The Mistake

Lys The Mistake cover un clip de H. Edginton-King et T. Darras

La forme, c'est le fond qui remonte à la surface.    Victor Hugo

En 2008, le groupe rennais Lys éclot. Depuis, il ne cesse de grandir, d'évoluer, de développer l'étendue de son rock. Si dès 2011, le soutien de Steve Hewitt - batteur mythique de Placebo -, d'abord comme parrain puis comme producteur, leur a ouvert les portes d'une carrière internationale, la sortie prochaine de leur EP 10 Years est l'occasion de nouvelles collaborations d'envergure, au premier rang desquelles l'Irlandais Craig Walker et sa voix inséparable de la période psychédélique d'Archive (You all look the same to me en 2002 + Noise en 2004).
Mais The Mistake n'est pas que la rencontre réussie entre Lys, Hewitt et Walker ; le clip, mis en image par les Rennais d'Heliograd Productions, décrit avec un certain talent les conflits intérieurs engendrés par une rupture.

THE MISTAKE

un clip réalisé par H. Edginton-King & T. Darras (2018 - 3’34)

L'univers apocalyptique de la rupture

CHRONIQUE

1 - L'image scindée

Deux êtres esseulés déambulent dans des paysages de fin du monde ; ils semblent à la dérive et il apparaît bien vite que chacun vogue sur un rafiot différent.
Lui apparaît en conflit, se battant peut-être contre un ennemi imaginaire ; les pigments déposés sur son visage renvoient à des peintures de guerre autant qu'à la hargne qui l'anime. Autour de lui des murs rocheux représentent une clôture infranchissable. 
Elle semble moins affectée, plus sereine. Cela est possiblement dû à son maquillage apposé plus sobrement... mais également parce que le paysage en arrière-plan est plus dégagé et coloré, laissant transparaître l'horizon. Elle doit néanmoins se protéger de cailloux flottant deçà delà.
Il n'y a dès lors plus de doute possible : s'il s'agit d'un univers apocalyptique, c'est celui d'un couple venant de rompre. Progressivement le décor se déstructure de la même manière que le binôme se désolidarise, que le béton se fend ou que les aimants se repoussent ; les sentiments intérieurs envahissent le protagoniste au point de le submerger et la femme porte ce masque à gaz pour se protéger d'une relation toxique. L'ennemi du héros n'est pas imaginaire mais intérieur et les traces noires qu'il s'est apposé sur le visage sont les marques de la culpabilité envahissant peu à peu ses univers mental et visuel.

2- Hors cadre


Deux choses sont particulièrement notables dans le clip The Mistake. Tout d'abord un certain nombre de sources d'inspiration et de références artistique sont assumées et mixées pour montrer les changements d'état mental. Ainsi sa vision de lui-même se fragmente et nous apparaît en saccade comme dans le clip Kerala de Bonobo (Bison 11/2016), son visage se déforme comme dans les portraits de Francis Bacon, il est comme aspiré tels les personnages de la troisième saison de Twin Peaks lorsqu'ils permutent d'un univers à l'autre... et les mondes parallèles de Stranger Things ne sont pas loin non plus.
Si le duo de réalisateurs se nourrit de ces influences, il est aussi intéressant de remarquer que le spectateur peut en dénicher d'autres, fantasmées ou non. Il suffit de poser au hasard deux questions pouvant prendre valeur d'exemples :
- et si totalement repeintes en noir les façades de granit ne renvoyaient pas à l'œuvre de Pierre Soulages ?
- et si la chute imparable de la météorite se dirigeant sur la Terre ne s'inspirait pas de la fin cataclysmique de Melancholia (Lars Von Trier, 2011) ou juste de la gravure éponyme d'Albrecht Dürer (1514) ?

La richesse et la pertinence d'une création ne tient pas tant dans ce qu'elle nous dit que dans les questions que nous suscitons en nous-même, en nous y confrontant. Et cette vidéo est loin d'y échapper.

Perturbations visuelles

INTENTION

par Haydn Edginton-King et Tiphaine Darras

Brute. Mélancolique. Chaotique. C’est ainsi qu’a été conçue la représentation du morceau The Mistake de LYS. Dans les paysages uniques de Perros-Guirec, le clip s’attache à mettre en scène de façon métaphorique un couple en crise et les tourments existentiels des amants déchirés. Il cherche d’autant plus à souligner la culpabilité dévorante du personnage masculin, qui finit par être submergé par la violence du conflit intérieur qui l’affecte.
Outre le jeu d’acteur, cela se traduit par des perturbations visuelles dues au montage en saccades, secousses, et aux déformations de l’image et autres  aberrations chromatiques. Ce sont enfin les visions surnaturelles suggérées par les basculements colorimétriques et les incrustations 3D qui viennent parachever ce tableau au goût d’apocalypse. 

LYS

BIOGRAPHIE
LYS STEVE HEWITT CRAIG WALKER
Biberonné au rock alternatif des années 80 à nos jours, la musique de LYS oscille entre rythmes obsédants et mélodie très pop, à la recherche de l’immédiateté. Ce son à la fois énergique et mélancolique a rapidement été apprécié outre-manche, plus particulièrement par Steve Hewitt (batteur emblématique de Placebo) tombé sous le charme du quatuor breton lors d’un concert à Londres. C'est le début d'une belle histoire humaine et professionnelle entre eux. 

