Place publique avec toit

Sophie Ricard dans l'hôtel pasteur

Redonner vie, à moindre coût, à un bâtiment public dont la Ville ne sait plus quoi faire. C’est la contrainte de départ que le maire de Rennes posait en 2013 à Patrick Bouchain. Dans une ville où la tension foncière est forte, il y a nécessité sociale et démocratique à occuper ce bâtiment vide.

L’Université foraine sera sa réponse, un tiers-lieu culturel ouvert à tous, pour une société émancipée, responsabilisée, participative. Le projet vise à démontrer que des jeunes gens sont capables de prendre en main leurs affaires. Chacune des associations temporairement hébergées dans le lieu est invitée à tirer ce projet collectif vers le haut, en participant à l’entretien et à l’embellissement du bâtiment. La jeune urbaniste Sophie Ricard est chargée de la mise en œuvre, qui compte son lot de détracteurs.
L’utopie l’emportera-t-elle sur le pragmatisme ?

L’étrange histoire d’une expérience urbaine opère au croisement de deux questions cruciales dans les transformations en cours : 1. Comment recycler les bâtiments désaffectés (tant en ville qu’en campagne), 2. Quels nouveaux usages pour les espaces publics ?

L’ÉTRANGE HISTOIRE D’UNE EXPÉRIENCE URBAINE

de Julien Donada (2016 – 54’)

Sophie Ricard et Patrick Bouchain, architectes-urbanistes, expérimentent à Rennes une nouvelle manière de répondre aux besoins de la ville et de ses habitants. Autour du bâtiment Pasteur, l’ancienne faculté des sciences, désaffectée. Ils provoquent et coordonnent une multitude d’activités initiées par les citoyens, pour les citoyens, faisant surgir besoins et désirs. Entre soutien et opposition, doutes et interrogations, une étrange histoire commence.

>>> un film produit par Kepler 22 et Colette Quesson - À perte de vue

Modeste et révolutionnaire

INTENTION

par Julien Donada

Réunion d'équipe à l'Hôtel Pasteur pour l'université foraine

En 2014, Rennes vient d’élire un nouveau maire. Deux architectes, Patrick Bouchain et Sophie Ricard, comprennent que l’expérience qu’ils ont lancée peut être remise en cause. Il y a quelques mois, ils ont ouvert les portes de l’ancienne faculté de sciences à qui veut y faire quelque chose. Leur idée est simple en apparence mais complexe à mettre en œuvre : donner aux habitants de Rennes la possibilité de se servir de ce site vacant pour en faire un lieu sans programme défini. Ce sera ce que les gens en font.

Comme dans toutes les villes, les besoins sont énormes. Très rapidement arrivent des étudiants en arts plastiques à la recherche de salles pour exposer, des précaires qui n’ont pas de lieu pour mettre en place des activités sportives, des pompiers qui font des formations premiers secours, des psychothérapeutes de groupes qui veulent sortir de l’hôpital, des ébénistes en formation qui veulent se faire la main sur du mobilier, etc. Sophie organise le lieu, comme une architecte organise l’espace. Transformée en ruche, l’ancienne fac revit, devenant peu à peu le lieu de tous les possibles. Mais à l’horizon les nuages s’amoncèlent : l’opposition municipale gronde. Tant de liberté dans un lieu que l’on ne sait pas définir, cela dérange forcément.


Romain Breselec, étudiant à Sciences Po, prépare son mémoire de fin d’études sur le sujet. Il mène l’enquête autour des différents acteurs de l’aventure, les bienveillants comme les défavorables, perplexes et autres opposants politiques. Deux camps, deux manières de voir la ville. Sauront-ils convaincre la nouvelle maire qu’il faut continuer l’expérimentation ?

En allant à Rennes suivre l’aventure de L’Université Foraine, j’ignorais ce qui allait se passer : Sophie Ricard espérait pouvoir poursuivre l'expérience, mais aucune certitude ne pouvait la rendre confiante. J’étais dans la même situation : je tournais sans savoir ce qui allait se faire. C’est ainsi que j'ai été, pendant neuf mois, témoin d'une expérience fragile et modeste, et finalement assez révolutionnaire .

