Sweet zombie

Petit Michel dans les bras de sa mère

Il fait un temps de Toussaint dans le film de Thierry Bourcy et comme son film se passe dans un cimetière, il y a tout lieu de se laisser prendre par le souffle glacé de la mort.

Il n’en sera rien, la situation inspire à l’auteur un conte où une défunte reprend vie dans la fleur de l’âge. Elle s’adresse à son rejeton déjà passablement gagné par la vieillesse. L’incongruité de la situation a quelque chose de réjouissant : la mort débarrassée de son effroyable déguisement. Au diable les zombies purulents du cinéma d’horreur, vive les fantômes façon Bourcy !

FILM

UN PETIT COIN DE CIEL BLEU

de Thierry Bourcy (2018 - 7')

Michel, un homme d’une cinquantaine d’années, se rend sur la tombe de sa mère, dans un petit cimetière de campagne. Tandis qu’il se recueille devant la tombe, une jeune femme l’aborde. Avec effarement, il reconnaît sa mère : elle est revenue en fantôme jeune par coquetterie. S’engage alors entre mère et fils un dialogue à la fois tendre et mélancolique où s’entremêlent les thèmes du deuil, du temps qui passe, des amours et du lien filial.

>>> un film produit par Abordage Films et L'Atelier d'ARAN

INTENTION

Tendre fantôme

Petit Michel dans les bras de sa mère

par Thierry Bourcy

Il faut croire que ce thème de la mort d'une mère, sous-tendu de celui d'un dialogue difficile avec son fils, m'intéresse : je l'ai déjà traité d'une façon plus développée dans un scenario intitulé La Réconciliation. La légèreté du court métrage m’a donné la liberté de mettre en scène un fantôme à la fois espiègle et tendre. Réminiscence, sans doute, de certains films scandinaves, j’ai voulu traiter l'aspect fantastique de cette histoire avec ambiguïté : on ne saura jamais si cette jeune mère, charmante et coquette, n'existe que dans l'esprit de son fils venu se recueillir sur sa tombe ou si cet étonnant fantôme traverse un instant l'espace du cimetière.
C’est la découverte du superbe cimetière de Treboul à Douarnenez qui m’a inspiré cette histoire. Il y a dans le jeu du comédien un brin d'hallucination et dans celui de la comédienne un décalage, une vague désuétude, soulignée par son costume d'une autre époque. J’ai aussi fait un travail non conventionnel au niveau du découpage et des raccords, rythmant la narration par une oscillation incessante du sourire à la gravité, du mystère à la familiarité, de la tendresse à l'irritation. Pour traduire ce paradoxe si bien décrit par Verlaine : être présent bien qu'exilé, encore que loin en allés.

BIOGRAPHIE

Thierry Bourcy

Portrait réalisateur Thierry Bourcy

Né en 1955 à Vannes, Thierry Bourcy réalise son premier court métrage La rose de Paracelse en 1985. Il enchaîne ensuite l’écriture pour la télévision, tout en réalisant ses propres courts métrages et documentaires. Il est également auteur de romans historiques et policiers, publiés chez Folio et 10/18.
Il dirige régulièrement des ateliers d’écriture de scénario, notamment à l’ESRA Rennes.
Il a fondé sa société Abordage Films et produit des courts métrages depuis 2017.

REVUE DU WEB

Écrire des mondes

ARTE >>> Blow up : le cimetière au cinéma (ci-contre)

FILMS EN BRETAGNE >>> Thierry Bourcy, un flibustier du scénario à l’Abordage de la production : il nous parle d’une corde pas si nouvelle à son archet, mais que la vie lui offre, depuis quelques années, de développer.

OUEST FRANCE >>> Rompu à l’exercice, Thierry Bourcy donne ses conseils pour écrire un bon scénario.

COMMENTAIRES

    CRÉDITS

    un film de Thierry Bourcy

    avec Luc-Antoine Diquero, Louise Orry-Diquero

    image Antoine Tracou, Aurélie Du Boys
    son Benoît Hauton

    montage Antoine Tracou
    mixage Laurent
    musique Thierry Bourcy
    régie Joëlle et Armel Mandart

    production Abordage Film, l'Atelier d'ARAN

    avec le soutien de la Région Bretagne

    Artistes cités sur cette page

    Portrait réalisateur Thierry Bourcy

    Thierry Bourcy

    KuB vous recommande