Brest la rouge

Film Un homme est mort Cover Un homme est mort

C’est l’histoire d’œuvres qui se nourrissent les unes des autres, qui prennent le relais les unes des autres, mais c’est aussi et avant tout l’histoire de travailleurs, de cinéastes, de poètes, d’ouvriers, d’auteurs et de dessinateurs. KuB accompagne la sortie du film d’animation Un Homme est mort en allant à la rencontre de l’équipe du film et des auteurs de la BD.

En 1950, Un Homme est mort c’est le titre d’un film, emprunté à Éluard, qui raconte la révolte des ouvriers du bâtiment dans le gigantesque terrain vague qu’est Brest. Après les bombardements alliés, c’est le temps de la reconstruction, dans la misère de l’après-guerre. Les ouvriers réclament plus de dignité. Dans ce combat, il y a en effet un homme qui meurt - Édouard Mazé qu’il s’appelait - tué par les forces de l’ordre d’une balle en pleine tête lors d’une manifestation. 


En 2006, Un Homme est mort c’est une bande dessinée de Kris et Davodeau. Elle raconte l’histoire du film tourné par René Vautier en 1950. Arrivé au lendemain de la mort de Mazé, à l’invitation des syndicats de l’Arsenal, il filme le deuil des ouvriers du bâtiment rejoints par les dockers, et leur lutte pour de meilleures conditions de travail. Le film sera diffusé jusqu’à ce que la pellicule parte en copeaux. 

En 2018, Un Homme est mort devient un film d’animation adapté de la bande dessinée. La boucle est bouclée dit Kris. Le réalisateur Olivier Cossu a choisi d’adopter le point de vue des ouvriers, amis d’Edouard Mazé, ceux qui accompagnent René Vautier dans la réalisation du film. C’est l’occasion d’élargir le champ narratif, en ajoutant des personnages féminins et en pénétrant dans le quotidien de la reconstruction : la vie dans les baraquements, le rationnement, les rats, et des travaux titanesques à accomplir. Une manière de souligner l’ampleur du travail de ces hommes qui ont refondé ces villes-martyr, ces Saint-Nazaire, ces Lorient, ces Saint-Malo, ces Amiens, ces Caen, ces Havre… et Brest. 

UN HOMME EST MORT

un film d'Olivier Cossu (2018 - 66')

Brest, 1950. La ville est en pleine reconstruction. Les ouvriers sont en grève et revendiquent de meilleures conditions de travail. Ils réclament en vain des hausses de salaire. Comme toute la ville, P’tit Zef, Édouard, Désiré et Paulette, quatre amis ouvriers, participent à la grande manifestation organisée par la CGT quand de violents affrontements surviennent. Les policiers se mettent à tirer sur la foule et une balle atteint Édouard en plein front. La CGT fait alors venir le cinéaste engagé René Vautier pour qu’il fasse un film sur la lutte des grévistes. P’tit Zef et Désiré sont chargés de l’accompagner dans la ville dévastée. Face à cet homme de l’image dont l’arme est une caméra, P’tit Zef, lui, est rongé par la colère. 

Une fois le film terminé, ils improvisent un cinéma ambulant et projettent les images sur les chantiers et les piquets de grèves dans toute la Bretagne. Le film insufflera un nouvel élan dans la lutte.

>>> un film produit par Les armateurs

De la BD au film d'animation

PROCESSUS

À l'occasion de la Fête du court métrage, Kris, Étienne Davodeau et Olivier Cossu étaient présents à Brest lors de l'avant-première de Un homme est mort dans la grande halle des Capucins.

D'abord, l'avant-première animée par Kris, puis la conférence donnée par les trois auteurs, accompagnés par l'historien Daniel Le Couédic et les scénaristes Guillaume Mautalent et Sébastien Oursel.

RENÉ VAUTIER

MANIFESTE

En 2012 à Cancale, Larbi Benchiha enregistrait une douzaine d'heures d'entretiens avec René Vautier, notamment à propos de son engagement pour la décolonisation. Nous en avons extrait six minutes où le cinéaste raconte sa première expérience de filmeur d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre. Nous sommes en 1948 (deux ans avant son expérience brestoise) et il est étudiant à l'IDHEC, la grande école du cinéma où il a fraternisé notamment avec Claude Sautet, alors engagé au Parti communiste.

Voir la fiche artiste de René Vautier

Le poème d'Éluard

Kris et Olivier Cossu lisent Gabriel Péri, le poème d'Éluard dont Vautier a tiré le titre de son film. Gabriel Péri était un résistant communiste, fusillé par les Allemands fin 1941. Vautier est entré dans la Résistance en 1943, à l'âge de 15 ans.

