Écho

Echo cover

Actrice

Lena Paugam arrive sur KuB par l’entremise du réalisateur Sylvain Bouttet qui pose sur elle un regard attentif, attendri et admiratif. Nous attendions ce moment avec impatience, car cette jeune comédienne et dramaturge porte en elle une énergie créatrice, faite de fulgurances et de curiosité pour les autres. Elle invente, avec quelques comparses, une nouvelle manière, modeste et exigeante, d'être actrice en ce monde.

Ça commence par une balade sur la plage de Binic où elle évoque les idées qui charpentent sa conception du théâtre contemporain. Nous la retrouvons ensuite pour la première mise en forme d’Écho, un texte que Xavier Maurel a écrit pour elle en 2017, un monologue qu’elle donne dans le bois du Viaduc des Pourrhis, à Étables-sur-mer, avec un groupe de danseurs amateurs préparés par le chorégraphe Thierry Thieu Niang et des photographies d’Isabelle Vaillant disséminées dans la nature.

Le théâtre n'est pas une distraction

MANIFESTE

À l'été 2017, la caméra de Sylvain Bouttet capte l’énergie du collectif Lyncéus - une vingtaine d’artistes (metteurs en scène, comédiens, danseurs, musiciens, et plasticiens) - qui prépare le festival du même nom, à Binic (22). Il en ressortira un magnifique documentaire que nous diffuserons bientôt. En attendant, nous avons retravaillé à partir des ses rushes inutilisés pour en tirer un portrait de Lena Paugam et un aperçu de la création d’Écho, une pièce inédite.

Au printemps 2015, Lena Paugam écrit dans le Cri de l’Ormeau :
Les artistes du Lyncéus-Théâtre ont décidé en 2013 de s’installer dans les Côtes d’Armor avec un projet bien précis : inscrire leur pratique artistique sur un territoire, la concevoir avec et pour ses habitants, soulever des problématiques, lancer des débats, éveiller le désir d’un lien social plus fort, alimenté par la pensée critique et l’engagement citoyen.

Nous considérons le théâtre comme une chose publique. Parce qu’il agit à travers la rencontre des artistes et de leurs spectateurs, le théâtre permet de réfléchir à ce qui s’éprouve universellement, il appelle à une réflexion émancipée de tout nombrilisme, à une pratique engagée au service de l’Humain dans sa totalité. De l’historiette à la grande Histoire, il observe les mouvements intimes du monde et en témoigne à travers des signes émis pour être ressentis aussi bien individuellement que collectivement.


Le théâtre d’art n’a pas vocation à divertir, il ne s’écrit pas pour donner un moyen d’échapper à soi et au monde, au contraire, il cherche à convertir l’émotion en force de vie, agit pour chacun, en chacun, personnellement. Sa puissance est dans le verbe, il nomme le monde, lui donne la parole. Il écrit la part indicible du sentiment, crée à partir du non-dit, du secret, du caché, il prononce la partie honteuse des choses, la marge des esprits, la part délirante des corps. Le théâtre se moque du danger, il est courageux pour tous, il danse au bord des précipices. Le théâtre d’art travaille pour la pensée mais agit sur les sens. C’est aux âmes qu’il s’adresse, pas seulement aux têtes.

Nous ne souhaitons pas défendre un théâtre réservé aux intellectuels. Nous pensons en revanche que l’idée d’un théâtre d’art et non de divertissement est à défendre pour la garantie d’un espace où la parole s’engage librement dans une réflexion sur la condition de l’homme contemporain.

ÉCHO, ou la parole est un miroir muet

CRÉATION

Ce spectacle raconte l’histoire de la délivrance d’une femme qui doit apprendre à dépasser la perte d’un homme qu’elle a aimé et qu’elle a vu mourir. Elle parle pour trouver une issue. Elle doit nommer ce qu’elle n’a pas pu dire, ce qu’elle n’a pas su dire. À travers le mythe d’Écho et de Narcisse, Xavier Maurel propose une méditation sur la parole qui, dans l’amour, tantôt accable et condamne, tantôt sauve et reconstruit.

En juin 2017, à l’occasion de la quatrième édition du Lyncéus Festival, le chorégraphe Thierry Thieu Niang et la photographe Isabelle Vaillant ont accompagné Lena Paugam dans une rêverie poétique et sauvage au cœur du petit bois du Viaduc des Pourrhis à Étables-sur-mer. Une quinzaine de danseurs amateurs ont intégré la distribution de ce spectacle. Première étape d’une création qui sera poursuivie en 2018.

