ARHIOS, Nehemie

Arhios nehemie réalisateur mathieu ezan réalisé par Mathieu Ezan

Rêveurs contemplatifs, voyageurs infatigables et autres boulimiques de l’imaginaire...

C’est ainsi qu’est formulé le premier message Facebook du groupe originaire de Vannes à son public, en mai 2016. Dès les premières notes de Néhémie le spectateur est captivé, voire happé, par la puissance et la simplicité d’une mise en scène finement déroulée. Signé par le photographe et réalisateur vannetais Mathieu Ezan, le clip est monté à l’envers ce qui nous donne à voir l’intrigue à rebours. Si le procédé n’est pas nouveau, il nous force à rester devant notre écran afin d’accéder à la clé de lecture. Avec pour thématique la paternité, le clip nous permet d’y porter un regard introspectif. L’effet reverse permet à Mathieu Ezan de mettre en avant cette filiation, en partant de la fin pour remonter le cours de la vie. 
Le titre - Néhémie - évoque aussi la figure du père issu de l’Ancien Testament comme l’indique le groupe dans Le Télégramme : Ce n’est pas par connotation religieuse, mais plus pour la symbolique. Néhémie a reconstruit les murailles de Jérusalem. La ville ne pouvait exister qu’avec ces murs. La paternité, c’est l’ossature structurante pour l’enfant. 


L’autre particularité du clip, et du groupe, c’est le parti-pris d’une musique uniquement instrumentale, le spectateur-auditeur se laisse porter par une musique hypnotisante, à grands coups de synthé, de lignes de guitares et de basses qui s’envolent. Allez on vous l’avoue, on a plané un peu… La description du groupe sur leur site résume parfaitement ce qui se passe dans nos oreilles mais aussi sur le plan visuel : Arhios vous transporte dans une musique introspective qui vise avec justesse le moment où le son se transforme en émotion. (...) L’absence de mots libère et rend le voyage plus facile, chacun trouvant sa place dans un écrin de sonorités puissantes.

Néhémie ne fait pas exception, le passage par la caméra de Mathieu Ezan (qui n’est pas un novice) renforce l’émotion. Le paysage - Moëlan-sur-mer dans le Finistère - vient habilement souligner l’atmosphère musicale. Il faut dire que le littoral breton se prête bien à l’exercice : le flux et reflux des vagues, et la brise légère – qu’on a presque envie de sentir sur son visage – participent activement à cette atmosphère à la fois grave et aérienne. Curieusement, le choix du titre du morceau s’est seulement fait après que l'esthétique du clip ait été définie. Il y a quelque chose d’anglo-saxon qui se dessine dans le mélange Arhios/Bretagne, une sorte d’aura magnétique qui trouble et oblige à regarder. Vous l’aurez compris Arhios ne laisse pas indifférent, les trois autres titres de leur EP nous ont tout autant séduit, particulièrement Landhy, à écouter au casque et à fond (on est comme ça chez Kub, on est un peu fou !).

Fondé en janvier 2016, le jeune quatuor originaire de Vannes (Thomas Rousset à la guitare, Tangi Jehanno à la basse, Raphaël Trehin à la batterie et Gabriel Bourcet au clavier) produit une création purement instrumentale. La place est laissée à l’émotion et à la sensation, on s’évade le temps d’une chanson dans un ailleurs intérieur, propre à chacun, auquel les musiciens nous font accéder.

NEHEMIE

un clip réalisé par Mathieu Ezan (2016 - 4'19)

MATHIEU EZAN

BIOGRAPHIE
mathieu ezan réalisateur

Photographe professionnel, diplômé en art graphique et spécialisé dans la musique depuis 2010, Mathieu Ezan travaille en collaboration avec de nombreux groupes musicaux (Tagada Jones, Mass Hysteria, EZ3kiel...) pour qui il réalise des clips, reportages, captations, photographies... 
Il est également associé à plusieurs festivals comme les Vieilles Charrues (photographe officiel depuis 2012) ou le Motocultor (réalisation des aftermovies depuis 2015). En 2016, il réalise le documentaire Dans la peau d’un enragé, résultat de plusieurs mois d’accompagnement du groupe Le Bal Des Enragés.

ARHIOS

BIOGRAPHIE
clip  Arhios  réalisateur mathieu ezan

Inspiré par Sigur Ros, Caspian, BNRS ou encore Gogo Penguin, Arhios vous transporte dans une musique introspective qui vise avec justesse le moment où le son se transforme en émotion. Puissance des vagues en pleine tempête, douceur d’un coucher de soleil sur l’horizon, les ambiances changeantes de ce post-rock instrumental invitent à la contemplation. L’absence de mots libère et rend le voyage plus facile, chacun trouvant sa place dans un écrin de sonorités puissantes et aériennes.

INSTRUMENTAL, CINÉMATOGRAPHIQUE, ATMOSHÉRIQUE

REVUE DU WEB
Arhios  réalisateur mathieu ezan

MOWNO >>> Le post rock à tous les temps
Indémodable, sans cesse défendu par quelques dignes ambassadeurs comme par de talentueux outsiders, ce rock majoritairement instrumental – nourri aux expérimentations et aux espaces cinématographiques – souligne aujourd’hui son essor par ses divagations au sein de la musique électronique, comme du métal. Terme souvent décrié, refusé même par quelques-uns de ses pontes (Mogwai pour le plus connu), le post rock accouche le plus souvent de longues compositions atmosphériques, axées sur la répétition, identifiables par de récurrentes progressions harmoniques. Apparu durant les années 90, considérablement arpenté durant les années 2000, il continue de nourrir l’actualité musicale. Retour en 50 titres, en trois playlists, sur trois décennies post rock.

CRÉDITS

ARHIOS     
guitare     Thomas Rousset
basse, guitare     Arthur Allard
batterie     Raphaël Trehin
clavier     Gabriel Bourcet

NEHEMIE
avec     Jean-Baptiste Perona, Anthony Dieumegard, Marin Cougoulic

réalisation     Mathieu Ezan
lieu de tournage     Moëlan-sur-Mer (Finistère)

ESPACE PARTICIPATIF

    KuB vous recommande