COLORADO, Cellphone

« Cellphone » par Marc Mifune

Les deux musiciens se font les acteurs de chacune de leur vidéo, devenant les véritables héros de leur univers, et plus seulement les arrangeurs musicaux.

Pour la mise en images de Cellphone, les très prisés Colorado nous offrent à nouveau une belle collaboration avec Marc Mifune (plus connu sous le nom de Les Gordon), qui avait déjà signé la réalisation de leur précédent clip. Pour ce nouveau titre, une recette similaire et toute en cohérence, avec toujours à la clé une simplicité de mise en scène bien cadrée, faite de plans posés et poseurs, rythmés de travellings et de zooms aussi lents que lancinants. Après les engueulades et la passion destructrice de Lies, on "chill" ici bien suavement en bas de la tour des Horizons rennaise, étendard d’une ambiance urbaine et rétro, pour plonger dans la pop de ce nouveau track hypnotique.

Marc Mifune encadre ici avec élégance les deux musiciens briochins Charles Urvoy et Martin Audrezet, qui nous livrent au ralenti et regard caméra les subtilités de ce morceau répétitif. L’esthétique est construite comme un enchainement de tableaux, avec toujours comme fil conducteur l’étrange relation entre les deux garçons aux sapes clinquantes et au look tape à l’œil. Entre eux se dresse un haut chien gris, parfois difficile à tenir, gardien des mystères de leur pop à nappes, miroir canin de leur attitude prise entre immobilité totémique et liberté insouciante. 


La ville qui les entoure est leur décor, leur habitat naturel même cela ne fait aucun doute, un terrain de jeu moderne (et littéral avec le terrain de football) qu’ils s’approprient au grés du hasard. Autour d’eux finalement rien n’est réellement palpable, pas d’autre présence humaine notable, et cette toile de fond pourtant si familière revêt des reflets surnaturels, un peu comme prise hors du temps, telle l’imagerie fantasque du monde qui nous entoure. Les corps des deux jeunes musiciens deviennent des surfaces vierges, véhicules aux travers desquels se transporte leur musique. Au mutisme de l’un répond les paroles de l’autre, dans une étrange dualité et un antagonisme que le groupe cultive au travers des différentes vidéos dans lesquelles il apparaît (Lies, Shiho et Kyoko de Les Gordon). Une manière laconique d’envisager le chant et l’interprétation, qui participe à forger cette atmosphère mystique et lancinante.

Au cœur de ce clip, tout devient plastique, et ce qui s’y joue est la figure de la pose. L’ambiance est plutôt sportswear anglo-saxonne, où l’on se plait à zoner, trainer, chanter, mais pourtant l’insouciance ici ne va pas réellement de paire avec une jouissance. Il y a un certain ennui, assumé et loin d’être désagréable, qui se dégage de ce tour de pâté de maison. La démarche créative du clip est basée sur la spontanéité, l’instantané, le plaisir. Le but est de capter des instants, de forger un esthétique, d’agencer les éléments de ces tableaux improvisés qui viennent prendre vie sous nos yeux et singulièrement, comme libérés des préjugés. Le fond se mélange à la forme, et cette unicité donne au clip de Cellphone la très plaisante sensation d’entrer, le temps d’un morceau, au cœur des références et des envies des deux Colorado. C’est spontanément que s’offrent à nous ces poseurs lookés, qui ne boudent pas leur plaisir à travailler leurs postures. La réification généreuse des deux musiciens laisse à chacun le choix d’interpréter, d’apprécier et de s’approprier l’univers musical qu’ils nous proposent. Ils sont des figures, des personnages-concepts qui viennent véhiculer des émotions primaires, brutales, animales aussi. Les deux musiciens se font les acteurs de chacune de leur vidéo, devenant les véritables héros de leur univers, et plus seulement les arrangeurs musicaux. Leurs goûts, leurs envies deviennent leur propre mythologie, et ils s’imposent à l’image telles les statues pops, les colosses branchés d’une jeune scène musicale libérée et généreuse.  