Parole errante

INTENTION

par Lena Paugam

Depuis plusieurs années, je me suis mise à rêver à des dispositifs qui permettent aux spectateurs de déambuler dans le récit et d’y prendre part physiquement. Le spectacle Écho s’inscrit dans cette recherche. J’ai demandé à Xavier Maurel de composer pour moi un texte qui pourrait être dit au cœur de la forêt. Je souhaitais raconter une histoire à des spectateurs qui se promènent. J’aime que les paysages au théâtre se visitent comme des images de l’intimité, comme des extraits de rêves. La position insolite du spectateur à la fois partie et témoin des scènes qui lui sont exposées est une des clés de la mise en œuvre de plusieurs de mes spectacles (Les Cœurs tétaniques de Sigrid Carré Lecoindre (2016), Le 20 novembre de Lars Norén (Théâtre de la Manufacture, Avignon, 2017).


Il s’est agi, pour l’auteur, choisissant de s’intéresser au mythe de l’amour d’Écho pour Narcisse, de raconter ce qui peut naître dans le non-sens d’une parole qui accepte son errance pour recouvrer une liberté qu’elle a perdu. Cette pièce nous interroge sur ce que peut vouloir dire le verbe Reconstruire. Écho parle, se parle, s’adresse à chacun, à ses voix, aux êtres qui peuplent la forêt de son âme, à l’écho de sa propre voix, à un cours d’eau qui lui rappelle Narcisse. Elle est seule dans un paysage peuplé de regards. Elle traverse les méandres de sa pensée, toujours accompagnée par un chœur tragique qui, dansant, faisant d’elle le coryphée de l’histoire racontée, emmène les spectateurs d’un point à un autre. Ce qu’on retient, c’est le combat que mène quiconque recherche une délivrance après le deuil, c’est aussi, et surtout, la douceur qui sauve dans la souffrance causée par la perte d’un amour.

Isabelle Vaillant a travaillé avec un modèle, Olivier Beneteau de la Prairie, pour donner corps aux photographies qui sont exposées tout au long du chemin de cette promenade théâtrale. La délicatesse et l’élégante puissance de son regard nourrit la déambulation des spectateurs qui découvrent en images ce que fut le Narcisse de l’Écho qui nous parle, ce que fût peut-être leur amour, comment se touchaient leurs visages, comment se regardaient leurs corps.

C’est le chorégraphe Thierry Thieu Niang qui a dessiné le parcours corporel de l’ensemble du chœur composé par des amateurs volontaires. En tant que comédienne, lors de la création de ce spectacle en juin- juillet 2017, je me suis fondue dans le groupe et nous avons dansé ensemble pendant une semaine. L’attention bienveillante de Thierry, son incroyable talent pour accompagner le mouvement de tous les corps, sa profondeur, sa finesse et sa sensibilité ont fait de ces répétitions un moment d’une très grande valeur humaine.

Encouragée à la fois par les spectateurs et par les amateurs qui ont participé à ce travail, je souhaite re-créer ce spectacle en concevant son dispositif scénographique déambulatoire pour une diffusion dans des sites naturels remarquables. J’aimerais permettre ainsi à des lieux singuliers d’être enchantés quelques instants par la magie théâtrale, et d’être découverts ainsi par les spectateurs, tout comme nous avons fait (re)découvrir le Viaduc des Pourrhis de Binic - Étables-sur-mer, en juillet 2017.

LENA PAUGAM

BIOGRAPHIE
lena paugam comédienne

Née à Saint-Brieuc, Lena Paugam a commencé le théâtre au centre culturel Victor-Hugo à Ploufragan dans le cours de Jeanne François. Puis, à Paris, après une Hypokhâgne et une Khâgne classique au lycée Molière, elle a étudié la philosophie et les arts du spectacle vivant. Formée en tant que comédienne et metteur en scène au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique, elle est revenue dans les Côtes d’Armor où elle a créé la compagnie Lyncéus Théâtre.

voir la fiche artiste

L'équipe d'Écho

BIOGRAPHIES
XAVIER MAUREL auteur

XAVIER MAUREL, auteur dramatique

Conseiller artistique et littéraire au Théâtre national de Lille de 1991 à 1998, conseiller artistique au Théâtre 95/Scène conventionnée aux écritures contemporaines de Cergy- Pontoise à partir de 2006, et adjoint du directeur chargé des enseignements et de la communication au CNSAD de 2007 à 2013. Il a fondé et codirigé de 2013 à 2016 la compagnie Se non è vero et le festival Après la neige au Chambon-sur- Lignon (Haute-Loire). Il a mis en scène une vingtaine de spectacles, où l’on trouve textes classiques, contemporains, adaptations et écritures personnelles, et a enseigné l’art dramatique dans des cadres divers. Il est auteur ou coauteur de nombreux textes, adaptations et traductions pour le théâtre, ainsi que de scénarios pour la télévision ou le cinéma.


