Un territoire à choyer

Traversees-chantees Laille-19-05-19 ©Claire-Huteau Rennes Ville et Métropole

Il était une fois un bout de campagne aux portes de la ville, un chapelet de communes rurales épargné par l’insatiable besoin d’expansion urbaine. Au fond de cet ondoiement coule une rivière, un fleuve même ! La Vilaine, entourée d’étangs, de carrières qui ont fourni et fournissent encore à la ville, du sable et du gravier de construction.

Au regard des défis auxquels nous sommes confrontés, les choix de la collectivité pour l’avenir de cette vallée sont cruciaux. En 2015, Rennes Métropole sollicitait un paysagiste pour réfléchir à la valorisation du site, entre une quatre-voies et un aéroport.

Le réflexe de l’aménageur ou de celui qui le commandite, c’est d’ériger, de bâtir, de produire une marque visible dans le paysage. Ainsi les images de concours présentaient-elles d’abord une grande terrasse pointée vers le couchant. D’autres rêvaient d’une zone de loisirs autour d’un grand étang de baignade. C’était sans compter un processus participatif qui conduisit à un troisième projet, plus global et moins spectaculaire, un projet qui renonce à l’intervention en force sur le paysage, à la toute-puissance des machines des aménageurs capables de déplacer des montagnes. C’est donc le recours à l’imaginaire et au pragmatique qui a primé ici, à l’écoute et à l’observation, pour déboucher sur une opération de relocalisation des activités : se nourrir, s’évader, se cultiver.


Tout cela en repensant l'identité de ce territoire et sa vocation autour de trois axes : l’alimentation (produire et consommer local), les loisirs (la vallée terrain d’aventure) et la culture avec des propositions visant à donner du sens à la présence humaine en ces lieux.

Un paysage est un livre à lire, un champ sémantique, un herbier, un bestiaire en mouvement. Un paysage est un espace dans lequel les humains sont appelés à évoluer, à s’aventurer, sans le dénaturer. Il s’agit de le choyer plutôt que de le soumettre, de se soucier de sa vitalité, ne pas le laisser suffoquer sous la pression des activités humaines et de leurs dégâts collatéraux.

L’on peut parler ici d’aménagement doux, une approche plus complexe puisqu’il s’agit de se soucier de l’avis et de la prise en main du projet par ses usagers, ses riverains. Une prise en compte de ce qui se joue sur place, une clairvoyance sur les enjeux écologiques fondée sur des observations scientifiques et des pratiques culturelles, un recours aux expérimentations artistiques, pour nourrir l’imaginaire de ces lieux pour les publics.

Maintenant que nous savons qu’il est déraisonnable d’aménager comme si nous disposions d’un territoire infini, maintenant que nous savons qu’il est urgent de réduire nos empreintes écologiques, de cesser de polluer pour redonner une chance à la biodiversité, maintenant que nous savons que la relocalisation des activités est la voie d’avenir… Il est temps de réinventer notre lien au territoire de notre quotidien, que nous considérons comme lieu de production/de travail, de gestion des tâches… toutes choses qui appellent à s’en échapper dès que possible pour rejoindre des ailleurs plus désirables. Au loin. La réduction de cette bipolarité et notre capacité à retrouver localement les ressources de notre bien-être sont l’une des conditions de la transition à mener.

HISTOIRE D'UN AMÉNAGEMENT

Un élu local, un paysagiste concepteur, une urbaniste culturelle, une artiste paysagiste et une chercheuse en agroécologie, ils sont cinq à dévider le fil de l’histoire d’un aménagement, celui de la Vallée de la Vilaine aux portes de Rennes, qui a connu un déroulement innovant, passant notamment par une approche culturelle du territoire.

Chacun à sa manière se pose les questions élémentaires. Qu’est qu’un territoire ? Corps géographique, politique, social… Comment passe-t-on de la ville à la campagne, de l’urbain à la nature, à l’agriculture, aux loisirs ? Que signifie aménager ? Construire, forcément ? Quels sont les rouages décisionnels qui accouchent d’un projet de territoire ? Quel est l’intérêt d’un processus participatif et comment le mettre en place ?

L'ANNÉE DE LA VILAINE

Observer les étoiles en marchant, goûter les produits de la vallée lors d’une croisière sur le fleuve, découvrir le patrimoine fluvial en float tube, parcourir à vélo les lieux d’agriculture urbaine, déambuler dans la ville et dans ses marges, bivouaquer dans la nature tout l'été... À la croisée des mondes de l’art, de l’aménagement, du tourisme et de l’écologie, l’Année de la Vilaine, en 2019, a proposé 26 temps de parcours collectifs et thématiques pour une mise en aventure de la vallée portée par les collectivités, les associations ou les citoyens. Exemples :

L'Université flottante

Voici une université qui s’invente en naviguant, qui collecte et archive les savoirs et savoir-faire d’un territoire et relie les lieux de transmission. Elle revendique le besoin d’un espace nomade, un espace non académique qui fait cohabiter une diversité de pratiques, de savoirs concrets et imaginaires. Le projet est piloté par l’École Parallèle Imaginaire et la coopérative CUESTA.

