Les Tombées de la Nuit

cover-culture-en-place-publique tombées de la nuit rennes

Les Tombées de la Nuit est un festival rennais créé en 1981 à l’initiative de la municipalité de Rennes et qui ouvre les espaces publics de la ville : rues, places, parcs, etc. aux artistes de rue. En 2002, les Tombées se transforment en association indépendante de la Ville et Claude Guinard en prend la direction. À partir de là, sur le plan artistique, le festival cultive l’art de surprendre, en faisant des propositions atypiques qui visent à interpeler et à impliquer les spectateurs.

KuB, en coédition avec les Tombées de la Nuit, fait le point sur la signification de cette démarche singulière qui met l’art à la portée des passants et confronte les artistes au monde.

LA CULTURE SUR LA PLACE PUBLIQUE

(2018 - 22')

Claude Guinard revient sur son parcours, de l’Aire Libre au TNB, jusqu’à diriger les Tombées de la Nuit, un titre de directeur qu’il esquive, se définissant d’abord comme un passeur. À la lumière de quelques spectacles représentatifs de sa ligne, ses partis-pris apparaissent, tant dans sa manière d’accompagner les artistes dans la mise en œuvre de leur travail, que dans celle d’impliquer la population dans l’exposition, l’irruption de ces œuvres dans la ville.

Surprendre et interpeller le public

INTENTION

Les Tombées de la Nuit cherchent à créer des interconnections entre la ville, les artistes et les habitants. Décaler le regard sur notre quotidien, surprendre et interpeller le public, détourner l’usage des lieux, questionner notre appartenance à une ville et plus largement notre rapport au monde… Il s’agit, à chaque fois différemment, d’accompagner des artistes dans leur démarche de création lorsque celle-ci accorde de l’importance à la relation aux publics et au contexte de la représentation.
Sur les planches et les pavés, mélangeant les genres, dynamitant les habitudes en multipliant rencontres et inventions, Les Tombées de la Nuit innovent, en gardant à l’esprit que tout le monde a sa place autour de la table. Avec une bonhomie qui guérit de tout élitisme, le festival affirme que l’originalité et les chemins de traverse ont largement leur place dans les goûts du public.

Place de la mairie Rennes - Tombées de la Nuit

LA VILLE >>> Questionner les usages des lieux publics par des interventions artistiques dans la cité. Ouvrir de nouvelles portes, rebattre les cartes, sortir de la routine, accompagner au mieux les artistes, continuer à le faire collectivement et en équipe, éviter l’empilement, préserver la qualité et ne pas succomber au simple défi quantitatif, entretenir ce lien privilégié au territoire et ses habitants, poursuivre cette révélation poétique de la ville et de sa métropole, combattre l’évidence, privilégier le contenu autant que le contenant ! Revendiquer une part de doute…

artiste lumière - Rennes Tombées de la nuit

LES ARTISTES >>> Compagnonnage artistique ou de co-production
Les Tombées de la Nuit soutiennent financièrement plusieurs projets par an pour favoriser les prises de risque artistiques, les écritures décalées et insolites.
Pour certains projets, Claude Guinard porte aussi un regard extérieur dès l’écriture, au cours d’échanges sur les envies et les pistes envisagées, ou encore lors de retours suite à des présentations d’étapes de travail, une relation de confiance s’établit qui va permettre de suivre l’histoire du projet jusqu’à sa réalisation.


La structure a inventé un compagnonnage nomade et à la carte, basé sur l’écoute et la discussion. Aider un artiste à faire émerger son projet, l’accompagner sur des kilomètres de repérages sur le terrain, passer des coups de fils ici et là pour lui réserver une salle de travail ou l’aider à déjouer une barrière technique. Pour les Tombées, l’accompagnement des artistes n’a pas pour but de valider un spectacle déjà tout prêt. Les artistes peuvent venir faire état de leurs idées naissantes. On autorise le doute, les recherches et les tentatives. On leur fait profiter de notre connaissance intime des lieux de la ville, pour les aider à aller plus loin. L’équipe épaule encore l’artiste dans la construction de son rapport au public : Notre savoir-faire sur la manière de travailler avec les habitants peut ouvrir et aider son écriture. On réfléchit avec lui à comment convier et faire participer le public. Aux Tombées de la nuit, l’artiste réside, mais pas immobile.

Les rennais chantent Place Hoche - Tombées de la Nuit

LES HABITANTS >>> Repenser le rôle du spectateur
On travaille le rapport entre l’œuvre, le contexte et des spectateurs complices : jusqu’à quel degré peuvent-ils interagir, participer ? Nous n’avons pas la prétention de modifier la société, mais nous sommes persuadés que le geste artistique posé dans l’espace public, au contact direct des personnes, permet de baisser des barrières sociales et d’éviter le déclassement, le sentiment que c’est pas pour moi. Au-delà de la question de l’élargissement des publics, c’est le sens de la relation humaine et le respect des personnes qui nous animent.


