Georges

Georges

Être tout ce que l'on a été

Images en super 8, floues, d’un couple qui enfourche une moto tout terrain. STOP, REWIND, PLAY.
Un homme âgé engoncé dans son pull, fait rouler sa tête sur ses épaules pour assouplir ses cervicales, son souffle est court, ses yeux mi-clos… Ses bras maintenant, qu’il étire vers le plafond, dans le halo matinal d’une chambre close. Un instant la filmeuse et le filmé se sondent du regard, l’homme semble penser : Voilà, je suis comme nu devant cette jeune femme qui me filme. Elle le regarde en effet, avec acuité.
Il ouvre les volets.
C’est beau les fleurs le matin (habituel hommage à la beauté de la nature à Mellionnec). Puis il va saluer ses chevaux (l’on croit reconnaître les chevaux d’Hélène et les grenouilles, sensation au fil des films de construire une topographie imaginaire de ce canton). Il avance maintenant vers ses moutons, jusqu’à se retrouver face à lui-même, quelques décennies plus tôt, un corps souple alors, dénudé.


Le yoga c’est quand j’étais chez Danone, on était stressé quand même ! J’étais pris dans l’engrenage. Très intéressante imbrication d’espaces et de temps : un film de vacances sert de support à une parole sur le travail et ses tensions ; suivi d’une très belle séquence de manucure d’un mouton, où il est encore question du calme nécessaire pour que les choses se passent bien. Je n’ai aucune idée de comment je serai dans 6 mois, à 80 ans passés, je me laisse vivre.
Avec des blocs de présent simple qui se succèdent, incisés parfois d’un fragment de mémoire en super8, le rythme de ce film est bien accordé à la vie de ses personnages (Georges vit avec Suzanne). Puis survient ce point d’orgue, temps suspendu où Georges semble connecté à la stratosphère où passe un avion de ligne. Je ne me vois pas vieux, c’est les autres qui me signifient mon âge. Voilà encore un beau précipité d’espace et de temps.
Georges est à la fois cet homme ralenti et dense, et cet histrion en peignoir qui gambade dans un pré à la poursuite d’un ballon de football. Derrière chaque vieillard que nous croisons dans notre existence et que nous finissons par devenir, il y a ce jeune fou, cette jeune palpitante ; ensemble ils dansaient le rock, roulaient à moto, se révoltaient contre la société. Nous sommes la somme de tout ce que nous avons été.
Georges est un film issu des Portraits de Mellionnec, une collection produite par Ty Films et à retrouver sur notre page dédiée.

GEORGES

un film de Sarah Balounaïck (2014-16')

SARAH BALOUNAÏCK

BIOGRAPHIE
Sarah Balounaïck - réalisatrice - autoportrait
Sarah Balounaïck, réalisatrice de "Georges"

Voir la biographie de Sarah Balounaïck sur la page Hélène et les Grenouilles.

CRÉDITS

réalisation Sarah Balounaïck
avec Georges et Suzanne

image et montage Sarah Balounaïck
point de vue extérieur Mélissa

production Jean-Jacques Rault, Gaëlle Douël
Ty Films, Mellionnec (22)

Artistes cités sur cette page

Sarah Balounaïck - réalisatrice - autoportrait

Sarah Balounaïck

ESPACE PARTICIPATIF

    KuB vous recommande