Voir la fiche artiste

Heliograd Productions

BIOGRAPHIE
T.Darras H.Hedginton King

Co-fondé par deux anciens étudiants en art, Haydn Edginton-King et Tiphaine Darras, Heliograd Productions est un studio rennais spécialisé dans la vidéo : clips, motion design 2D/3D, court métrage…

L’un a un profil technologique et l’autre littéraire, les deux partagent la même passion pour les arts visuels et l’innovation. Toujours à la recherche de concepts stimulants, ils n’hésitent pas à mettre à profit leur créativité pour expérimenter et relever de nouveaux challenges à la mesure de leur imagination.
Voir la fiche artiste

Rencontre avec Haydn et Tiphaine

ENTRETIEN

Vous avez suivi la même formation?
Haydn : Étudiants, on s'est rencontré en soirée, et avec une troisième personne présente on a décidé de faire un court métrage ensemble, avec le peu de matériel de la fac dont on disposait à l'époque. Ce compère est parti, le court métrage n'est jamais sorti, mais on a décidé de continuer ensemble !
Tiphaine : On a estimé que le court n'était pas assez bon pour être diffusé mais par contre c'était un vrai baptême. Je venais de Lettres et je n'avais jamais mis les pieds sur un tournage.


Haydn : Et moi je venais d'Arts Plastiques et j'étais surtout habitué à travailler les images en 2D et 3D.
Tiphaine : Cette première expérience nous a appris à gérer un tournage ensemble et par la suite nous avons développé des tutoriels sur YouTube, montrant comment réaliser tel ou tel effet vidéo. À chaque fois, c'était l'occasion d'expérimenter et d'apprendre de nouvelles choses : on se demandait qu'est-ce qu'on a envie d'apprendre ? et hop, on faisait un épisode là-dessus ! Nous nous sommes ensuite posés la question de professionnaliser ça et d'essayer par la suite d'en vivre.

Vous avez étendu votre réseau par le biais de ces tutos, justement ?
Tiphaine : Surtout avec nos stages et le bouche à oreille. C'est comme ça que l'on nous a demandé de faire Last Night, déjà pour Lys. Nicolas Veron était un ami d'ami mais c'est devenu très rapidement un ami.

Haydn : C'était notre premier clip, tourné sur fond vert avec un Canon 600D, et nous avions tout à prouver. Au final il a été diffusé sur D17 et MTv France !
Tiphaine : On aimait bien le générique de True Detective et nous nous sommes réappropriés le concept visuel de double exposition.

Comment ça s'est passé pour The Mistake ?
Tiphaine : Un réalisateur sur Paris devait s'en est occuper mais s'est finalement désisté... et Nicolas est revenu vers nous.
Haydn : Nous étions en manque de projets artistiques et nous avons sauté sur l'occasion !
Tiphaine : Le premier contact a eu lieu en mai 2017. Nicolas nous a parlé de cette carrière de granit à Perros-Guirrec, ainsi que de la côte qui est superbe. Nous avons  réaménagé nos idées en fonction de ces lieux et le tournage s'est fait en juin. La post-production a pris du temps car en parallèle nous finissions notre Master.

Cela a du vous prendre d'autant plus de temps que quasiment tous les plans sont retravaillés...
Haydn : Tout à fait, entre les effets de tremblement et de colorimétrie... Et je m'étais dit qu'avec la texture du granit, le tracking pour les incrustations allait être plus simples mais en fait pas du tout !
Tiphaine : C'était la difficulté technique majeure des deux principaux plans-séquences, après ce sont surtout des plans statiques où les visages sont déformés ; ensuite ça monte en crescendo et là il a fallu ajouter des effets de turbulence, d'étirement d'images... Chaque plan a un traitement spécifique.

Aperçu du traitement de la vidéo en post-production >>>

Textures froides et bleutées

REVUE DU WEB

ROCK MADE IN FRANCE, Hervé >>>  Steve Hewitt batteur de Placebo, joue avec Lys !

INDIE MUSIC, Raphaël Duprez >>> La symbiose entre l’individu et les éléments naturels est au cœur du nouveau clip de LYS.

ROLLING STONE FRANCE, Baptiste Manzinali >>> The Mistake, c’est l’histoire d’un titre efficace aux évocations multiples – on y entend surtout la scène alternative des années 90.

Notez ce clip

En indiquant votre adresse email puis en cliquant sur "Envoyer". KuB s'engage à ne pas utiliser votre adresse à des fins promotionnelles.

CRÉDITS

réalisation     Tiphaine Darras et Haydn Edginton-King - Heliograd Productions
paroles/musique     Lys featuring Craig Walker
acteur nicolas     Véron et Cyntia Colas

musiques et textes     Nicolas Veron, Craig Walker
arrangements     Steve Hewitt, Anthony Marrec
production     Steve Hewitt

ESPACE PARTICIPATIF

    KuB vous recommande