C’est pourquoi nous avons toujours accordé une place importante aux projets participatifs – et nous développons des projets au cours desquels l’habitant se trouve intégré à l’acte créatif, dès le départ. Il ne s’agit pas uniquement de faire pour un public de plus en plus large, mais de faire avec des habitants de plus en plus impliqués.

CLAUDE GUINARD

BIOGRAPHIE
Claude Guinard

Né le 19 mars 1962 à Josselin (56), il commence son parcours au sein de structures culturelles en 1987 comme Chargé de Communication de plusieurs institutions rennaises, dont le Grand 8 (Maison de la Culture de Rennes et Centre Dramatique National de Bretagne sous la direction de Pierre Debauche), le Festival du Pays de Bécherel ou encore l’UBU Club.

De 1990 à 1994, il devient directeur de la Communication et responsable de la programmation musique du Théâtre National de Bretagne à Rennes (sous la direction d’Emmanuel de Véricourt).

En 1995, il devient Directeur du Théâtre l’Aire Libre à Saint Jacques de la Lande dans la banlieue rennaise. Ce lieu de résidence dans le domaine du théâtre et des musiques actuelles lui permet d’accompagner de nombreuses créations en salle et hors les murs.

Depuis 2003, Claude Guinard est Directeur Artistique de l’Association LES TOMBÉES DE LA NUIT (avec la complicité de Philippe Kauffmann, ancien Directeur Artistique des Halles de Schaerbeek à Bruxelles (BE) et producteur de cinéma indépendant).


Il a pu y suivre les projets de différents artistes français et internationaux tels que, la Cie Opus, Victor B, Lod, Carabosse, Laïka, Groupenfonction, Le Théâtre de l’Arpenteur, 26000 Couverts, Jean-Philippe Goude, La Linéa, Julie Desprairies, Dominique A, Circus Ronaldo, Olivier Leroy, François Audrain, Yann Tiersen, le Collectif Aie, Aie, Aie, Station House Opera, Luke Jerram, Captain Boomer, NoFit State et le collectif Superbe.

Depuis Septembre 2016 en lien étroit avec la Ville de Rennes, Les Tombées de la nuit coordonnent l’initiative Dimanche à Rennes. Une programmation pluridisciplinaire à l’initiative de différents acteurs rennais et complétée par des événements imaginés pour l’espace public par les Tombées de la nuit.

Rennes, terrain de jeux

REVUE DU WEB

TÉLÉRAMA, Mathieu Braunstein >>> Claude Guinard glisse ses spectacles dans les interstices de la ville. Il dirige depuis douze ans l'un des plus étonnants festivals d'art de la rue. Rennais pur beurre (il est arrivé à l’âge de 4 ans), supporter inconditionnel du Stade rennais, Claude Guinard, directeur du festival d'arts de rue des Tombées de la nuit depuis 2003, appréhende la ville comme un formidable terrain de jeux. Sillonnant la métropole sur son scooter à la recherche de nouvelles implantations pour son festival, il est le témoin privilégié des mutations urbaines.

L’OUEST EN MÉMOIRE >>> Juillet 1980, lancement du 1er Festival Les Tombées de la Nuit qui se déroule durant une semaine, dans les rues de Rennes. Jean-Bernard Vighetti, adjoint au maire à la culture, annonce le programme de ce festival populaire qui mêle différentes formes d'expression artistique : théâtre, danse et musique.

INA >>> Juillet 1999, Les Tombées de la Nuit investissent les rues de Rennes pour leur 20e édition. À cette occasion deux plasticiens ont créé une exposition au TNB, retraçant l'histoire du festival.

C-LAB >>> Juillet 2018, entretien avec Claude Guinard. Les Tombées, l'un des festivals les plus intéressants de l’hexagone, tant par sa programmation que par le nombre de propositions, toutes aussi singulières les unes que les autres.

Artistes cités sur cette page

Portrait Cédric Brandilly

Cédric Brandilly

Claude Guinard

Claude Guinard

ESPACE PARTICIPATIF

  • 3 Décembre 2018 20:28 - Ségo

    Après les attentats c’est ce qui pouvait arriver de mieux ces formidables moments tellement intenses. Auparavant,, je n’avais vécu qu’une seule fois ce type de complicité entre inconnu-e-s vivant un moment unique et magique. Un lien entre tous, une lumière ds les yeux, une joie communicative. Des regards, des clins d’’oeils, des rires, des échanges ... des rires surtout... l’envie que ça ne s’arrete jamais.... une fois le spectacle terminé les colorés, j’ai envie de dire les colorié-e-s se croisaient ds Rennes ds la masse classique et là les regards entre coloriés s’echangerent sourires beats, et rires de complicité sous le regard parfois ahuris du public n’ayant pas eu la chance de participer...
    Cette osmose joyeuse m’a réconciliée avec l’humain, redonné confiance, m’a guérie du mal être post attentats... ce besoin de faire groupe, ensemble vers la Vie... ce besoin de partager, cette envie d’optiMisme qui m’avait quittée... les tombees de la nuit, c’est du lien, du liant, du précieux, du magique.... du rêve

    Merci

KuB vous recommande