Dans ma petite boîte à musique

bastoon & babouschka clip boîte à musique split screen

L’air de rien Dans ma boîte à musique sonne comme un manifeste anarchiste, un éloge de la fantaisie, un appel à la douceur, avec détachement, pour dire qu’on est dans la m… mais qu’il ne tient qu’à nous de nous faire la vie belle, de larguer les amarres pour un retour assumé aux joies de l’enfance.

Formellement, le clip joue de cette mise en boîte des images qui, par un jeu de paravents, juxtapose des demi-visages qui tous fredonnent le même crédo : Viens ma frangine, viens mon frérot, te réfugier dans mon igloo, Cet air au goût de mélanco nous protégera du courroux.
Sinon, il est un plan furtif dans le montage qui cite Cochon qui s’en dédit. Une adhésion gratuite à KuB pour celle ou celui qui le trouvera !

DANS MA PETITE BOÎTE À MUSIQUE de Bastoon et Babouschka

un clip réalisé par Jean-Marc Peyrefitte (2019 - 4’)

Par Isabelle Sempéré (Babouschka) :

À travers cette chanson, j’avais envie de raconter comment enfants (et adultes je le souhaite), nous sommes capables de faire un pas de côté et de transformer l’horreur du réel et même de s’en amuser, d’inventer des insultes absurdes, de faire d’un drap une tente ou un palais, de deux fourmis un roman d’amour, tout ça instinctivement, si bien que les tragédies nous effleurent sans jamais nous briser complètement.

Surtout pas de pragmatisme

INTENTION
image clip Bastoon et Babouschka dans ma petite boîte à musique

par Jean-Marc Peyrefitte

Venez habillé comme vous rêviez d’être habillé quand vous étiez enfant ! Voilà les termes de l’annonce pour le recrutement des figurants de ce clip. Nous voulions qu’il y ait du rêve d’enfant, du dépareillé, du généreux, de l’incongru, de l’improbable, des princesses avec des paillettes, des super-héros avec des capes, un peu de mauvais goût aussi et surtout pas de pragmatisme. Des rêves d’enfant, quoi ! Parce que dans cette chanson, il y a tous les gens, férocement libres, qui vivent à tue-tête dans la tronche à Babouschka !
Liberté ! Le mot est lâché.


L’idée principale du clip Dans ma petite boîte à musique était de réunir toute une journée vingt personnes au milieu d’un champ, et de laisser l’enfance agir... Il y avait un garde anglais, des vaches, et d’autres humains non identifiés avec pour point commun le sourire aux lèvres.
Les images rappellent les films super 8 en Kodachrome, où les couleurs étaient saturées (notamment les bleus et les rouges) et le défilement un peu anarchique, et c’est peut-être ça qui nous fait avoir une telle affection, une telle nostalgie pour ces images et les époques qui y sont représentées.
La chanson comporte trois temps. Au début, différents visages racontent l’histoire. Ils ont de grands yeux avec de grandes lunettes ou bien de petits nez en trompette, ils ont la barbe, un casque sur la tête, un regard doux ou furieux, et peu importe la forme, la couleur, les cicatrices, ils disent tous les mêmes mots, comme un seul homme, ou plutôt comme un seul enfant. Et les bouches se confondent les unes avec les autres, et avec celle de Babouschka qui semble nous prendre par la main pour nous guider et nous présenter ceux qui crèchent dans sa petite boîte à musique.

Dans la deuxième partie, on lâche les monstres et la folie s’empare de l’image et de ceux qui l’habitent. Le n’importe quoi y est obligatoire. Laisser libre court à l’imagination, faire des choses simplement pour se faire rire les uns les autres, retomber en enfance. Alors on chante, on danse, on rit, on court, et parfois tout en même temps. Ce n’est pas parfait, et c’est justement ça qui nous intéresse : l’imperfection, le petit pas de côté, celui qui n’est pas symétrique, qui est un peu bancal, et pas banal... Le tout dans une atmosphère de joie communicative qui, je l’espère, donnera le sourire attendri à ceux qui le regarderont.


