Performances à l'Eskal

Mona Soyoc chanteuse eskal

À première vue, un synthétiseur modulaire est un mur de câbles, plein de boutons et de branchements, avec un ordi qui clignote au milieu. En fait, c'est un instrument de musique que l'interprète manipule en connectant/déconnectant des modules (oscillo, ampli, mixeur...), en caressant des potentiomètres avec la plus grande dextérité... Selon la façon dont les modules sont combinés, le son varie sur le champ, de la même manière qu'avec un instrument acoustique. Le synthé modulaire est également sensible aux changements de température, d'hygrométrie, toute chose qui remet de l'aléatoire dans l’interprétation et donne à chaque performance son unicité.

En habitué de l'Eskal, le nouveau studio créé à Ouessant par Yann Tiersen et Émilie Quinquis, Julien Cadilhac a réalisé cinq vidéos qui permettent de voir à l’œuvre quelques passionnés de ces instruments relégués par le numérique, à tort.

DISKOUTAL #2 ESB

par Julien Cadilhac (2019 - 5 vidéos)

Yann Tiersen est utilisateur, mais aussi collectionneur de synthétiseurs modulaires. À l’Eskal, son nouveau studio ouessantin, il a déballé quantité d’instruments de musique dont un mur de ces synthés.

À l'occasion des rencontres modulaires Diskoutal (tendre l’oreille en breton), ESB (trio électro de Yann Tiersen, Thomas Poli et Lionel Laquerrière) a enregistré en live et sur bande analogique une performance dans le studio B de l’Eskal, avec retransmission publique en direct dans le grand studio A.
Avant cela, quatre joueurs de synthé modulaire (Thomas Poli, Marc Sirguy, Gareth Jones et Marc Caro) et la chanteuse Mona Soyoc se sont succédé avec des images vidéo-projetées devant le public du grand studio.

Diskoutal#2 - Gareth Jones

PERFORMANCES

Musicien britannique, Gareth Jones est aussi producteur. C’est un premier stage à la BBC à la fin des années 70 qui le conduit vers l’art de capturer et créer des étincelles sonores dans et hors des studios d’enregistrement. Il a notamment travaillé avec Dépêche Mode, Erasure et Indochine.

C’est un des pionniers dans l’utilisation d’équipements digitaux, technique qu’il a très vite combiné à des méthodes d’enregistrement analogique et à sa passion pour les synthétiseurs.

Diskoutal#2 - Marc Caro

Nantais d’origine, membre du groupe de musique industrielle Parazite, Marc Caro est aussi dessinateur de BD, réalisateur de films d’animation, d'un clip pour Indochine et de Délicatessen (avec Jean-Pierre Jeunet) un succès international. Voilà un CV qui part dans tous les sens, guidé par un fil rouge : la science-fiction, l’esprit punk et la création que l’on retrouve dans la pratique du synthétiseur dont il est fan depuis les années 70.

Diskoutal#2 - Thomas Poli

Quand il n’est pas dans le studio rennais de son label, Impersonal Freedom, Thomas Poli est sur scène. Il accompagne par exemple les tournées de Dominique A depuis 2009. Derrière sa guitare ou un synthétiseur, l’artiste multi-instrumentaliste touche à toutes les fréquences.

Diskoutal#2 - Marc Sirguy

Marc Sirguy lance en 2000 Modular Square, un site de vente de synthétiseurs modulaires mais aussi une communauté de passionnés. Récemment, il a décidé de créer ses propres systèmes et a lancé son entreprise Eowave.

Des synthés modulaires, des passionnés, une île…

INTENTION
Marc Caro réalisateur musicien

par Julien Cadilhac

Comment arrive-t-on à filmer des performances de geeks du synthé analogique modulaire dans un studio d’enregistrement qui a la particularité d’être implanté sur une île ? Plusieurs histoires parallèles finissent par se rejoindre.

