Ne pas crever

Anna Jaouen Plan epaules

Avec Anna Jaouen, Maël Diraison se mobilise pour la cause des femmes en suivant la lutte farouche de l'une d'entre elles, une lutte pour sa survie. Il construit une fiction courte dans laquelle il insère des images d’actualité des années 60 : des manifestantes qui en ont marre du Sois belle et tais-toi.

Son héroïne, une jeune veuve qui a fauté, baigne dans un milieu rural en pleine révolution : le remembrement est en route, les machines arrivent… mais sur le plan des mœurs, la domination masculine bat toujours son plein. Curieuse époque des Trente glorieuses où le progrès avance à grands pas, et où le désir et les libertés sociales des femmes sont encore taboues. Les yéyés chantent l’amour, le rock déchaîne les passions, mais pas question d’accoucher d’un bâtard, ni de parler breton si l’on veut être de son temps.

Dans cette atmosphère empoisonnée, Anna Jouen baigne dans une esthétique picturale qui compense un peu l’insupportable rudesse des hommes.

FILM

ANNA JAOUEN

de Maël Diraison (2018 - 20’)

Dans une région en profonde mutation économique et agricole, à l'aube du bouleversement libéral des mœurs, Anna Jaouen raconte l'histoire d'une course, d'une lutte pour la survie, d'une femme qui marche parce qu'elle n'a pas le choix. Parce que c'est marche ou crève, et qu'elle ne veut pas crever.

>>> un film produit par Anna Lincoln, Kalanna Production

INTENTION

Une histoire de famille

par Maël Diraison

Diraison Anna Jaouen

Bien qu'elles soient partagées par d'innombrables familles, les histoires d'avortements clandestins sont méconnues, recouvertes d'une couche de poussière honteuse, renvoyées à un passé sordide (heureusement révolu). On trouve difficilement des témoignages de femmes ayant avorté avant l'application de la loi Veil. Ces histoires ne nous concernent-elles plus ?
Ma grand-mère s'appelait Annie Maguet. Avant que je ne découvre la vérité sur sa disparition précoce, elle a été pour moi la femme au parapluie, une photo suspendue au mur, chez mes parents. Anna Jaouen en est son incarnation magnifiée.


À l'origine, il y a ma volonté de donner à cette femme ordinaire la substance d'une héroïne, de raconter de manière frontale ce qu'avorter dans la clandestinité veut dire. Au travers de ce film, j'ai voulu qu'Anna nous transmette sa liberté et sa force combative.

Pensé, écrit puis réalisé en breton et en français, le film présente un personnage ancré dans le contexte de la fin des années 50 en Bretagne. Dans son rapport à la langue, à la maîtrise de son corps ou à la brusque transformation de son environnement, Anna Jaouen pourrait parler créole, être polonaise ou vivre au Brésil. La raréfaction des locuteurs brittophones correspond historiquement au grand bond en avant économique de la région : en une génération la langue s'est pratiquement perdue, les parents refusant de l'enseigner à leurs enfants, pour préserver leurs chances de réussite.
C’est la question que pose sa belle-sœur à Anna vers la fin du film : quel avenir tu crois donner à tes enfants?

BIOGRAPHIE

Maël Diraison

Portrait Mael Diraison

Maël Diraison est né en 1987 à Rennes et a grandi dans le Finistère. À 19 ans, il a voulu découvrir la vraie vie et a arrêté ses études pour se faire employer dans la grande distribution. Il en a conservé un intérêt certain pour la thématique du travail et pour le sociologue Bernard Friot.

Il s'est rendu compte vers 21 ans qu'il préférait faire du théâtre. Il a livré des pizzas, des burgers et des sushis et partage maintenant son temps entre l'écriture et le service en restauration parce que réalisateur de courts métrages n'est pas très lucratif et qu'il faut quand même payer son loyer.

COMMENTAIRES

  • 12 Novembre 2020 18:25 - Mael

    Mersi bras dit evit ar gemenadenn-se Tifenn ! A-drugarez d'ur skipailh-tan (!) 'oa bet treuzfurmet ar senario orin en ur film-berr brav (ha bev) !!

  • 8 Novembre 2020 13:27 - Linéatte Tifenn

    Gourc'hemennoù ! A-benn ar fin em eus tro da welet ouzh ar film-se, pell zo e klasken gellet e sellet. Ur skeudenn brav-eston, divizoù reizh ha just, komedian-ed-ed barrek, un dañvezh personel ha sokial mesklet mat, kempouezh ha splann . Trugarez da vezañ savet un oberenn ken brav e koun ar merc'hed marvet digant an diforc'hañ a-spilhennoù.

CRÉDITS

avec Sarah Floc’h, Mélanie Giotto, Laors Skavenneg, Jeanne et Edgar Kerguillec, Antoine La Prairie, Marion Gwenn, Mai Lincoln, Michèle Diraison et Corentin Ferron.

réalisation et scénario Maël Diraison
productrice Anna Lincoln
assistante réal Lucille Piquenot
directeur de la photo Guillaume Kozakiewiez
son Valentine Gelin
assistant caméra Avel Corre

décors Maude Gallon et Alix Bettinger
costumes Anaïs Alphonse
maquillage Azénor Germain
électros Rémy Barbot, Angèle Laroche
régisseur Thierry Machard
accessoiriste Ronan Hervé
chef machino Simon Penhouët

montage Sophie Averty
mixage Jean Marie Ollivier
étalonnage Bertrand Latouche
compositeur Arthur Bartlet Gillette
graphiste Pierre Bunk
générique Samuel Romero

production Kalanna
coproduction Tébéo, TébéSud et TVR
avec le soutien de la Région Bretagne en partenariat avec le CNC
et du Planning Familial de Brest

Artistes cités sur cette page

Maël Diraison réalisateur

Maël Diraison

KuB vous recommande