Ce film raconte une expérience sociale, humaine et urbaine, mais c'est avant tout un film politique. Il nous interroge sur le pouvoir de décision dans notre société aujourd'hui, il pose la question du bien commun et de son usage, des relais entre les rouages politiques et la démarche citoyenne. Interroger la chaîne qui donne naissance aux chantiers publics en ayant présente à l’esprit la notion de démocratie participative, s'inscrire dans le préexistant, ne pas construire à tout prix, prendre en compte l'environnement immédiat des lieux qu'on lui confie, utiliser à la fois la situation et les acteurs locaux pour créer une dynamique qui ne tombe pas d'en haut mais vienne de l'intérieur : voilà ce qui est au cœur de la démarche de l’architecte Patrick Bouchain.

Patrick Bouchain met les futurs usagers au centre du dispositif décisionnaire. Ça parait simple et évident, pourtant on parle d'utopie. Chacune de ses réalisations a été l’occasion d’expérimenter des modes d’action permettant aux hommes d’intervenir sur ce qui les concerne au plus haut point et sur quoi, pourtant, ils n’ont généralement que peu de prise, à savoir leur cadre de vie.

C'est une autre conception de l'architecture, une autre conception de la ville et du vivre ensemble. Autour de cette expérience, je voudrais donc faire un film qui se pose des questions sur la ville et ce que nous voulons en faire, qui soit une plongée dans les rapports indispensables et pourtant encore bien peu évidents entre l'élu, l'architecte et le citoyen. Un film sur notre société, sur les pesanteurs et les freins de notre démocratie et sur le combat de Patrick Bouchain et de Sophie Ricard pour les contourner. Accueillir l’université foraine représente pour les élus une prise de risque. Le risque de confier un lieu à une équipe sans programme prédéfini, de soutenir une sorte de projet fantôme dont ils ne savent pas comment il va se développer, de faire en marchant, sans tout maîtriser d’avance. Pourtant ce que propose l’architecture citoyenne pourrait bien être une réponse à nombre des problèmes auxquels se heurtent les municipalités : utilisation de lieux désaffectés, manque de budget pour des réaménagements passifs, coordinations des réseaux associatifs, manque d’espaces pour abriter les initiatives locales, canalisation des énergies citoyennes, reconstitution du tissus social,

L'UFO est un projet précurseur dans sa proposition. Il rejoint des préoccupations qui sont présentes ailleurs en Europe. Il exprime un point de vue sur notre démocratie. Partout on le constate, les citoyens sont en perte de confiance à l’égard de la politique traditionnelle, mais il s’investissent de plus en plus sur les sujets locaux. Les acteurs politiques sauront-ils composer avec cette tendance qui d’une certaine façon les contourne ? Sauront ils s’en emparer, en faire quelque chose ? Et inversement, le mouvement citoyen est-il réellement porteur de solutions pérennes et exportables ? La démocratie participative à l’échelle de la ville est-elle une vraie réponse aux maux dont souffrent nos démocraties ?

Autant de questions que ce film soulève et qui engagent l'avenir de notre société.

PATRICK BOUCHAIN

BIOGRAPHIE
Patrick Bouchain

Né à Paris le 31 mai 1945, Patrick Bouchain est un architecte et scénographe français.
Il a étudié à l'École des Beaux-arts de Paris, fait ses stages d'études chez le décorateur Jacques Dumond, l'architecte André Hermant, puis chez le peintre Henri Malvaux. Il a été élève à l'école Camondo où il a ensuite enseigné.

Après dix ans d'enseignement du dessin et de l'architecture, Patrick Bouchain associe un souci politique à son travail, considérant que l'architecture est politique et qu'elle doit répondre au souci de l'intérêt général. Depuis, s'il continue son œuvre, il se concentre sur des constructions publiques, et sur les besoins : Aujourd'hui, ce qui m'intéresse, c'est de comprendre le besoin. Je crois à l'explication, à la vision collective des problèmes et à la décision individuelle. (...) C'est exactement comme un travail de metteur en scène.


Il est un pionnier du réaménagement de lieux industriels en espaces culturels, à partir de 1985 et la réhabilitation du Magasin à Grenoble en centre d'art contemporain, suivi de La Ferme du Buisson en Seine-et-Marne , Le Lieu unique à Nantes, et La Condition publique, à Roubaix.
Il voit le rôle de l'architecte comme celui d'un assistant de la population, pour que l'architecture soit à son service, assistant du maître d'ouvrage pour un respect de budgets mesurés, assistant d'artistes de galeries et de spectacle vivant.

Ainsi, Patrick Bouchain développe et enseigne depuis des années une architecture HQH (Haute qualité humaine) qui vise à redonner de l'humilité et de l’intelligence à l'architecture contemporaine. Son intérêt pour la transition entre la conception d’une idée et sa mise en œuvre l’a orienté du côté de la maîtrise d’ouvrage et non seulement de l’architecte, ce qui lui a permis d’occuper ce point de passage complexe entre une idée et sa réalisation.

