Ça crève les yeux

fumer tue horace

Le court métrage Horace aborde de front deux thématiques : celle des mères tyranniques et celle du rapport entre le réel et ses représentations.

Rose est très insatisfaite de sa vie, son sourire crispé dissimule un bouillonnement de colère, d’amertume, de frustration et de déception. Son mari l’a quittée et son fils unique est aveugle. Comme si ses deux faire-valoir s’étaient dérobés. L’enfant privé de vue s’est inventé un monde imaginaire, une bulle protectrice. L’annonce d’une opération qui lui fera recouvrer la vue n’est donc pas l’assurance d’un happy end.

Intéressante trame dramatique que nous proposent Margot Simon et Sylvain Vallas, avec la mise en parallèle de personnages incarnés et de leurs doubles en marionnettes, manière d’exercer leurs talents de jeunes cinéastes réalisant là leur film de fin d’études.

HORACE

de Margot Simon et Sylvain Vallas (2018 - 10’)

Horace, dix ans, est aveugle de naissance et s'est créé sa propre représentation du monde. Sa mère Rose ne supporte pas l'idée qu'il soit ainsi déconnecté de la réalité. Un jour elle lui annonce qu'il va se faire opérer et retrouver la vue.

>>> produit par ESRA Rennes

Imposer une vision c’est détruire la diversité

INTENTION
Rose fume dans le salon - Horace

par Margot et Sylvain

Dans Horace le propos c'est qu’il ne faut pas imposer sa vision du monde à autrui. Contre l'uniformisation, pour la diversité. Mieux vaut respecter la pensée, le point de vue et la perception de chacun. Chaque individu a ses repères, sa façon de réfléchir et d’interpréter le monde qui l’entoure.

Horace est en partie inspiré des personnages de Vincent de Tim Burton, de Max dans Mary & Max de Adam Elliot et de Coraline de Henry Selick. Horace vit sous l'emprise de sa mère, Rose, qui le dénigre et ne lui prête pas attention.


Il s’est plus ou moins renfermé dans son monde imaginaire qui lui procure un équilibre intérieur. Dans ce monde, Horace a une représentation métaphorique des personnes qui l’entourent et sa mère y est un monstre.
Rose ne supporte pas le fait qu’Horace soit aveugle, elle le voit comme son échec, une erreur qui lui rappelle sa rupture douloureuse avec le géniteur. Elle est prête à tout pour qu’Horace retrouve la vue. Elle est inspirée par la figure de la mère dans les films de Xavier Dolan et de Hanna Giurgui dans My little Princess d'Eva Ionesco ou encore de Folcoche dans Vipère au poing. C’est un personnage pudique, qui ne laisse rien paraître et qui éprouve une certaine complaisance dans sa souffrance.

Distinguer monde réel et imaginaire

MAKING OF

Nous avons choisi d’utiliser la marionnette pour illustrer le monde imaginaire d’Horace. Pour le monde réel, nous avons opté pour des prises de vues avec des acteurs. Ce choix nous permet d’exprimer deux mondes distincts par la technique et l’esthétique. Horace est une histoire tragique. Celui-ci ne peut échapper à son destin. Sa mère a les pleins pouvoirs sur lui, mais Horace refuse ce destin et reprend le contrôle en se crevant les yeux tel l’Œdipe de Sophocle.


Les décors sont traités différemment selon qu'il s’agit de la perception d’Horace ou du monde réel. Chacun de ces espaces est le reflet de la personnalité et de la psychologie de la personne qui l’occupe. La chambre d’Horace sera plutôt vide et triste, alors que dans son imaginaire elle sera pleine d’objets, tel un cabinet de curiosités. Le salon de Rose est encombré d’objets anciens, d’antiquités, de magazines, de paquets de cigarettes. Par des plans en plongée zénithale, nous avons mis en évidence le fait que la chambre d’Horace a la forme d’un œil et le salon de la mère celle d’une bouche.

Margot Simon & Sylvain Vallas

BIOGRAPHIES

Margot Simon

Margot Simon est passionnée de cinéma et de photographie depuis son plus jeune âge et après un baccalauréat littéraire option cinéma, elle est diplômée de l’ESRA Bretagne (École Supérieure de Réalisation Audiovisuelle) en 2019. Horace a été réalisé dans le cadre de sa deuxième année d’études. Il est sélectionné au Festival national du court-métrage étudiant et primé à Courts en Betton. Aujourd’hui, Margot se tourne vers le documentaire et la post-production.

Margot Simon et Sylvain Vallas

Sylvain Vallas

Après une brève mais nourrissante année à Rennes II en Arts du spectacle, Sylvain Vallas se dirige vers l’ESRA à Rennes d’où il ressort diplômé en 2019. C’est en option Image qu’il choisit de se spécialiser en vue de maitriser la direction photographique tout en continuant d’accorder un véritable intérêt pour l’écriture de scénario et la réalisation.


Cinéaste dans l’âme, il travaille et collabore depuis huit ans au confluent de plusieurs domaines artistiques dont les arts du spectacle, la photographie et la vidéo en collaborant avec des équipes professionnelles du spectacle vivant : marionnettistes, magiciens, jongleurs, musiciens, ainsi qu’avec des stylistes, photographes et web-magazines. Ces activités et surtout leurs combinaisons sont pour lui une source d’inspiration constante.

CRÉDITS

avec
Horace Alexandre Lagarde
Rose Joëlle Haddad-Champeyroux
le narrateur Christian Pélissier

réalisation Simon Margot, Vallas Sylvain
scénario Simon Margot, Robin Roxane, Vallas Sylvain
assistante réal et prod Guerillon Margot
2e assistante réal Dufrenoy Camille
directeur photo Robert Abel
électro Lacroutz Quentin
chef op' Marie Léa
assistante image Stoffel Auriane
ingé' son Beneteau Thomas, Lormel Marvin

déco et scripte Robin Roxane
artistes maquettistes Dallois Benjamin ColombieR Marie
conception marionnettes Simon Margot Vallas Sylvain
costumes marionnettes Collet Manon
illustrateur Slip De Bain
montage image Stoffel Auriane, Parreaux Noémie
montage mixage son Beneteau Thomas, Lormel Marvin

VFX Le Boursicault Erwan, Malandain Rémi
étalonnage Le Boursicault Erwan
composition musique Pivard Thomas
photographe de plateau Desloges Clara
maquilleur Lesauvage Jérémy
régie Piperot Typhaine Davidou Raphael Compte Frédéric
traduction Ladurelle Jean-Charles

Artistes cités sur cette page

MARGOT SIMON réalisatrice Horace

Margot Simon

SYLVAIN VALLAS réalisateur Horace

Sylvain Vallas

ESPACE PARTICIPATIF

    // Anonymous

    KuB vous recommande