Îles bretonnes : quelles sont les plus belles îles de Bretagne ?

îles de Bretagne cover

Les îles bretonnes ne cessent de faire rêver les voyageurs et les artistes. C’est bien leur identité double qui fait leur charme et suscite la fascination : falaises déchiquetées d’un côté, lagon sablonneux de l’autre, douces à vivres mais dangereuses à naviguer… Qu’est-ce qui fait l’essence d’une île, en quoi la vie insulaire diffère-t-elle de celle du continent ? Ces questionnements et thématiques qui hantent certains écrivains, artistes et réalisateurs, trouvent des réponses dans cette sélection de films. Du Golfe du Morbihan aux Côtes d’Armor, découvrez à travers huit œuvres les plus fascinantes et les plus belles îles de Bretagne.

D'escale en Eskal, île du Ponant

Sur l’île d’Ouessant, il existait jadis une discothèque nommée L’Escale, fermée depuis quinze ans mais dont les murs tiennent encore. En 2015, les musiciens Yann Tiersen et Emilie Quinquis rachètent l’ancien dancing, voyant en lui l’occasion de réaliser un rêve, celui d’un studio et salle de concert sur l’île bretonne à laquelle ils sont tant attachés. Incarnant le vivre ensemble, ce projet a été suivi par le réalisateur Tanguy Alanou, qui, à travers ce documentaire, dresse aussi un portrait de l’île bretonne la plus à l’Ouest, et de ses habitants. Sauvage mais charmante, la plus grande des îles du Ponant donnant en Mer d’Iroise s’est bâti une sacrée réputation de danger chez les marins, ce qui contribue à son charme et est sans doute une des raisons pour lesquelles elle séduit tant les artistes.

L’archipel des Glénan n’a rien à envier aux Caraïbes. Lagon bleu clair, sable blanc et fin, tranquillité définissent cet ensemble de petites îles bretonnes paradisiaques. C’est aussi la base de l’école de voile la plus importante d’Europe, à laquelle l’archipel a aussi donné son nom. Dans ce documentaire, la réalisatrice retrace l’histoire de la création de la mythique école des Glénans et de son développement. En allant à la rencontre de la fondatrice, des moniteurs et des élèves, le film met en lumière une certaine philosophie de vie qui va au-delà du simple enseignement de la navigation.

À d'Yeu vat, la vie d'ilien

L’île dont il est question dans cette série documentaire n’est peut-être pas sur la carte des îles bretonnes, mais l'œuvre mérite sa place ici en ce qu’elle dépeint la vie insulaire avec justesse. Ancien marin-pêcheur, le réalisateur Patrice Gérard fait une chronique en plusieurs épisodes de l’île d’Yeu, l’île française la plus éloignée de la façade atlantique. Le réalisateur s’infiltre dans le quotidien des marins-pêcheurs, du bateau au bistrot, et dresse ainsi une galerie de personnages de l’île.

Descente du Trieux : Bréhat, une des plus belles îles bretonnes

Ah ! L’archipel de Bréhat a des allures de Méditerranée, avec ses eaux claires, ses pins, ses fleurs et ses roches roses. C’est aussi là où s’achève le périple d’un Jean-Louis Le Tacon qui descend toute la rivière du Trieux à bord d’un kayak, de la source à la mer. Équipé d’une caméra, Le Tacon a pris pour Bible l’ouvrage Rivières bretonnes de François Menez pour l’accompagner dans son voyage. Alors qu’il approche de l’estuaire, la traversée est de plus en plus ardue, avec les marées et les courants. L’arrivée à Bréhat, l’une des plus belles îles de Bretagne nord, n’en n’est qu’une meilleure récompense.

La mer et les jours, île bretonne sans voiture

Réalisé à la veille de la Nouvelle Vague, ce documentaire mythique longtemps inaccessible est probablement inspiré des premiers films documentaires, tels que L’homme d’Aran de Robert Flaherty (1934). Avec le projet de dresser un portrait sombre de l’insularité bretonne, c’est sur l’île de Sein dans le Finistère que les réalisateurs Raymond Vogel et Alain Kaminker ont posé leur caméra. Motivés par la volonté de montrer la dureté de la vie des îliens, ils ont été intégrés - non sans peine - aux foyers pour partager leur mode de vie. Mal aimée des guides touristiques, l’île de Sein est une des îles bretonnes les plus authentiques et charmantes, malgré son absence de relief et d’arbres. Ce documentaire vous en donnera un avant-goût si vous souhaitez la visiter.

Qui voit Ouessant, île du Finistère

L’île bretonne d’Ouessant est devenue au fil des années une terre d’artistes. Dans ce reportage, nous rencontrons la conteuse et auteure Sophie Salleron qui a eu comme ambition de rédiger et publier un journal de bord, accompagné de nombreuses illustrations. Ces textes et ces images font état de l’immersion de Salleron dans la vie de la plus grande des îles du Ponant, un voyage intérieur dans un paysage magnifique.

Une fille de Ouessant, célèbre île bretonne

Une fois n’est pas coutume, l’île bretonne a accueilli une artiste en résidence, la plasticienne et réalisatrice Eléonore Saintagnan, grâce au dispositif mis en place par l’association Finisterrae. Immergée dans le rythme de l’île, son climat et ses marées, elle se connecte avec une sorte d’alter ego du passé, jeune femme ayant vécu sur l’île d’Ouessant au siècle dernier. Saintagnan rêve et imagine la vie de Barba, et développe une narration teintée d’anthropologie, nourrie par des images d’archive de la Cinémathèque de Bretagne. À quoi ressemble la vie d’une jeune femme ilienne dans les années quarante, à l’extrême ouest de la Bretagne ? L’artiste tente d’y répondre en créant des ponts entre narration et réalité. Ce film expérimental est aussi une chronique de son séjour sur l’île du Ponant, et un portrait mettant en avant tout ce qui constitue son identité d’île : ses paysages, ses moutons, ses littoraux et ses bourrasques.

Tempus Fugit, île de Bretagne Nord

Vivre isolé au rythme des marées, c’est ce que permet cette résidence d’artiste sur l’île Wrac’h, minuscule île du Finistère, située plus précisément à la sortie de l’Aber Wrac’h, fleuve côtier du pays de Léon. C’est dans la maison-phare de l’îlot, inaccessible à marée haute, que le peintre brestois Mathias a passé quinze jours. Tournant en rond, et ne parvenant pas à trouver l’inspiration, l’artiste se sent captif de la petite île bretonne, qui devient une prison de roches et de mer. Le déclic survient en fin de résidence, c’est ainsi qu’un an plus tard, il revient sur l’île finistérienne accompagné du réalisateur Vincent Cadoret et de sa caméra.

COMMENTAIRES