SOPHIE RICARD

BIOGRAPHIE
Sophie Ricard maître d'ouvrage chantier Hôtel Pasteur

Architecte diplômée d’état depuis 2009, elle est formée à l’École Nationale Supérieure d'Architecture de Versailles ainsi qu'à la Faculté La Sapienza de Rome.

Après de nombreux questionnements liés à l'enseignement reçu en école d'architecture, elle décide d'apprendre à construire auprès de ceux qui ont décidé de faire autrement et de s'engager. Elle intègre l'agence Construire auprès de Patrick Bouchain et Loic Julienne. Pensant que l'architecture est l'affaire de tous et non une affaire réservée aux techniciens experts de la ville, elle travaille sur des projets incluant la capacité d'agir de chacun.


Architecte de terrain, et, après avoir expérimenté la permanence architecturale durant trois années à Boulogne-sur-Mer dans le cadre de la réhabilitation de 60 foyers de promotion familiale en site occupé, elle s'occupe de la permanence architecturale du premier projet de l'Université Foraine à Rennes initié par Patrick Bouchain.

JULIEN DONADA

BIOGRAPHIE
Julien Donada réalisateur

Julien Donada est cinéaste et photographe. Les fils conducteurs de ses travaux : l’architecture, l’urbanisme, la ville. Une ville qu’il nous montre de manière décalée dans ses œuvres, comme dans Soudain la Grande Motte (2008), ou à travers un bâtiment spectaculaire dans À Propos du Bunker et Le musée Guggenheim de Bilbao (2004) ou encore à travers l’architecture radicale dans Les Visionnaires (2013).
L’espace urbain est pour lui un grand terrain de jeu, documentaire, photographique et fictionnel. La suite à retrouver sur sa fiche artiste !

Une nouvelle fabrique de la ville

REVUE DU WEB

LE BLOG DOCUMENTAIRE, Nicolas Bole >>> C’est une des qualités – et non des moindres – de l’approche de Julien Donada : donner à voir et à s’enthousiasmer tout en laissant la place au doute, montrer une forme de réalité objective tout en étant présent, avec une joyeuse malice, quelque part derrière la caméra.

CANAL B, LA SÉRIE >>> Ronan Le Mouhaër Rencontre avec Sophie Ricard, point de repère pour toutes et tous, sur l’immense chantier de l’Hôtel Pasteur qui voit se croiser des acteurs d’horizons très divers. Une architecte loin de rester assise à dessiner. L’occasion d’aborder son parcours mais aussi l’idée qu’elle se fait de son métier.

OUISHARE >>> Samuel Roumeau, Un Tiers-lieu est une sorte de place publique avec un toit. Pour Sophie Ricard, responsable de la permanence architecturale de l’Hôtel Pasteur à Rennes, un tiers-lieu est un espace ouvert à tous, qui favorise les rencontres fortuites, permet des apprentissages mutuels et pose les bases d’une nouvelle fabrique de la ville.

LIEUX INFINIS >>> Les Lieux infinis sont des lieux pionniers qui explorent et expérimentent des processus collectifs pour habiter le monde et construire des communs. L'Hôtel Pasteur à Rennes faisait partie de la dizaine de lieux infinis français présentés lors de la Biennale d'Architecture de Venise en 2018.

SLATE >>> Arnaud Idelon, Des Grands Voisins à la Halle Papin, la friche s'impose comme la personnalité de l’année 2018. Entre ruines et vide bienfaiteur dans le tumulte de la ville, que venons-nous chercher dans ces espaces de transition ?

CRÉDITS

écriture et réalisation Julien Donada
séquences animées Jeanne Paturle et Colombe Salvaresi
image Julien Donada, Hervé-Jacques Passard, Guillaume kozakiewiez, Adrien Basch
son Dominique Dallemagne, Corinne Gigon et Laurent Benaïm

montage César Diaz
musique Jérémy Nattagh
étalonnage Fabrice Richard
montage son Manuel Vidal
mixage Corinne Gigon
directrice artistique Charlotte Erlih
assistant montage Antoine Prévost

production Kepler 22 & A perte de vue
en coproduction avec Arte France
avec la participation du CNC
avec le soutien de la Région Bretagne, la Direction Générale de Patrimoines, la Procirep et l’Angoa.

ESPACE PARTICIPATIF

    KuB vous recommande