La vie sexuelle de Peter Pan

Peter Pan Jacques fauteuil roulant

L’échappée belle

Jacques est handicapé, son corps est distordu, il ne parvient pas maîtriser ses gestes, à articuler un propos compréhensible. Tout ce que nous ne voulons pas (sa)voir des handicapés est là, exhibé.

Et pourtant, Jacques ne vit pas un cauchemar. Son mental, sa capacité à raisonner sont intacts, voire sur-développés. À l’inverse d’une approche où poindrait l’apitoiement, le regard de Corto Fajal induit notre empathie. N'avons-nous pas tous des handicaps à surmonter ? Sous nos yeux, Jacques, faisant fi de sa lourde infirmité, parvient par moments à être libre, à échapper à son aliénation.

Pour susciter l’amour il faut être drôle… Jacques sait y faire, sans compter qu’au lit, il est génial, selon Catherine, l’une de ses maîtresses. C’est pour tous ces moments que La vie sexuelle de Peter Pan constitue une expérience féconde pour le spectateur.

LA VIE SEXUELLE DE PETER PAN

réalisé par Corto Fajal (2007 – 51’)

Jacques vit en fauteuil, s'exprime avec difficulté, ne peut manger ni se laver seul. À bientôt quarante ans, il a toujours besoin de séduire, il aime les femmes et aspire à une vie sexuelle et affective épanouie. Il est le personnage principal de ce film à quatre voix, avec trois femmes, elles aussi handicapées. Elles ont partagé un moment de leur vie avec lui. Trois histoires d'amour qui les ont marqués profondément.


Tous s'expriment avec pudeur mais sans tabous pour évoquer la difficulté de subir un handicap toujours présent et que chacun tente de surmonter à sa manière. Comment oublier le poids d'un corps abîmé et peu mobile ? Comment s'épanouir sous le feu culpabilisant du regard des autres ? Les difficultés de ces quatre personnages nous renvoient à nos propres errances, à notre propre sexualité. Ils nous font réaliser la place qu'elle prend dans notre quotidien : l'acte sexuel bien sûr, parce qu'il s'agit effectivement de cela mais surtout dans les jeux de la séduction, dans les fantasmes accessibles, dans le regard que l'on porte sur son propre corps qui sont pour nous acquis, acceptés et naturels. Mais pour lui et pour elles ? Nous cherchons tous l'amour et une vie apaisée. C'est un chemin parfois long et difficile. La sérénité, la sagesse acquise ou la fin de certaines illusions de ces quatre personnages ne nous sont pas étrangères.

Corto Fajal

Un film produit par Aligal production

Oeuvre utile

INTENTION

par Corto Fajal

Peter Pan Jacques fauteuil roulant

Le syndrome de Peter Pan se caractérise par le refus de sortir de l’enfance et de devenir adulte. On dit aussi de quelqu’un qu’il est atteint de ce syndrome lorsqu’il ne semble pas présenter les capacités à devenir adulte. Les personnes handicapées sont souvent victimes malgré elles de ce syndrome sous la pression d’un entourage bienveillant : famille, personnel de foyer d’accueil limitent involontairement leur capacité d’autonomie, leur espace d’épanouissement et donc toute appréhension saine d’une vie affective et sexuelle. Peter Pan c’est aussi celui qui se réfugie dans un monde imaginaire. La sexualité chez les personnes handicapées est souvent vécue à travers ce filtre frustrant de l’imaginaire et de la fantasmagorie. Et puis Peter Pan, c’est ce personnage qui d’emblée suscite la sympathie et la confiance et que l’on accepte de découvrir avec plaisir.

Rencontre avec Peter Pan


Au premier abord, on se dit que Jacques n’est pas capable de faire grand chose : on comprend parfois difficilement ce qu’il dit, il ne peut manger ni se laver seul. Faire pipi seul est un exploit qui lui prend entre 15 et 30 minutes lorsqu’il est en forme. Malgré ce lourd handicap, il est informaticien programmeur dans une banque (il tape sur un clavier avec sa langue), est champion de France d’équitation handisport, a repris des études à l’université dans un cursus normal et se déplace régulièrement seul, à la force de son pied droit. Il force l’admiration et il le sait. En le fréquentant, on découvre une formidable énergie, une volonté hors du commun, une force de caractère bien trempée, un humour torride et décapant, une expérience et un sens de l’analyse impressionnants. Quand je lui ai proposé de faire un film qui parle de sexualité et de vie affective chez les personnes handicapées avec lui comme personnage central, il s’est montré enthousiaste mais à une condition : parler de sexualité sans fard, ni fausse pudeur, raconter de manière simple mais réaliste le quotidien sexuel et affectif, se servir de lui, de son expérience pour montrer les difficultés qu’engendre un lourd handicap, le parcours chaotique souvent ponctué d’échecs, de souffrances et de frustrations. Et de fait en visant l’intégration sociale des personnes handicapées, la société a pensé à la diminution des barrières architecturales, l’apprentissage et l’intégration au travail, l’accès aux loisirs et aux ressources communautaires, à l’éducation, aux transports, à la protection sociale. Mais qu’en est-il de leur vie affective et sexuelle si primordiale à l’équilibre de tout individu ?

