Bateau sur l'eau

A l interieur du bateau Capitaine Lea

Léa fait partie de ces gens qu’un bateau fait rêver de manière déraisonnable, un rêve si puissant qu’il entre dans leur réel. Alors qu’elle n’a aucune connaissance pratique de la navigation, elle acquiert, à Liège, un rafiot centenaire pour en faire sa demeure.

Elle mettra trois ans à convertir le fantasme en réalité : devenir le capitaine d’un navire qui entre temps a repris des couleurs et la fiabilité suffisante pour prendre la mer. Une épreuve initiatique qui ajoute une épaisseur au cuir de cette artiste tatoueuse, dont le pimpant remorqueur s’est fixé dans le port de Douarnenez.

La réalisatrice Mégane Murgia s’est glissée dans le carré et a su établir une forte complicité avec l’héroïne de cette odyssée.

FILM

CAPITAINE LÉA

de Mégane Murgia (2020 - 13’)

Fascinée par l’océan et son imaginaire, Léa a navigué de la Meuse vers le port de Douarnenez pour y installer son salon de tatouage flottant. Remorqueur centenaire conçu pour naviguer en rivière, la vieille coque de métal est soumise à un voyage éprouvant.
>>> un film produit par le Magazine Littoral, France 3 Bretagne

INTENTION

Traversée périlleuse

par Mégane Murgia

Tatouage dos Capitaine Lea

J’ai découvert le travail de Léa Nahon en parcourant les allées d’une convention de tatouage. J’ai été immédiatement attirée par son trait assuré et sa rapidité à encrer une peau comme si elle griffonnait un bout de papier. En façonnant un calamar sur mon bras gauche, elle m’a raconté l’histoire inspirante du Rainbow, une vieille coque en métal qu’elle venait de faire renaitre de ses cendres et qu’elle voulait emmener voir la mer.


Plusieurs mois plus tard, sur le port de Douarnenez, j’aperçois un drapeau belge, des petits rideaux à carreaux et une coque noire et rouge au milieu des voiliers et des petits bateaux blancs à moteur alignés dans le port de plaisance, ce ne pouvait être que le Rainbow. Elle avait donc réussi !
Le regard puissant et un charisme évident, Léa a le profil d’une capitaine. Malgré sa peur des profondeurs et des monstres qui s’y cachent, elle a foncé vers le large. Et elle a su composer son équipage des tatoueurs, tatoués, marins, artistes de son entourage qui lui ont fait éperdument confiance en l’accompagnant dans sa traversée périlleuse de la Belgique à Douarnenez.
Le film oscille entre le récit du voyage et cette nouvelle vie à Douarnenez. Pour raconter l’histoire de son bateau et son épopée humaine, nous passons par son univers graphique. Nous suivons les lignes et les points qui l’ont mené vers ce rêve d’aventure. Ses dessins s’animent en stop-motion et racontent les étapes qu’elle a dû traverser avant de pouvoir profiter de la douce vie du rivage.
Le tatouage est au cœur du film. Son esthétique et sa gestuelle font partie du quotidien de Léa, il y est à la fois banalisé et sublimé. Son imaginaire est fait de bateaux en acier, de visages et de corps à l’état brut. Le film tente de reproduire cette ambiance douce et authentique qui flotte à ses côtés.

BIOGRAPHIE

Mégane Murgia

Réalisatrice Mégane Murgia

Entre cinéma et océan, la jeune réalisatrice Mégane Murgia a construit son quotidien autour de ces deux passions.
Après avoir assouvi sa curiosité cinéphile à l'université de Rennes, elle retourne sur le rivage finistérien avec le besoin de le filmer. C'est la mer qui l'inspire, ses couleurs comme les personnages qu'elle façonne. Ses premiers films donnent la parole aux surfeuses bretonnes dans le désir de construire une image plus juste de la femme dans le surf. Dans un regard authentique et sensible, elle met en lumière des amoureux de l’océan et passionnés de la nature. La protection de l’environnement est au cœur des valeurs qu’elle souhaite transmettre à travers ses créations.

REVUE DU WEB

Un arc en ciel dans le port de Douarnenez

OUEST-FRANCE >>> La tatoueuse Léa Nahon quittera bientôt Liège pour rejoindre Douarnenez à bord du Rainbow, un remorqueur du début du siècle à l’origine bien mystérieuse…
LE TÉLÉGRAMME >>> Léa Nahon est passionnée d’art, celui que l’on retrouve sur la peau. Depuis 18 ans, elle tatoue partout dans le monde, de Los Angeles à Liège en passant par Brighton et Bruxelles.
LES FEMMES DE L'OUEST >>> Mégane partage la façon dont elle s'est orientée dans la voie du cinéma, pourquoi elle a choisi le documentaire plus que la fiction.

COMMENTAIRES

    CRÉDITS

    réalisation Mégane Murgia
    image Marcello Cilurzo
    son
    Jean-François Briand

    éclairage Jean-Claude Barré
    montage Katia Manceau
    étalonnage Marcello Cilurzo
    mixage Tudi Le Nédic

    production Magazine Littoral, France 3 Bretagne

    Artistes cités sur cette page

    Réalisatrice Mégane Murgia

    Mégane Murgia

    KuB vous recommande