D’un côté, je monte des documentaires (et des fictions), et quelques années en arrière, je travaillais sur un film dont la musique fût produite par celle qui allait devenir Tiny Feet (Émilie Quinquis). Le contact est pris, on continuera de se croiser.

D’un autre côté, une histoire commence sur l’île d’Ouessant quand Yann Tiersen et sa compagne Émilie Quinquis achètent l’ancienne discothèque du bourg pour en faire un lieu d’enregistrement en technologie analogique et un lieu de diffusion de musique live. L’Escale devient Eskal et le réalisateur Tanguy Alanou filme l'aventure de transformation du lieu. C'est moi qui monte le documentaire d'Escale en Eskal, montré en avant-avant-première dans l’Eskal !

Le chemin d’Émilie et le mien sont amenés à se recouper à nouveau et le projet de filmer certains événements qui auront lieu dans cette nouvelle salle voit le jour. En novembre 2019, les deuxièmes rencontres Diskoutal (autour des synthétiseurs modulaires) ont lieu.


ESB, trio électro de Yann Tiersen, Thomas Poli et Lionel Laquerrière, souhaite enregistrer une improvisation dans le studio B, celui consacré aux machines modulaires. Mais comment montrer —au delà de faire écouter— aux spectateurs de la pièce d’à côté ce que fait ESB ? Car triturer des potentiomètres, brancher/débrancher des fils emmêlés, faire glisser ses doigts sur des surfaces tactiles des années 70 ou 80 ou sur des touches de synthétiseurs… tout cela est très visuel.

On décide ensemble qu’il faut filmer tout cela, dans les moindres détails. Et s’adapter aux modestes moyens pour faire quelque chose de bien tout de même. C’est décidé, on part à 2, mais avec plein de caméras. Une régie multicam. Puisque le transport se fait par bateau et que l'on sera seulement deux à tout trimbaler à dos d’homme, je procède à l’optimisation maximale du conditionnement du matériel.

Le fameux Tanguy sera mon comparse, les rôles sont inversés, maintenant, c’est moi le réal ! La performance est filmée en direct, retransmise sur grand écran dans le studio A. Les spectateurs sont en immersion visuelle virtuelle, et pour le son, ça envoie côté salle de concert ! Les autres performances, pour le coup dans la même salle que les spectateurs, sont aussi filmées, et les très gros plans permettent de voir les manipulations. Une diffusion live sur les réseaux sociaux pour faire monter l’adrénaline (quand on touche la communauté des followers de Yann Tiersen, y’a du monde aux quatre coins de la planète !). Quelques jours plus tard, un peu de post-production pour en sortir les cinq extraits ici présentés. En espérant que vous preniez du plaisir à écouter/voir Gareth Jones, Marc Caro, Marc Sirguy, Thomas Poli, Yann Tiersen, Lionel Laquerrière s’amuser avec leurs machines.

Julien Cadilhac

BIOGRAPHIE
Julien Cadilhac monteur

Basé à Douarnenez dans le Finistère, Julien Cadilhac est monteur depuis 2000, notamment passionné par les sujets musicaux, par regret de ne pas être musicien lui-même, dit-il.
Monter des films, des clips ou des captations le laisse quelque peu frustré. Un jour, l’envie lui prend de se former à la réalisation multicam en direct de spectacles vivants, il devient mont(r)eur d'images vivantes, alternant les projets en montage et en captations.

Du son et des images

REVUE DU WEB

RADIO NOVA >>> Nova nous raconte l'histoire de Jean-Jacques Perrey, pionnier de l’électronique dans les années 60 et revisite son tube E.V.A.

SOURDOREILLE >>> Le trio ESB en live.

FRANCE CULTURE >>> Interview du dernier chevalier punk, le Don Quichotte du cinéma de science-fiction français : Marc Caro.

ESPACE PARTICIPATIF

    // Anonymous

    KuB vous recommande