Humanité

itw swann arlaud crawl sur Kub

Crawl n’est pas un film séducteur ni beau parleur. Il faut au spectateur un peu de courage pour partager le quotidien d’individus qui cheminent aux lisières de la marge dans une Bretagne âpre. Mais pour qui sait y prêter attention, il y a dans ce film des bouillonnements d’humanité qui touchent d’autant plus qu’ils débordent d’un écran de pudeur. Crawl raconte les petits arrangements avec la vie, ses règles, ses coups tordus, faire ce qu’il faut pour s’en sortir dignement quand on a manqué de réussite, sans pathos, mais avec des sentiments qui passent par les corps. Des corps qui aiment et qui souffrent, des corps qui sont mis à l’épreuve de la rudesse de l’existence.

Hervé Lasgouttes met en scène des solitudes qui se frottent les unes aux autres, ce que cela demande de compassion pour que la violence soit contenue et que l’amour l’emporte. Dans ces registres, Swann Arlaud se révèle en acteur puissant, dans un rôle de garçon écorché vif et taiseux. Mais au-delà de celui qui est entretemps devenu célèbre, tous les personnages de Crawl sont incarnés avec sobriété et justesse.

Retrouvez également les interviews exclusifs de Swann Arlaud, Hervé Lasgouttes, Emmanuelle Le Fur et Loïc Delafoulhouze.

FILM

CRAWL

de Hervé Lasgouttes (2012 - 90’)

En Cornouaille, dans une Bretagne bordée par l'océan, Martin enchaîne les petits boulots et les maigres larcins. Il sort depuis peu avec Gwen, une fille solitaire qui va nager chaque jour en haute mer, par tous les temps. Quand Gwen annonce à Martin qu'elle est enceinte de lui et qu’elle veut garder l’enfant, il prend peur et disparait. De son côté, Corinne, la sœur de Martin, a du mal à faire accepter l’arrivée d’un troisième enfant à Jean, son mari, déjà en prise avec des problèmes professionnels. Alors que Martin puis Jean partent à la dérive, Gwen et Corinne se débattent seules et essayent de redresser la barre. Jusqu'au jour où Martin est accusé de meurtre.

>>> un film produit par Sensito Films

INTENTION

Résister à la tempête

par Hervé Lasgouttes

Père et fille dans le jardin

Crawl est le fruit d’une collaboration de longue date avec le scénariste Loïc Delafoulhouze, fondée sur notre intérêt commun pour la littérature américaine des grands espaces, autour d’auteurs comme Larry Brown ou Jim Harrison, qui mettent en scène des personnages forts, dans des situations difficiles et qui décrivent des trajectoires originales et puissantes.

Crawl parce que Gwen, été comme hiver, part quotidiennement nager une heure en pleine mer. Mais aussi parce que c’est ce que font la plupart des gens, continuer à se débattre pour avancer et ne surtout pas s’arrêter sous peine de couler. Dans la Bretagne de Crawl, le climat est dur et les gens rudes et colorés. Il y a de l’Angleterre dans cette Bretagne-là, dans la manière d’aborder des sujets graves avec légèreté, de faire vivre une poignée de personnages au destin chargé.


Nos protagonistes sont issus d’un monde prolétaire à la bretonne, avec pour certains des perspectives d'avenir limitées, mais néanmoins vivants et débordants d’énergie iodée. L’arrivée de deux enfants dans ce contexte peut s’avérer hasardeuse. Martin vit au jour le jour, pêcheur solitaire et un peu sauvage, un enfant blessé par la perte de sa mère et pour qui aimer est synonyme de souffrance. Un personnage charismatique qui ne parle pas beaucoup, mais qui fait : il pêche, il braconne, il vivote de petits boulots… Martin nous met en prise directe avec la vie. Il fallait pour le rôle de Martin un comédien qui puisse exprimer beaucoup dans les moments de silence. Swann Arlaud a une beauté singulière, une ambiguïté, une fragilité aussi, qui donne au personnage de Martin une grande profondeur. Gwen, tout aussi réservée que Martin, nous emmène dans son univers quasi sous-marin. Un espace silencieux, contemplatif. Quand elle n’est pas dans l’eau, elle travaille en s’isolant du monde avec son casque audio sur les oreilles. Gwen veut partir loin d’ici, en Amérique du sud, pour vivre sa passion pour la nage. Sirène silencieuse, elle attend son premier enfant et s’apprête à le faire seul avant d’avouer son amour pour Martin. J’ai choisi Nina Meurisse pour interpréter Gwen parce que j’aime la simplicité et le naturel de son jeu.

Jean et Corinne, la quarantaine, ont déjà deux enfants. Jean a fait des efforts pour se hisser au-dessus de sa condition : ex-ouvrier, il est contremaître, s'est offert une maison dans un lotissement et paye une grosse voiture à crédit… Jean ne sait pas très bien où il en est. La pression professionnelle est trop lourde pour lui, les crédits l’étouffent, son équilibre est menacé … Jean nous propulse dans un monde du travail contemporain rude, qui impose ses règles. Gilles Cohen incarne Jean. Il a un fort tempérament, il donne une émotion, une grande force à son personnage. Il est parvenu à rendre Jean drôle et touchant. Corinne, va se saisir de la barre quand il s'agira d'aider chacun à négocier les passages difficiles. C’est un personnage plein d’humour et de joie de vivre. Anne Marivin a le caractère de Corinne. C’est quelqu’un de très joyeux, très enthousiaste, très rassurant.

