Ha ma

Ha ma Nolwenn Korbell banner

À quoi sert une chanson / Elle n’empêche rien / À quoi rime un vers / Il n’empêche rien, ou bien si ?

Dans Ha ma, Nolwenn Korbell affronte l’angoisse qui l’étreint, et que nous sommes nombreux à ressentir, face à l’état du monde et à l’absence d’issues positives. Les artistes ont-ils une quelconque utilité dans ce chaos ? Leurs créations sont-elles un antidote au désespoir ?

Ce n’est pas ici qu’on va hésiter sur la réponse à donner à ces questions et nous faisons chorus avec l’autrice-compositrice-interprète pour réaffirmer haut et fort l’impérieuse nécessité de culture en temps de crise.

Le clip réalisé par Thierry Salvert, épaulé par Nedjma Berder à l’image, donne tout son poids et son éclat à ce chant de résistance en langue bretonne.

CLIP

HA MA de Nolwenn Korbell

un clip réalisé par T. Salvert et N. Korbell (2024 - 4')

INTENTION

Une douceur soudaine

Chanteuse Nolwenn Korbell de dos

par Nolwenn Korbell

Au commencement était la chanson Ha ma (Et si). Elle m’est venue dans un moment d’impuissance totale, de sidération, de tristesse, de colère face à un monde en dérive. Une terre en souffrance, des dirigeants dérangés, des femmes bâillonnées, des populations sacrifiées, le chaos… Et moi je fais quoi ? J’en fais quoi ? Des chansons ? À quoi bon. Elles aident qui ? Elles changent quoi ? Pas grand-chose au bout du compte. Alors on arrête d’écrire des chansons ? De danser ? De monter des pièces de théâtre ? De réaliser des films ? Hors de question. Même dans ce dérisoire apparent, continuer coûte que coûte à croire que l’art peut être une réponse à nos maux.


Voilà ce que vient questionner Ha ma. Quand il a fallu en réaliser un clip, le cadre d’un théâtre m’a paru juste et évident. Lieu de représentations musicales, théâtrales, de réflexions, de résistance aussi. Lieu clos où le soleil n’entre pas, mais qui convoque la terre entière, le ciel, jusqu’à l’univers, et toutes les lumières. Chanter dans une salle vide de spectateurs, sur un plateau nu, un cauchemar, mais aussi l’illustration parfaite de mon sentiment parfois de chanter dans le vide et pour rien. Néanmoins, le fait même d’écrire et de chanter sur le thème de l’utilité d’une chanson (ou de l’art en général) montre bien que je veux croire en son pouvoir, en son rôle crucial dans une vie. La fin laisse place à l’espoir : et si elle pouvait nourrir, vêtir, embrasser, sauver ? Pour accompagner en images ce moment en suspens, en rupture avec le style musical précédent, il fallait que le contraste soit net aussi visuellement. Donner à voir la douceur soudaine de la musique, la sensation d’apesanteur en changeant de lieu. Nous avons eu l’idée de me filmer dans une situation qui me procure de la joie et du bien-être, la nage en eau de mer. Nous sortons des murs du théâtre pour nous plonger en eau libre, comme un retour aux origines, un effacement, une deuxième chance. La mer lave toutes les souillures des hommes, écrit Euripide dans sa pièce Iphigénie en Tauride. Ha mac’hellfe ur ganaouenn ober kemend all. Et si… une chanson pouvait en faire autant.

BIOGRAPHIES

Nolwenn Korbell

Portrait Nolwenn Korbell

Nolwenn Korbell est originaire de Douarnenez. Son père a été sonneur à Bourbriac et sa mère est la chanteuse Andréa Ar Gouilh. Nolwenn Korbell suit des études au Conservatoire d'art dramatique de Rennes. Parallèlement, elle commence à présenter des émissions de télévision en breton sur FR3 Ouest.
De 1991 à 1999, elle vit entre le Pays de Galles et la Bretagne où elle continue le théâtre, le cinéma et la télé. Durant cette période, Nolwenn fait également ses débuts officiels dans la chanson puisqu’elle enregistre deux albums avec le groupe gallois de folk-rock, Bob Delyn a’r Ebillion.


En 2005, elle se produit à la Maroquinerie, à Paris, puis au Festival interceltique de Lorient. L'année suivante, elle sort son deuxième album Bemdez C’Houloù (Chaque jour de lumière). En 2009, c'est Noazh (Nue), aux couleurs rock-blues. Elle forme, en 2016, le groupe Nolwenn Korbell’s Band avec le guitariste du Marquis de Sade Frank Darcel. De cette collaboration naît Avel Azul, sorti en 2018 sur le label LADTK. En 2017, elle incarne le rôle principal de Marie dans la série télé Fin ar bed réalisée par Nicolas Leborgne.

Thierry Salvert

Thierry Salvert portrait néon

Thierry Salvert est un vidéographe habitué aux eaux turbulentes de l’île de Sein. Les courants et les turbulences, il les parcourt avec l’image et la vidéo. Macro, micros, pop, expressionnistes, phénoménologiques, virtuelles, réalistes, ses images sont le fruit de collaborations dans tous les domaines artistiques qui n’ont cessé de forger ses émotions, ses vocabulaires, ses contractions du visible.
Il a réalisé de nombreux documentaires, dont le dernier Et en plus ils dansent.

REVUE DU WEB

Retour en musique

TEBEO >>> Nolwenn Korbell, accompagnée de son groupe, revient sur son dernier album où se croisent l'anglais et le breton.

OUEST FRANCE >>> Rencontre avec Nolwenn Korbell lors de son concert en soutien à l'Ukraine.

REZHOWEB >>> Nolwenn Korbell, artiste bretonne, répond aux questions de Lionel Buannic dans ce numéro de l'émission Pennad Kaoz produite par Brezhoweb. Sous-titré en breton.

Votez pour cette œuvre

En indiquant votre adresse email puis en cliquant sur "Envoyer". KuB s'engage à ne pas utiliser votre adresse à des fins promotionnelles.

COMMENTAIRES

    CRÉDITS

    autrice-compositrice Nolwenn Korbell
    guitare Hélène Brunet
    claviers, machines Thomas Saouzanet
    pedal steel Matthieu Le Moal

    réalisation Thierry Salvert, Nolwenn Korbell
    images Nedjma Berder
    étalonnage Avel Corre
    prise de son, mixage, mastering Sébastien Lorho
    studio d’enregistrement Near Deaf Experience (Brest)

    Artistes cités sur cette page

    Thierry Salvert - purée dure - expérimental

    Thierry Salvert

    NOLWENN KORBELL © Jérôme Sevrette

    Nolwenn Korbell

    KuB vous recommande