Margaux Dory

Édito : Margaux Dory

Au clavier, Margaux Dory, jeune produit de l’Université Rennes 2 et fidèle de la scène musicale, souvent planquée derrière une caméra sur les hauteurs de l’UBU ou dans la foule des premiers rangs. Cinéphile née sous MTV et à des heures hindoues, habituée des captations live, des webdocumentaires et des ...

CELLPHONE

réalisé par Marc Mifune (2016 – 2’57)

L'histoire du groupe par Vincent Roux

Moins d'un an après Wind and Movement leur premier EP, Colorado retrouve le producteur Timsters et livre un 6 titres aux allures de manifeste électro-pop. Si le binôme confirme ici son goût pour la sophistication rythmique, il surprend en faisant la part belle aux mélodies. Un virage qui rappelle celui de Metronomy sur The English Riviera et frappe par la place accordée aux voix. Trafiquées par le passé, celles-ci sont aujourd’hui assumées dans leur plus simple appareil, à commencer par celle de Martin Audrezet dont la décontraction hante ces nouveaux morceaux.


Permettre à l’humain de se frayer un chemin à travers le fracas des machines : voilà le conducteur d’une production audacieuse qui mise sur la diversité des timbres et des styles (soul pour Clarens et Heden ; pop pour Timsters). On pense à Kaitranada, Dev Hynes ou au Massive Attack de Mezzanine pour cette faculté à danser (entre amis) sur des terres glacées. Avant la sortie de ce nouvel EP sur Elephant & Castle en novembre, Colorado entamera une tournée. Aucun doute que Charles Urvoy et Martin Audrezet sauront préserver sur scène toute l’étrangeté de ce Songwriting élégiaque et entêtant. 

Un plaidoyer pour une vie déconnectée...

INTENTIONS
Les Gordon - clip de la semaine

Pour Cellphone, Marc Mifune reprend le même dispositif formel que pour Lies du même Colorado (filmage extérieur, décors urbains) et la même simplicité narrative (Charles et Martin déambulent dans une cité en tenant un puissant Braque de Weimar en laisse). Liberté d'interprétation totale, cadrages serrés qui isolent les personnages au milieu des lignes urbaines. Rien ne semble exister autour d'eux, un peu comme si seuls la promenade et le jeu comptaient. Un plaidoyer pour une vie déconnectée... Mais si le corps à corps brutal de Lies a laissé place à l'apaisement, la mise en scène, via l'omniprésence du chien, continue à placer l'animalité au premier plan. Ce qui fait de ces deux clips un dytique cohérent et singulier. 

Retrouvez la biographie de Marc Mifune sur KuB

Alerte morceau cool

REVUE DE PRESSE
cellphone Colorado presse Transmusicales 2016
© Christine McAvoy / Noisey US/CA

Les Inrocks >>> Alerte look de génies : Alerte morceau cool aussi, avec un récent Cellphone bien branleur, poseur et d’autres mots qui ne regardent pas passer les heures. Et si vous vous posez la question : non, ils ne viennent pas de Grande-Bretagne mais de Bretagne tout court, tendance Saint-Brieuc forever. 

Betc Pop >>> Si l’EP est clairement dans un genre Synthpop, ce serait pour autant réducteur de le considérer uniquement comme tel, tant la musique des deux briochins s’amuse à dérégler nos sens – dans le but de rendre poreuses les frontières musicales. On peut retrouver ce jeu de la déstabilisation dans le visuel impressionniste de l’EP, pas de vastes plaines, de Rocheuses ou d’altitude, comme pourrait le suggérer le nom du groupe. Colorado c’est aujourd’hui 2 silhouettes baignées dans un halo vert Emeraude devant l’écume d’un océan à moins qu’il ne s’agisse de la traînée d’un avion ?

ESPACE PARTICIPATIF

PROPOSER

une œuvre ou un projet

COMMENTER

votre avis nous intéresse !

KuB vous recommande