Il a publié plusieurs livres de poésie (parmi lesquels Mourir le théâtre, Seghers, 1990, et La Main noire d’Antigone, Comp’Act, 2004) et de théâtre (notamment, aux éditions de l’Amandier : La Couverture de peau, 2006, et That Scottish Play, 2008). Il signe aussi le livret d’un opéra sur une musique de Laurent Petitgirard (Guru, éditions OSF, 2010, disque Naxos 2011) créé à l’opéra de Szczecin (Pologne) en septembre 2018.


Thierry Thieu Niang par jean-louis fernandez
© Jean-Louis Fernandez

THIERRY THIEU NIANG, chorégraphe

Thierry Thieû Niang associe à ses projets de création autant des artistes de différentes disciplines que des enfants, des adolescents, des seniors amateurs, des détenus ou encore des personnes autistes. Il travaille au théâtre, à l’opéra, à la danse et au cinéma auprès d’artistes tels cette saison : Marie Desplechin, Ariane Ascaride, Anne Alvaro, Audrey Bonnet, Valéria Bruni Tedeschi, Linda Lê, Claire-Ingrid Cottenceau, Olivier Mellano, Jimmy Boury, Claude Lévêque, Benjamin Dupé, Éric Caravaca, Denis Darzacq...


et est invité par le Théâtre Gérard Philipe, le CDN à Saint-Denis et le Théâtre Paris-Villette pour des projets participatifs. En 2017, son travail auprès des amateurs est présenté au plus grand public à travers Une jeune fille de 90 ans, un film documentaire réalisé par Valéria Bruni Tedeschi.

Isabelle-Vaillant photographe

ISABELLE VAILLANT, photographe

Depuis une quinzaine d’années, sa recherche très personnelle sur le corps, la nudité froide, l’enfance, l’isolement et la solitude, le rituel, les paysages âpres et désolés, une nature organique et inquiétante, a inspiré un travail de milliers de clichés où l’atmosphère onirique, le silence, le contraste brutal des regards, définissent Isabelle Vaillant comme une artiste de l’intérieur, entre le secret cher à Diane Arbus et l’introspection tragique de Francesca Woodman.


Ses mises en scène, le mélange troublant du vrai et du faux, les longues pauses de l’appareil et la vitesse lente, nous racontent une appréhension du monde où le temps suspendu est sur le point de basculer à chaque instant, faisant apparaître ou disparaître les choses que lʼon croit figées sous nos yeux.

ezekiel © Renaud Ruhlmann
©-Renaud-Ruhlmann

EZ3KIEL, groupe musical

En l’espace de vingt ans, EZ3kiel a levé le voile sur les gravitations stylistiques étiquetées à l’aveugle électro, dub, rock, voire classique ou symphonique. Bien plus sensible à la création d’atmosphères, le groupe tourangeau sonde en vérité l’échelle et la volupté des émotions et des auras humaines lorsqu’il explore la densité des outils sonores, graphiques et visuels, des plus primaires aux plus technologiquement élaborés.


Concepteurs, techniciens, producteurs, réalisateurs, etc., ces musiciens sont partis en quête de l’inventivité via de multiples collaborations et autant d’expérimentations artistiques. De la boîte à musique enchanteresse d’un Yann Tiersen ou la pop gracieuse d’un Nosfell, au rock sombre et lumineux de Hint, en passant par le classique expérimental des Flamands de DAAU, des chercheurs du CEA, des orchestres de conservatoire, etc., les projets des membres d’EZ3kiel sont polymorphes.

CRÉDITS

ÉCHO

texte Xavier Maurel
mise en scène et interprétation Lena Paugam
chorégraphie Thierry Thieu Niang
photographie Isabelle Vaillant
production Compagnie Alexandre
musique EZ3kiel

le chœur de danseurs amateurs Eliott Allwright, Olivier Beneteau De La Prairie, Aurore Chevalier, Marlène Coffournic, Béatrice Goasampis, Manuel Le Bars, Margot Le Boue, Yuna-Louise Le Boulicaut, Nathalie Lorido, Géraldine Marrec, Cathy Morault, Inès Normand, Tanguy Poullain, Emilie Raineau, Fabienne Rocaboy, Gwenaëlle Sacher, Justine Wimand

VIDÉOS

réalisation Sylvain Bouttet
montage Françoise Le Peutrec
avec l’aimable autorisation d’Aligal production

ESPACE PARTICIPATIF

    KuB vous recommande