Jacques m’a ouvert les portes de son passé, m’a dévoilé son jardin secret, m’a permis de rencontrer ses anciennes relations sans jamais interférer dans leur témoignage et sans jamais tenter de se servir du film pour renouer des relations interrompues. Par son témoignage et ceux de mes rencontres, j’ai pénétré peu à peu l’univers concret et quotidien de leurs aspirations, de leur déception, de la complexité de leur rapport, de la difficulté d’assumer leur corps, du regard des autres et du leur sur leur propre corps, de la pression de l’entourage familial et institutionnel. J’ai découvert la complexité et l’ambiguïté de Jacques si admirable au quotidien, mais au prix d’une exigence telle, qu’il s’est parfois comporté de manière cruelle, injuste et tyrannique auprès des gens qui l’aimaient le plus. J’ai partagé des rêves qui souvent se ressemblent : se donner la main dans la rue, vivre à deux, avoir des enfants. J’ai rencontré des gens valides qui, à force d’amour, rendent les rêves de certaines personnes handicapées accessibles.

C’est tout cela que Jacques m’a offert pour construire un film. Bien vivre sa vie affective et sexuelle n’est pas l’apanage des gens en bonne santé. En réalisant La vie sexuelle de Peter Pan, j’ai eu l’impression de faire une œuvre utile.

Politiquement incorrect

TÉMOIGNAGES
jacques Peter Pan viesexuelle

Je me souviens que plusieurs fois des spectateurs me disaient : En voyant ce film, c'est nous qui nous sentons handicapés.

Je me souviens aussi d'une programmatrice d'une grande chaîne nationale qui a vu le film et a adoré. Elle a absolument voulu me rencontrer pour en parler. Nous avons parlé près de 3/4 d'heure de tout ce que le film lui avait fait ressentir. J'étais ému et persuadé qu'elle allait l’acheter. À la fin de la discussion lorsque j'ai osé aborder le sujet elle m'a répondu : Ah non, pas possible, jamais ma chaîne n'acceptera de diffuser ça. Ce n’est pas politiquement correct.

CORTO FAJAL

BIOGRAPHIE
Corto Fajal

Corto Fajal est né le 21 avril 1970 à Lorient et vit aujourd’hui à Longaulnay, en Ille-et-Vilaine. Il est réalisateur de fictions et de documentaires. Il a également à son actif plusieurs clips et reportages.


Filmographie

El Orgullo del Gitano (1992)

Mémoire des pierres (2001)

Nue comme un verre (2003)

Tribe trop en Kirghisie (2004)

La vie sexuelle de Peter Pan (2004)

Jon, face aux vents (2010)

Sexualité et handicap

REVUE DU WEB

LE MONDE, Camille Hamet et Claire Rainfroy >>> Handicap : l'assistance à la sexualité en débat
Les personnes lourdement handicapées peuvent-elles se faire aider de professionnels spécialisés pour accéder au plaisir et à leur sexualité ? Non, vient de répondre le Comité consultatif national d'éthique.

BFM, Maxime Ricard >>> Moi, Nadine, accompagnante sexuelle: les handicapés ont aussi des besoins affectifs et sexuels
Les handicapés ne sont pas seulement handicapés, se sont avant tout des hommes et des femmes, jeunes ou moins jeunes, issus de telle ou telle classe sociale, …

Julia Kristeva >>> Sexualité et handicap
Une vie sexuelle est possible voire nécessaire pour les personnes handicapées, et il s’impose de les accompagner dans la dignité mais sans simplification dans ce droit à la vie sexuelle qui est plus qu’une exigence politique, une condition vitale.

CRÉDITS

réalisation Corto Fajal

assisté de Marie-Claire Thouault

montage Cécile Boutain

mixage François Demont

musiques Love Scene/Jerry Garcia Turner/Rhino Music 1997 Mysteries/ Beth Gibbons Universal Music 2002

avec Jacques Manceron, Catherine Bonsignor, Sandra Müller, Kelthoum Boutchiche

merci à Catherine Perez Christophe et Seve Laurent

extrait (TV) La petite maison dans la prairie Ed Friendly

une coproduction Aligal production / TVR

avec le soutien du CNC

et de la Région Bretagne

Artistes cités sur cette page

corto fajal

Corto Fajal

ESPACE PARTICIPATIF

    KuB vous recommande