Skinoberiant

silhouette noire qui danse SKINOBERIANT

Sur l’air bien connu de Ani couni chaouani, Lukaz Nedeleg, sorte de druide-slameur bretonnant, nous sert un poème sans concession sur le fléau nucléaire, moins dans la veine apocalyptique que sur celle de l’infusion radioactive dans laquelle nous macérons chaque jour un peu plus, n’ayant toujours trouvé aucun moyen de nous débarrasser des déchets qui s’accumulent, ni du trafic d’uranium à destination de pays peu recommandables.

Le ton est engagé, bien enraciné dans l’histoire bretonne qui a à son actif la centrale avortée de Plogoff (Coucou les Le Garrec !) et celle Brennilis qui n’en finit pas d’être sur le point d’être démantelée.

L’idée visuelle du clip réalisé par le collectif Décohérences, c’est la silhouette à contrejour du chanteur, comme criblée, perforée façon QR code, manière de figurer les rayonnements ionisants qui permettent de voir à travers les corps jusqu’à les disloquer. On va tous y passer… C’est pas drôle, pas cool, mais si courageux et chargé d’une énergie qui pourrait bien un jour changer la donne.

CLIP

SKINOBERIANT de L Nedeleg & L Simon

un clip réalisé par le collectif Décohérences (2022 - 3’20)

Reprenant l'air d'un célèbre chant Arapaho et inspiré par les ruines alentour de la centrale de Brennilis, Lukaz rappe son désarroi face au délire nucléaire.

INTENTION

La complainte du progrès technique

yeux atomique Skinoberiant

par le collectif Décohérences

Imaginons un monde où le nucléaire s’est infusé en tout, où il électrifie nos outils et nos désirs, où il crame les derniers poissons et fait briller la pelouse du voisin facho. Apocalyptique ? Peut-être. Mais plutôt hédoniste. On a été marqués par la proximité de la centrale nucléaire de Brennilis (démantèlement prévu en 2040) pendant le tournage du Verre tendre. Elle était souvent dans la périphérie de notre champ de vision. Quoi de plus naturel que d’y retourner pour faire conter au rappeur Lukaz la complainte du progrès technique.

On a traîné une journée dans les environs de la ruine atomique et avec quelques costumes et un peu de maquillage nous avons improvisé ce clip. Skinoberiant, c’est radioactif en breton, littéralement faiseur de rayons. Avec l’aimable autorisation des Le Garrec, nous mélangeons images d’archives et cette performance radioactive pour faire le lien entre des luttes passées, présentes et avenirs. Ce qui ne nous tue pas aujourd’hui, nous tuera peut-être demain et si on laisse aux mains du dogme nucléaire le monopole de l’imaginaire on oubliera bien vite combien il détruit, pollue et déforme le vivant.

BIOGRAPHIES

Lukaz Nedeleg

lukaz nedeleg conteur chanteur

Né à Brest, enraciné à l’ouest du pays Glazig au fond de la baie de Douarnenez, Lukaz Nedeleg s’est fait chatouiller les oreilles très tôt. À coup sûr, il y avait de l’eau de mer dans son biberon. Plus tard, il s’est formé à l’art de raconter dans le sud de la France avec Tania Bock, Pascal Quéré, Oliviero Vendraminetto, Colette Migné, Alain Bel et le musicien Rolland Martinez.

Son histoire d’amour avec les mots l’a amené à publier son premier recueil de poésie, Dans les yeux des garçons chez Papier Gâchette, illustré par Nina Imbs. Lukaz est aussi titulaire d’un doctorat en sciences de l’éducation.


Il est actuellement chargé de l’enseignement Culture des contes à l’UCO à Brest.