Le père de Corinne et Martin, interprété par Jean Marie Frin, est un homme foncièrement bon, marqué définitivement par la perte de sa femme. Jean Marie Frin a ce beau visage marqué par les années, qui me raconte cette histoire-là.

L'énergie générée par le récit provient des trajectoires à la fois contrastées et complémentaires des personnages. L'histoire atteint son point culminant à la naissance de l'enfant de Corinne. Martin, contraint d'assister sa sœur, va se projeter comme un futur père. Poussés à bout, les deux hommes vont s’égarer, partir en vrille, là où les deux femmes, lestées d’une vie à porter, vont se trouver un but, tenter de résister à la tempête avec ou sans leurs hommes.

ENTRETIEN

Swann Arlaud

(2021 - 13')

Swann Arlaud se remémore ses premiers pas dans le rôle de Martin : le casting passé la veille du premier jour de tournage, son plongeon dans la mer bretonne du mois de décembre, sa séance d’initiation à la pêche aux couteaux et la franche camaraderie qui régnait entre les membres de l’équipe. Ce film et la bienveillance du réalisateur restent gravés dans sa mémoire.

ENTRETIEN

Loïc Delafoulhouze - Hervé Lasgouttes

(2021 - 11')

Loïc Delafoulhouze, scénariste de Crawl, accompagné du réalisateur, nous parlent de l’écriture du film inspiré par l’Amérique des grands espaces dépeinte par des auteurs comme Lary Brown. La Bretagne et en particulier les grandes plages du Finistère ont semblé être le lieu idéal pour planter le décor du film et imaginer une rencontre amoureuse entre deux êtres que tout oppose. Une fois le décor et les acteurs choisis, le film prend vie et finit de leur échapper.

ENTRETIEN

Emmanuelle Le Fur - Hervé Lasgouttes

(2021 - 11')

La cheffe opératrice Emmanuelle Le Fur et Hervé Lasgouttes racontent la Bretagne et sa météo capricieuse, la révolution du numérique face à la pellicule, la gestion d’un film à petit budget, la volonté de donner au film un aspect documentaire en jouant avec les lumières naturelles... Aux blockbusters, ils préfèrent la sincérité des films intimistes.

BIOGRAPHIE

Hervé Lasgouttes

Hervé Lasgouttes réalisateur

Diplômé de l’École nationale supérieure des arts décoratifs, Hervé Lasgouttes réalise son premier court-métrage Un Arabe ouvert en 2000. Ce film obtient le Grand prix au festival de Vendôme. Avec le scénariste Loïc Delafoulhouze, ils collaborent par la suite à l’écriture de plusieurs courts-métrages : Elle ou une autre (2002), 220 bonnes raisons (2005). En 2008, il réalise le court-métrage Crazy Glue adapté d’une nouvelle d’Etgar Keret. Crawl (2011) est son premier long métrage. Le film a reçu le Label Europa Cinémas à la Mostra de Venise 2012.

REVUE DU WEB

Une histoire d'amour hivernale

L’OBS >>> Hervé Lasgouttes signe un premier film social empli de poésie et de pudeur où terre et mer s’unissent pour dénouer les tourments des personnages. Dans le rôle de Martin, Swann Arlaud explose.

LE MONDE >>> On est dans le Finistère, en hiver. L’océan est gris ou vert, le ciel jamais très haut. De cette lumière à la fois intense et triste, le cinéaste et sa directrice de la photo tirent un parti étonnant, donnant aux affrontements entre les personnages une couleur funèbre et une espèce de furie.
OUEST-FRANCE >>> Le film traite de la paternité. C’est aussi le début d’une histoire d’amour, le passage pour Martin à l’âge adulte, rappelle le réalisateur qui remarque que le film a duré 9 mois, le temps d’une grossesse.

COMMENTAIRES

  • 27 Septembre 2021 22:44 - Le Grand

    Le cadre rude terre et mer est propice à l histoire finalement heureuse (la paternité) malgré des conditions difficiles. En retrait Swann Arnaud interprète formidablement bien le personnage

CRÉDITS

avec Swann Arlaud, Anne Marivin, Nina Meurisse, Gilles Cohen, Jean-Marie Frin
scénario Loïc Delafoulhouze
adaptation et dialogue Loïc Delafoulhouze, Hervé Lasgouttes
réalisation Hervé Lasgouttes
directrice de la photographie Emmanuelle Le Fur
chef monteuse Laurence Bawedin
musique Raphaël Ibanez de Garayo
son Christophe Giovanonni

monteur son Christophe Etrillard
directrice de casting Laure Cochener A.R.D.A.
directrice de production Juliette Lambours
régisseuse générale Marianne Gielara
photographe Marine billet
chef décorateur Erwan Le Floc'h
chef costumière Alice Cambournac
chef maquilleuse Fabienne Le Goff
mixeur Yann Legay
étalonneur Frédéric Ricci

coproduit par Stéphanie Douet – Sensito Films, AGM Productions et Néon Productions
avec la participation du Centre National du Cinéma et de l’Image Animée

Artistes cités sur cette page

Hervé Lasgouttes réalisateur

Hervé Lasgouttes

Portrait de Swann Arlaud

Swann Arlaud

KuB vous recommande