Découvrez la page consacrée à l'Université Flottante

Les traversées chantées

VV__Traversees-chantees_Laille-19-05-19©Claire-Huteau_Rennes-Ville-et-Métropole__RM-523336
© Claire Huteau

Parmi les 26 parcours proposés, voici les traversées chantées, inspirées des traditions vernaculaires, des mythes d'hier et de demain, des chants d'ici et d'ailleurs, ces traversées relient les habitants des villes et des villages à la Vilaine. Tous les habitants de la Métropole étaient invités à rejoindre cet équipage sans navire, à la recherche d'une mer disparue, à se joindre à ces chants et à cette marche vive et joyeuse, à travers bois et chemins, et à participer à cette invention collective d'un nouveau rituel de liens au fleuve.

une animation proposée par Cuesta, la Cie Dicilà, Sophie Cardin & Léa Muller

Les lucioles

vers luisant et lucioles vallee de la vilaine

Où sont les lucioles ? Qui en a déjà vu dans la Vallée de la Vilaine ? Quand ? Quelles sont les conditions de leur présence ? En quoi sont-elles un bio-indicateur ? Comment les faire revenir ? Une enquête collaborative en ligne sur les vers luisants, ouverte à tous, tout au long de l'Année de la Vilaine, avec pour objectif de sensibiliser petits et grands à la préservation de l’environnement, et cultiver l’attachement à cet insecte fascinant, qui disparaît petit à petit à cause de la modification des milieux naturels et de la pollution lumineuse.

Ce projet de sciences participatives est soutenu par l’Observatoire National des Vers Luisants, réalisé avec le collectif artistique Indiens dans la ville et les paysagistes Folk Paysage.

Cuesta

Cuesta-equipe-de-deux-cuisine

Basée entre Paris et Rennes, Cuesta est une coopérative culturelle qui mobilise l’artistique comme un mode opératoire pour intervenir dans le champ des territoires, engager des valorisation durables en termes de politiques publiques. Cofondée par Alexandra Cohen et Agathe Ottavi, Cuesta porte un projet d’innovation sociale et culturelle qui se manifeste par une attention au contexte, la mise en place de démarches contributives associant les usagers dans une approche pragmatique et opérationnelle. Dans le cadre de commandes comme dans ses propres projets, elle fait intervenir des artistes pour renouveler les représentations et créer de nouveaux modes d’enquête, d’action et de co-production des savoirs. La coopérative mobilise l’ensemble des parties prenantes dans la conception et la mise en œuvre de projets relevant de l’aménagement, de l’environnement, du social.

L'agence TER

Depuis sa création en 1886, l'Agence Ter travaille à de nouvelles manières de vivre la ville. Elle se positionne sur des projets d'urbanisme complexes, des grands territoires aux parcs urbains, avec toujours, la volonté de les aborder par le paysage. Avec des projets à Beijing, Nantes, Los Angeles, Paris, Londres... l'agence repense l'aménagement de façon durable, une démarche qui lui a permis de recevoir en 2018 le Grand Prix d'urbanisme.

Pour ce projet avec Rennes Métropole, TER a travaillé sur l'imaginaire et l'identité de la Vallée de la Vilaine. En rassemblant les différentes composantes de ce territoire, l'agence a voulu faire du parc de la Vilaine celui de la proximité et de la qualité de vie.

La ville et le fleuve

REVUE DU WEB

VALLÉE DE LA VILAINE >>> Une carte interactive, l'ensemble des sentiers de la vallée, des balades sonores... vous retrouverez tout ce dont vous avez besoin avant de partir à la découverte de la vallée.

SOPHIE CARDIN >>> Dans un mouvement très joyeux, un équipage mené par des collégiens et composé de chanteurs, d’acteurs engagés sur le territoire de la vallée de la Vilaine, d’habitants des communes se sont rassemblés trois fois au cours de l’été 2019 pour produire collectivement des gestes et des chants qui redonnent au fleuve sa place dans un monde à venir : reportage photo.

OUEST FRANCE >>> Retrouvez les 26 itinéraires enrichis de photos, dessins, récits et d’informations sur les milieux, activités, initiatives, dans ce guide détouristique, à retrouver chez votre libraire ou à commander aux Editions Apogée.

CENTRE DE DOCUMENTATION DE L’URBANISME >>> Le fleuve dans la ville : Les villes, après avoir oublié, voire dénié leurs fleuves et rivages, cherchent à retisser des liens, à retrouver une fonction urbaine à ces emprises longtemps marginalisées qui apparaissent aujourd’hui comme des atouts d’importance dans le redéveloppement des villes.

CRÉDITS

une réalisation KuB : Françoise Le Peutrec, Kilian Jarno, Hervé Portanguen, Serge Steyer

en étroite collaboration avec Cuesta

avec
Véronique Chable, chercheuse en agrobiologie, INRAE
Jean-Luc Gaudin, élu à l’aménagement, Rennes Métropole
Michel Hössler, paysagiste concepteur, agence Ter
Léa Muller, paysagiste, Itinérances
Agathe Ottavi, urbaniste culturelle, coopérative Cuesta

moyens techniques KuB
avec le soutien de
Rennes Métropole et l’agence TER

musique originale Gaël Desbois

Vallée de la Vilaine est un projet d’aménagement conçu avec de nombreux habitants, associations, artistes, partenaires

Artistes cités sur cette page

logo cuesta 01.07.2020

Cuesta

ESPACE PARTICIPATIF

    // Anonymous

    KuB vous recommande