Deuil à huis clos

Petite fille cheveux dans le vent - Enez Eusa

Avec Enez Eusa, Marthe Sébille filme les lendemains d’une famille dévastée par une déflagration : la mort de son plus jeune enfant. Récit en double huis clos, celui de la parenté proche et celui d’une île, Ouessant, un isolement propice à montrer la grande solitude dans laquelle sont jetés les personnages : la grande sœur, seule survivante de la fratrie, la mère et le père désunis dans la souffrance.

Tout cela est représenté avec beaucoup de sensibilité mêlée de pudeur, une maîtrise esthétique et un sens du rythme qui font de ce court métrage une réussite.

FILM

ENEZ EUSA

de Marthe Sébille (2009 - 13’)

Maëlle a six ans, son petit frère est mort. Sur l'île d'Ouessant, rythmée par les vents, Maëlle tente de maintenir sa place au sein d'une famille endeuillée.

>>> un film produit par Anne Sarkissian, Iloz Production.

INTENTION

La perte d’innocence

Petite fille yeux fermes - Enez Eusa

par Marthe Sébille

Enez Eusa c'est l'histoire de Maëlle, six ans. Son petit frère vient de mourir. Maëlle habite à Ouessant, une île sauvage au large de Brest. Maëlle nous fait partager son cheminement intérieur, elle est habitée par la douleur, la solitude, mais aussi l'innocence et la pureté de l'enfance. Portée par les vents puissants de l'île, elle s'interroge, doute, s'énerve, et se réfugie auprès de son ami de toujours. Sa force de vie va l'amener un peu malgré elle à bousculer l'affliction de ses parents, et peut‐être ainsi envisager de construire le deuil ensemble.


Enez Eusa signifie île d’Ouessant en breton, la contrée du bout du monde. Une terre perdue en pleine mer où le vent souffle fort, où les vagues se fracassent contre les rochers, où l’herbe se couche et où les hommes saluent la nature. Le souffle rythme cette histoire, le souffle vital sans artifice, primaire, impulsif.
Raconter l’expérience de la mort du point de vue d’une enfant était pour moi une façon de montrer la perte de l’innocence que provoque un tel séisme. Les codes et les repères s’écroulent, tout est à re-construire. Adopter le regard de l’enfance, c’était aussi souligner la beauté de la vie devant laquelle on peut encore s’extasier, une force de vie qui est là et qui permet de poursuivre, avec du chagrin, mais ensemble. Ainsi, faire un film sur la mort était avant tout pour moi un moyen de m’interroger sur la vie. Sur ceux qui restent. Comment surmonter l’insupportable ? Que faire de cette douleur ? Comment se maintenir en vie malgré le chagrin ? J’ai pensé Enez Eusa comme un support de réflexion pour des groupes de parole autour du deuil de l'enfant, auprès des soignants, des enseignants et des parents. Au-delà de la vie en festivals, il me semblait pertinent de penser ce film aussi comme un support de réflexion et de formation.

BIOGRAPHIE

Marthe Sébille

Marthe Sebille

Marthe Sébille est une réalisatrice française née à Paris. Après un DEUG de médiation culturelle, elle entre à l’École supérieure de réalisation audiovisuelle de Rennes et y réalise un court métrage de fin d’études, Les Petites Confidences. Puis elle enchaîne les tournages en tant qu’assistante réalisatrice et régisseuse à Paris. Lauréate du concours de scénario Estran en 2008, elle réalise un an plus tard le court métrage Enez Eusa tourné sur l’île d’Ouessant, dont elle est tombée amoureuse.
De retour à Paris, elle tourne deux autres courts métrages, Plus bas que le ciel et Quand les branches se querellent les racines s’embrassent. En 2017, elle sort son premier long métrage, Sinon nous sommes perdus, puis Vagabondes en 2019 et Que la bête monte en 2021.

REVUE DU WEB

Parler de la mort

FRANCE INTER >>> Très tôt, les enfants ont tendance à nous questionner sur la mort, et il n'est jamais simple de répondre à leurs interrogations. Accompagnée d’une psychologue, d’une autrice jeunesse et d’une réalisatrice, Dorothée Barba donne des clés d’accompagnement pour les parents.

FRANCE 3 >>> Le documentaire Et je choisis de vivre suit Amande, une jeune femme qui vient de perdre son fils d’un an. Pour se reconstruire, elle part dans la montagne drômoise, à la rencontre d’autres mères endeuillées.

FRANCE CULTURE >>> En compagnie de chercheuses, d’une psychologue et du créateur du jeu vidéo How to say goodbye, l’émission décortique les ressources et les outils disponibles pour aider à parler de la mort à ses enfants.

COMMENTAIRES

  • 7 Juin 2024 20:03 - Nicolas

    J'avoue, j'ai pleuré,
    Quelle délicatesse

  • 31 Juillet 2023 19:50 - Anne Boissel

    Magnifique de délicatesse , merci.

CRÉDITS

réalisation Marthe Sébille
image Yoann de Montgrand
son Lucie Hardoin, Jérémie Halbert
montage Francis Vesin

montage son Matthieu Dutertre
mixage Jean-Marc Schick
musique Arnaud Lemée

décoration Françoise Philippe
costumes Claire Raison

coproduction Iloz production et TVR
distribution Les 48e Rugissants
avec la participation de
France 3 Ouest
avec le soutien du CNC, de la Région Bretagne, du Département du Finistère, de Films en Bretagne, de TVR et TéléBrest

Artistes cités sur cette page

Marthe Sebille

Marthe Sébille

KuB vous recommande