Expérience sensorielle

Christophe Rcher à la fiselerie

Un cinéaste et huit musiciens s’enferment trois jours à la Fiselerie près de Rostrenen. L’objectif : explorer le champ des possibles en matière de musique improvisée et de tournage à l’avenant.

L’octet est un sous-ensemble de Nautilis, virtuoses expérimentateurs de musiques inouïes, instrumentistes et la voix contorsionniste de Claudia Solal. Le cinéaste c’est Sylvain Bouttet, insatiable mélomane et filmeur intuitif, fin connaisseur du groupe qu’il a accompagné jusqu’au bout du monde.

De ce séminaire en Côtes d’Armor, il nous reste Oublier le reste du monde, un film d’échanges verbaux et sonores, tous ensemble, en duos ou en trios… un parcours d’écoute pas banal pour qui accepte de se laisser prendre au jeu de l’impro.

OUBLIER LE RESTE DU MONDE

de Sylvain Bouttet (2022 - 68’)

Ce film se veut être un voyage sensoriel, une création de musique improvisée par des musiciens rompus à l’exercice. Leur proposition intègre des rythmes et des couleurs musicales envoutantes, rencontre de l’électronique et des instruments acoustiques qui permet une musique hors du temps et des clichés, entre musique expérimentale et nouvelles formes de grooves répétitifs.

INTENTION

Géométries variables

christelle serry guitariste - nautilis fiselerie

par Serge Steyer

Il s’agit avec ce film de documenter le travail de l’octet Nautilis dans le cadre de Brain songs, un champ de recherche qui vise à établir un lien entre la composition musicale et les observations faites en neurosciences sur la question de la perception du temps, de l’univers sonore, de l’état intérieur des musiciens et des spectateurs.

Le premier jour à la Fiselerie, il a d’abord fallu inventer une scénographie à partir de ce qu’offre cet ancien garage : une dalle de 300 m2 sur laquelle reposent de vieilles bagnoles et caravanes. Va donc pour un cercle de roulottes au centre duquel le sol couvert de tapis fera office de scène. C’est ici que se jouera la question du rapport entre filmeur et filmés, entre musiciens et le cinéaste à l’écoute et en mouvement.


Sylvain Bouttet est ce filmeur, à la recherche constante de moments où un soliste se révèle, où une relation s’illumine, où une intention musicale prend corps. Au fil des sessions, les membres de Nautilis se combinent, par tirage au sort, en formations de deux à huit joueurs, lors de sets qui produisent autant d’œuvres spontanées. L’objectif du réalisateur a été de se placer auprès des corps engagés dans l’exercice, en s’intéressant à ce qui se joue entre eux : observation mutuelle, interactions voire confrontations. Moments d’intimité à fleur de peau où le moindre souffle fait musique, et, à l’autre extrémité l’explosion de l’octet qui sature l’espace de sonorités. Le bout des doigts qui manipulent l’instrument, les muscles de la nuque qui se tendent, puis le flou qui nous délivre un temps de la force des images pour nous ramener entièrement à l’écoute.

D’harmonies en stridences, de continuums en crépitements… Le film se nourrit de la musique sans pour autant l’imiter. Pour saisir un mouvement, il s’agit d’être soi-même immobile. Pour entrer dans la musique, il faut partir du silence, partir de rien pour aller vers quelque chose et à la fin, laisser le silence revenir.

BIOGRAPHIE

L’Ensemble Nautilis

octet nautilis

L’Ensemble Nautilis réunit huit musicien·e·s aux parcours et aux influences variés, qui ont en partage le goût et la pratique de l’improvisation. Créé à Brest en 2011 par le clarinettiste Christophe Rocher, l’ensemble propose des créations traversant différents champs musicaux tels que le jazz, la musique contemporaine, traditionnelle, ou électro... autant d’univers qui se mêlent, se frottent, se confrontent et s’irriguent pour converger vers le même horizon. La musique de Nautilis se fait autour de l’improvisation libre, du jazz dans ses relations aux musiques savantes et expérimentales (musique contemporaine, polyrythmies complexes, nouvelles lutheries électroniques) et de la composition musicale originale parfois en lien avec certaines musiques populaires (musiques du monde, rap …).


Par ailleurs, les musiciens de Nautilis affirment leur sensibilité à certaines formes de transversalité, en particulier avec la danse, la poésie, la photographie, mais aussi les sciences plus formelles et les sciences sociale. De fait, au fil du temps, l’Ensemble Nautilis a accueilli au sein de ses créations de très nombreux artistes, personnalités ou chercheurs, tels que le cornettiste Rob Mazurek, le rappeur Mike Ladd, les photographes Guy Le Querrec et Yann Morvan, les auteurs de BD Kris et Etienne Davodeau, l’anthropologue Alexandre Pierrepont, le chercheur en neurosciences Nicolas Farrugia...

L'Ensemble Nautilis se distingue également par la diversité de ses terrains d'action, à travers ses nombreuses activités sociales et territoriales, qui amène les musiciens à intervenir dans de multiples environnements (écoles, EHPAD, prison) et sur des territoires variés : à Brest et en Bretagne, naturellement - mais aussi à l'étranger dans le cadre d'échanges artistiques à long terme (Chicago, Montréal, Brésil).

COMMENTAIRES

    CRÉDITS

    L'Ensemble Nautilis, avec

    clarinettes Christophe Rocher
    voix Claudia Solal
    trompette Christian Pruvost
    saxophone Stéphane Payen
    batterie Nicolas Pointard
    accordéon Céline Rivola
    contrebasse Fred B.Briet
    guitare Christelle Séry

    réalisation Sylvain Bouttet

    avec la complicité de Serge Steyer
    image, montage Sylvain Bouttet
    son et mixage Edgar Imbault
    étalonnage Denis Paven

    Ce film a reçu le soutien financier du Centre National de la Musique et de la Sacem.
    avec la participation de la DRAC Bretagne, de la Région Bretagne, du Conseil Départemental du Finistère, de la Ville de Brest, de la Spedidam.

    Artistes cités sur cette page

    enregistrement Nautilis réalisation Jean-Alain Kerdraon KuB3

    Ensemble Nautilis

    Bouttet Sylvain réalisateur portrait du vide à la maison

    Sylvain Bouttet

    KuB vous recommande