Un homme est mort qui n’avait pour défense
Que ses bras ouverts à la vie
Un homme est mort qui n’avait d’autre route
Que celle où l’on hait les fusils
Un homme est mort qui continue la lutte
Contre la mort contre l’oubli


Car tout ce qu’il voulait
Nous le voulions aussi
Nous le voulons aujourd’hui
Que le bonheur soit la lumière
Au fond des yeux au fond du cœur
Et la justice sur la terre

Il y a des mots qui font vivre
Et ce sont des mots innocents
Le mot chaleur le mot confiance
Amour justice et le mot liberté
Le mot enfant et le mot gentillesse
Et certains noms de fleurs et certains noms de fruits
Le mot courage et le mot découvrir
Et le mot frère et le mot camarade
Et certains noms de pays de villages
Et certains noms de femmes et d’amies
Ajoutons-y Péri
Péri est mort pour ce qui nous fait vivre
Tutoyons-le sa poitrine est trouée
Mais grâce à lui nous nous connaissons mieux
Tutoyons-nous son espoir est vivant.

Paul Éluard
Au rendez-vous allemand, Paris, Éditions de Minuit, 1945.

KRIS

BIOGRAPHIE
Kris auteur bd un homme est mort

Né à Brest en 1972, Christophe Goret dit Kris fait des études d’histoire et exerce des jobs de barman puis de libraire. Il décide d’abandonner une carrière dans l’Education nationale pour s’adonner à sa passion : l’écriture de scénarios. 

Il publie en 2002 sa première BD une histoire familiale Toussaint 66 avec Julien Lamanda au dessin. Son récit sur les luttes ouvrières de l’après guerre à Brest, Un homme est mort, dessiné par Étienne Davodeau en octobre 2006 obtient le prix de la bande dessinée d’actualité de France Info.

En 2016, il scénarise avec Bertrand Galic Nuit Noire sur Brest, cet album dessiné par Damien Cuvillier a reçu début 2017 le Prix de la BD Maritime Le Télégramme et le Festival BD de Perros-Guirec.

En 2017, il publie avec Jean-Claude Fournier au dessin Plus près de toi T1, qui raconte la détention en Bretagne de prisonniers de guerre sénégalais dans des camps de travail.

Le rêve de tout auteur

REVUE DU WEB

YOUTUBE, Loïc Chapron >>> René Vautier parle de Un homme est mort, film d'intervention sociale

Loïc Chapron >>> Vautier parlant d’un homme est mort le film d'intervention sociale. Lire la suite sur KuB : https://www.kubweb.media/admin/pages/2023/edit/preview/

Loïc Chapron >>> Vautier parlant d’un homme est mort le film d'intervention sociale. Lire la suite sur KuB : https://www.kubweb.media/admin/pages/2023/edit/preview/

TÉLÉGRAMME

, Thierry Dilassier >>> Malgré un budget limité (2 M€ contre 8 M€ pour Persepolis), l'adaptation donne à voir une reconstitution de Brest en 3D qui fonctionne super bien. De même, l'une des vraies réussites du film est l'atmosphère très brestoise qui s'en dégage, sublimée par une musique et un son fabuleux



OUEST-FRANCE >>> Voir ses personnages prendre vie, c'est le rêve de tout auteur. Pour Kris et Davodeau, il est devenu réalité : leur bande dessinée Un homme est mort est devenue un film d'animation.

CRÉDITS

UN HOMME EST MORT

réalisation     Olivier Cossu
scénario     Kris et Davodeau, Guillaume Mautalent et Sébastien Oursel
graphisme      Étienne Davodeau
musique originale  Yan Volsy et Pablo Pico
production     Les Armateurs, Arte France, Vivement Lundi !
avec le soutien du CNC, de la PROCIREP/ANGOA, de la Région Bretagne, 
avec la participation de TVR-Tébéo-Tébésud et de France 3 Bretagne

CONFÉRENCE  FÊTE DU COURT
image     Hérve Portanguen et Pauline Lacotte
son et montage    Tom Durand

LECTURE DU POÈME ET CONFÉRENCE
image 
   Tom Durand et Hervé Portanguen
son     Pauline Lacotte
montage     Tom Durand

ENTRETIEN RENÉ VAUTIER
entretien réalisé par     Larbi Benchiha
montage     Pauline Lacotte

Artistes cités sur cette page

Kris

Étienne Davodeau

René Vautier réalisateur un homme est mort

René Vautier

ESPACE PARTICIPATIF

    KuB vous recommande