Sauvageons !

baignade pas comme des loups

Ils ont tout juste la vingtaine, beaucoup à dire pour se bâtir un monde conforme à leur désir : celui d’être libres. Rebelles, frères de galère, ils rusent pour s’en sortir, affûtent leurs griffes, de squat en squat, avec Mesrine comme figure héroïque. Ils ont souvent affaire aux flics, abonnés aux gardaves, car leurs situations sont problématiques, eux qui veulent vivre en tribu, au grand air comme en Afrique.

Dans l’actu, on les appelle les sauvageons. Ce film nous permet d’entrer dans la complexité de leur état de rage animale et de quête du rêve pour échapper à une réalité insupportable.

Pas comme des loups malaxe les écritures filmiques, entre cinéma direct, film expérimental, pseudo-interviews. Vincent Pouplard, le réalisateur, est infiltré dans leurs planques, épouse leurs délires, saisissant leurs flots d'énergies contrariées. Son film est beau et utile, parce que pour faire société il faut essayer de comprendre ceux qui en sont à la marge, plutôt que de les ignorer.

FILM

PAS COMME DES LOUPS

de Vincent Pouplard (2016 - 59')

Roman et Sifredi ont à peine 20 ans. Ils sont en mouvement, comme leur identité, entre exclusion et marginalité. Dans des lieux secrets, souterrains, squats, lisières de bois, sous des ciels nuageux ou des néons à faible tension, ils inventent leur vie, leur langage et leurs codes. Ils disent qu’ils ne seront jamais quelqu’un mais seront toujours libres.

>>> un film produit par Emmanuelle Jacq, Les films du balibari

INTENTION

Changer le visage des loups

par Vincent Pouplard

Adolescent box mur Pas Comme des loups

Apaches d'un jour, blousons noirs dans la nuit, voyous toujours, ces hommes infâmes qui intéressaient tant le philosophe Michel Foucault inspirent souvent une certaine peur, de la crainte et du rejet. Visages floutés, voix transformées, corps absents. La figure médiatique du délinquant est depuis plus d’une décennie de plus en plus absente ou caricaturale.
Avec ce film, il y a le désir de donner un autre visage à ceux que l'on nomme bandits, voyous, délinquants comme si ces qualificatifs avaient la moindre valeur identitaire. Je voulais qu'ils retrouvent corps, voix et pensées.


Quand j’ai rencontré Roman et Sifredi dans le cadre d’un atelier que j’animais, j’ai eu envie de prolonger cette rencontre et d’élaborer avec eux ce qui est devenu ce film. Il s’agissait pour moi d’ouvrir une porte, de rendre accessible une rencontre avec des jeunes hors la loi parfois, mais avant tout hors-normes. Il n'y a pas de jeunesse ennemie, pas de solution carcérale à la délinquance des mineurs. Les maux se traitent avec patience.
La nécessité de ce film a émergé dans un contexte de désertion progressive de l'État quant au soutien aux actions de prévention, la fuite par la criminalisation de la misère sociale, la posture de la sourde oreille et de la règle sans appel.
L'ordonnance de 1945 posait le caractère exceptionnel de l'incarcération pour un mineur délinquant et la nécessaire primauté d'un travail d'insertion sur la punition carcérale. Une décennie plus tôt, Jacques Prévert prenait la plume pour mettre en chanson La chasse à l'enfant. Ces mots dénonçaient la battue organisée à Belle-Île suite à l'évasion de 55 enfants d’un centre de correction et d'éducation.

BIOGRAPHIE

Vincent Pouplard

Vincent Pouplardr realisateur Pas comme des loups
Vincent Pouplard (troisième à droite) accompagné des acteurs du film

Né en 1980, Vincent Pouplard habite à Nantes où il travaille en tant qu’artiste, réalisateur et intervenant cinéma dans le cadre d’ateliers. Après des études de sociologie et de photographie, il se dirige vers le cinéma expérimental et réalise des performances mêlant musique et images. En 2005, il occupe le poste de chargé de production et d’action culturelle au sein de l’association Makiz’art, un collectif de cinéastes et de techniciens. Vincent Pouplard réalise son premier film documentaire Le silence de la carpe en 2010.

REVUE DU WEB

Rencontre avec l'hors-normes

FRANCE CULTURE >>> J’ai envie de placer ma pratique cinématographique au cœur du monde et de la réalité plus que sur des plateaux où je ne me retrouve pas beaucoup, explique Vincent Pouplard.

L'INDIGNÉ DU CANAPÉ >>> Le plus important en regardant ce film, c’est de ne pas garder ses œillères et la déformation que la société actuelle – réservée au travail et à la consommation – nous donne sur la vie, ses apprentissages balisés, ses rythmes imposés, ses rêves relégués derrière.

FRANCE BLEU >>> Usant d’un langage poétique désarmant, ce documentaire raconte l’histoire de plusieurs jeunes vivant en marge de la société.

FRANCE TV >>> Dans son roman Sale Gosse, Mathieu Palain rend hommage à ceux qui sauvent la vie des enfants des autres.

COMMENTAIRES

    CRÉDITS

    réalisation Vincent Pouplard
    image Julien Bossé, Vincent Pouplard
    son Jérémie Halbert
    montage Régis Noël, Vincent Pouplard
    étalonnage Bertrand Latouche

    production Les Films du Balibari -Emmanuelle Jack, Estelle Robin-You, Armel Parisot, Adrien Bretet
    avec le soutien du Fonds image de la diversité, Département Loire-Atlantique, Brouillon d’un rêve de la Scam
    avec la participation du Centre national du cinéma et de l’image animée

    Artistes cités sur cette page

    Vincent Pouplardr realisateur Pas comme des loups

    Vincent Pouplard

    KuB vous recommande