Fabrique d'une fiction

Plan studio sombre filmradiofilm

Du film à la radio aller-retour, Guillaume Kozakiewiez nous embarque dans un documentaire où un groupe accouche d’une fiction sonore, une histoire de famille liée à la Shoah.
FilmRadioFilm parle de ce travail qui nécessite concentration, attention à l’autre, expérimentation. Nos oreilles entendent des bribes de fiction, nos yeux voient des gens qui s’affairent dans des pièces aux murs aveugles. Le réalisateur sait parfaitement saisir le processus à l’œuvre, l’intériorité de chacun, la douce sollicitude de François Christophe qui dirige l’équipe.
Sans le savoir, il filme un portrait posthume de cet homme qui sera emporté par une vague quelques mois plus tard, avec sa fille Bahia.

FILMRADIOFILM

de Guillaume Kozakiewiez (2014 - 52’)

Dans le studio 110 de France Culture, les coulisses de la fabrication d’une fiction sonore, La Traversée de l’Hudson de Peter Stefan Jungk, feuilleton interprété entre autres par Danièle Lebrun. Ce film met en lumière le travail, peu connu, de François Christophe et de l’équipe de la fiction de France Culture. Un regard sur ce qui d’habitude ne se voit pas. Comme un tournage de film, sauf qu’ici il n'y a pas de caméra.

>>> un film produit par l’association Déjà-Vous

Filmer le son

INTENTION

par Guillaume Kozakiewiez

Duo lecture filmradiofilm

J'écoute souvent la radio, France Culture notamment. J'avoue ne m'être que rarement posé la question des visages, des espaces, de la réalisation d'une émission et d'une fiction. C'est certainement en écoutant François Christophe parler de son travail de réalisateur de fiction sonore que l'idée a germé en moi. Ma curiosité a été piquée et je me suis rendu compte que jamais je n'avais vu un film qui raconte le processus de création radiophonique, hors-mis des portraits de grands opérateurs comme Yann Paranthoën.
Début 2013, François m'a invité à venir filmer le tournage d'une série de quatre épisodes adaptés du livre de Peter Stephan Jungk, La traversée de l'Husdon. Je ne savais pas du tout ce que j'allais filmer, n'avais aucune idée des studios. Par contre, j'ai très vite vu qu'il était possible, sans sortir de ce lieu, de filmer des gens au travail, dans une concentration souvent intense et avec une exigence artistique remarquable.


J'ai pratiquement tout filmé au 50 mm, pendant les quatre jours où comédiens, figurants, bruiteurs se sont succédés. J'ai découvert la manière de travailler propre à la radio, dans une organisation beaucoup plus horizontale qu'au cinéma, une bonne humeur, de l'humour, avec des prises se succédant à une vitesse surprenante, toujours en comparaison du cinéma.
Je suis donc resté sur ces points-là. Des visages et des corps au travail, une exigence artistique et de la vie de cette équipe, plus décontractée qu'une équipe de cinéma. La relation des réalisateurs et techniciens qui communiquent avec les comédiens - sans les voir - à travers des membranes de haut-parleurs, ont amené un dispositif au niveau du son qui permet de réinviter le son sans l'image lorsque dans le box les comédiens écoutent les réactions et directions du réalisateur.
En juin ont eu lieu le montage et le mixage, sur trois jours environ. Filmés plus en gros plan, sans hésiter à zoomer sur la technique, les courbes, les doigts qui manipulent, les visages, les oreilles. Être plus dans le sensitif et le détail avec usage d'un travelling. Finir ce huis clos dans plus d'intimité. Redevenir proche de cette équipe soudée et des protagonistes principaux qui pourraient se diluer dans la longueur du récit. Le réalisateur, le chef-opérateur, l'opératrice.

GUILLAUME KOZAKIEWIEZ

BIOGRAPHIE
Guillaume Kozakiewez portrait

Né en 1979, Guillaume Kozakiewiez grandit dans l’est de la France. Ses études le mènent en Bretagne où il vit depuis.
Passionné de photographie, il se met à la pratique du montage puis à la prise de vues en autodidacte, pour se former finalement à la pratique documentaire. Réalisateur, voyageur, curieux et un peu solitaire, Guillaume fait de la caméra vidéo, légère à transporter, son outil fétiche pour raconter des histoires de vie dans différents continents. Le portrait est son motif de prédilection, donnant lieu à des longs métrages documentaires.

Voir sa fiche artiste

Se mettre dans la peau de quelqu’un

REVUE DU WEB

BLOG MEDIAPART >>> Cette année, le comité de sélection du Grand Cru Bretagne a eu deux coups de cœur avec les magnifiques Filmradiofilm et Salto mortale, tous les deux réalisés par Guillaume Kozakiewiez. Ce réalisateur n’est pas inconnu à Douarnenez, puisqu’il y avait déjà présenté La lutte n’est pas pour tous, Leonarda et Recording America. Le Cru de cette année marque cependant une certaine maturité...

TÉBÉO >>> Guillaume Kozakiewiez au Festival de cinéma de Douarnenez

LA CAUSE LITTÉRAIRE >>> François, portrait d’un absent, un livre de Michaël Ferrier.

FRANCE CULTURE >>> La disparation de François Christophe. Blandine Masson, directrice de la fiction sur France Culture, rend hommage au réalisateur François Christophe, disparu accidentellement fin 2013. Depuis 2010, cet homme venu du cinéma avait conçu de très nombreuses fictions pour France Culture, notamment Millenium ou les Misérables, ou encore une série de Géographie du poème.

TÉLÉRAMA >>> Ils jouent la comédie à la radio. Ces artisans de la voix, qui nourrissent les sept heures hebdomadaires de fiction produites par France Culture, sont légion. Radio France, premier employeur de comédiens en France, recourt à plus de deux mille d'entre eux chaque année.

CRÉDITS

réalisation Guillaume Kozakiewiez
image et son Guillaume Kozakiewiez
montage Guillaume Kozakiewiez, Kamel Maad
mixage Kevin Feildel

production Déjà-Vous

remerciements François Christophe et son équipe, Louisa Bentoumi, Christophe Giordano, Danièle Lebrun, Jean-Gabriel Nordman, Lucie Julien, Jean-Philippe Lecomte, Gilles Padovani, Yann Legay, Laetitia Sherriff

Artistes cités sur cette page

Guillaume Kozakiewez portrait

Guillaume Kozakiewiez

ESPACE PARTICIPATIF

    KuB vous recommande