encore, et plus enclins encore à mettre d’eux-mêmes dans des chansons qui enchantent par leur groove pertinent, par leur sincérité bien accordée.

OUEST-FRANCE, Fabienne Richard >>> Quel est le ton de cet album qui sort aujourd’hui ? C’est un album sous l’influence de la musique traditionnelle américaine, voire irlandaise et même bretonne. J’ai effectué mon dernier voyage de trois mois au États-Unis avec mon autre groupe, the Sugar Familly (qui joue du bluegrass). Nous sommes allés partout sur les traces de la musique traditionnelle, des montagnes des Appalaches aux campagnes du Tennesse, à Nashville… L’album est un retour aux sources musicales. Il est assez épuré, avec beaucoup de chœurs, d’harmonies de voix. Ma référence numéro un ? Alela Diane, que j’adore !
ENTRETIEN

Artistes cités sur cette page

Francois Langlais

François Langlais

Leila and the koalas

Leïla & the koalas

ESPACE PARTICIPATIF

    KuB vous recommande