Tout au long de ses élucubrations, il n’a cessé de travailler sa parole : en 2018, il est primé au concours de contes 2018 de la Bogue d’or (Redon). Il joue désormais sur les scènes de Bretagne et d’ailleurs en mettant à profit la percussion des ses deux idiomes, le français et le breton. Son premier spectacle, L’albatros, mené avec l’accordéoniste Youen Bodros au sein de la compagnie La Obra, conte les aventures de Jean-Marie Le Bris, marin devenu pionnier de l’aviation. Il sévit aussi avec la racontée La Tourbe, des contes noirs associés à la musique de table de Léo Fuster. Bientôt, il sera sur scène avec les Korriged Is et leur spectacle en création, Stagañ, proposant une vision contemporaine de la danse bretonne.

Son répertoire est constitué de contes fantastiques et philosophiques, tirés des collectes de Basse-Bretagne et d’Amérique du Nord. Son style de racontage réside dans la particularité de sa voix, grave et enveloppante, dans la diversité de son jeu de comédien et dans le rythme de sa parole, grandement influencé par l’art de la poésie et du slam.

Gweltaz Foulon alias Toutz

Gweltaz Foulon producteur ingé son

Toutz a été initié à la musique dès ses 10 ans, notamment au bagad Pays des Abers où il apprend la cornemuse écossaise.
L‘envie de créer et de composer sa propre musique vient très vite. Pendant les études il découvre la musique assistée par ordinateur et dans le même temps le monde de la composition, de l'enregistrement, du mixage.

Les projets TekMao et Plouz&Foen se sont lancés en 2017 et c’est en 2018 qu’il commence ses études de techniques du son et de l’image à Toulon. Après avoir été formé aux techniques de prise de son et de mixage, il crée son propre studio et lance un trio pop-rap onirique nommé La Chance.
Installé aux alentours de Douarnenez, il a mené à bien des projets de théâtre avec La Obra, une série en breton, Flapakarr, des expériences de doublage, en technique à Dizale.
Depuis 2021, il est régisseur son et lumière au sein de la compagnie pour les spectacles Le complexe de Chita, Scalpel, Everest et La Mano.

Collectif Décohérences

jim et martin decoherences

Le collectif Décohérences compte deux membres : Martin Huguet et Jim Chawki. En 2018, Jim réalisait son troisième court-métrage, Los Cristos et il avait invité Martin au Mexique pour prendre des photos du tournage. Revenus en France, ils décident de partir en quête d’un équivalent à la magie mexicaine. Ils embauchent deux acteurs amateurs et se mettent sur la piste du Graal. Ce sera une traversée initiatique de la Bretagne où, abandonné par les comédiens, Jim prend progressivement le rôle du héros de la quête. Un docu-fiction témoigne de cette époque chevaleresque de leur existence : C’est pour le film.

N’ayant pas trouvé le calice philosophal, ils sont pourtant heureux d’avoir été accueillis dans la ville festive et sincère de Douarnenez. Ce port du Finistère devient un refuge pour eux alors que le mouvement des gilets jaunes est réprimé. Lors d’une balade en forêt, un enfant dépose aux pieds de Martin une bûche couverte de mousse et leur livre sans le savoir un nouveau sujet de film. Martin et Jim commencent à réaliser une série documentaire sur la mousse végétale


en cinq épisodes : jardinage, bryologie, érotisme, poésie et archéologie.

À Douarnenez, ils présentent Krach en septembre 2019, comprenant un festival de films, un fanzine multilingue et un moyen métrage de montage d’images existantes. Une semaine plus tard, ils traversent à nouveau l’Atlantique, Jim allant au Mexique et Martin au Québec, ce qui les mènera à l’écriture de leur film à venir : Storm Free.

Votez pour cette œuvre

En indiquant votre adresse email puis en cliquant sur "Envoyer". KuB s'engage à ne pas utiliser votre adresse à des fins promotionnelles.

COMMENTAIRES

  • 29 Juin 2022 14:41 - Elen Cariou

    Pegen dreist. Mersi bras

  • 29 Juin 2022 09:14 - Gourves

    Très bon

CRÉDITS

chant Lukaz Nedeleg et Leïla Simon
paroles Lukaz Nedeleg
composition Gweltaz Foulon

réalisation collectif Décohérences : Martin Huguet et Jim Chawki

Artistes cités sur cette page

jim et martin decoherences

Collectif Décohérences

KuB vous recommande