Dans la troisième partie de la chanson, même s’ils auraient encore pu s’amuser longtemps, cette petite bande de turbulents rentre à la maison : dans la tronche à Babouschka... et elle fait comme si de rien n’était, en s’imaginant que personne ne le voit.

Bastoon et Babouschka

BIOGRAPHIE
portrait Bastoon et Babouschka

Babouschka, alias Isabelle Sempéré, comédienne, et Bastoon, alias Sébastien Gariniaux, initié au clown, construisent depuis 2007 des concerts qui sont avant tout des spectacles où de multiples personnages s’invitent pour nous confier leurs aventures. En douze ans plus de 350 concerts ont été donnés, un EP et trois albums sont sortis.
En 2009, ils auto-produisent Dix Vagues à Sons leur premier album. En 2013, ils obtiennent le soutien de la SACEM pour la sortie de leur six titres éponyme enregistré en quartette avec le percussionniste Jean-Bernard Mondoloni et le saxophoniste Pascal Van Den Heuvel. En 2014 en Colombie, le duo crée Marea Sonora


avec le groupe colombien Flor del Hito qu'ils jouent lors de l'ouverture du festival international de musiques du monde d'Armenia. En 2015, ils sortent l’album J'ai plus d'allant ! réalisé par Catherine Delaunay, un retour aux sources, à l'essence du duo, sa folie.
En 2019 sort La vie rêvée de Josiane, le projet de la maturité où le duo ose l’extravagance avec des textes délirants, une instrumentation riche (guitares, banjo, percussions, clarinette, grosse caisse, senza), alternant entre électrique et acoustique et épousant différents styles musicaux au gré des pérégrinations de Josiane, une femme d’une quarantaine d’années en plein bouleversement dont nous pénétrons l’inconscient. Du disco au punk, du rock à la salsa en passant par du blues.

La fiche complète est par ici !

Jean-Marc Peyrefitte

BIOGRAPHIE
portrait Jean-Marc Peyrefitte réalisateur clip

Esprit décalé, adepte de l’absurde et du burlesque, plein de poésie tendre, d’un regard bienveillant pour la folie douce et d’un sens rigoureux des enjeux de création, Jean-Marc Peyrefitte a réalisé et produit plusieurs courts métrages primés dans des festivals, ainsi que des captations pour Pierre Richard, Pierre Palmade ou Nicolas Canteloup. Il a également réalisé de nombreux clips pour des artistes de la scène musicale française. Il prépare son premier long métrage Deschanel co-écrit avec Marc Syrigas et produit par la Pan Européenne, Dibona films et Temps noir.
Jean-Marc n’a pas étudié le cinéma, mais l’agriculture. Il pourra donc aussi récolter des pommes, traire les vaches et conduire le tracteur.

Notez ce clip

En indiquant votre adresse email puis en cliquant sur "Envoyer". KuB s'engage à ne pas utiliser votre adresse à des fins promotionnelles.

CRÉDITS

CRÉDITS MUSIQUE
musique
Bastoon et Babouschka
guitare Sébastien Gariniaux
voix, texte Isabelle Sempéré
batterie Boris Louvet
pandeiro Romain Parpillon
enregistrement Laurent Dahyot au Studio des Sports
mastering Sébastien Lohro
avec le soutien de la SCPP et du Label Fil en Bulle

CRÉDITS CLIP
avec
Princesse Dinette, Axel Gournay, Gaëtan Deschamps, La Feufeu, Céline Grolleau, Souhail Abdellaoui, Loïc Baylacq, Jonathan Viennet, Céline Malestroit, Mr Hus, Pierre Jarnet, Daniel Nayebi, Alexandre Bon, Philoute, Bob l’épouvantail
réalisation Jean-Marc Peyrefitte
étalonnage Gilles Piquard
lieu tournage Travoux, 35190 Québriac
avec le soutien du fonds de professionnalisation d’Audiens

Artistes cités sur cette page

portrait Jean-Marc Peyrefitte réalisateur clip

Jean-Marc Peyrefitte

Bastoon et Babouschka - J'adore - clip de la semaine

Bastoon et Babouschka

ESPACE PARTICIPATIF

    KuB vous recommande