After School

born idiot after school

Une « remontada » sur fond de graphisme de dessin animé 

Dans School's out d'Alice Cooper, la cloche libératoire pour de nombreux élèves concluait le célèbre morceau du rockeur maquillé. Pour After School, les Born Idiot ont préféré la placer au début, afin de rentrer de suite dans l'euphorie de la sortie des classes, bien illustrée par leur pop toujours si acidulée et nonchalante. 

Accoutré d'un style qui tient autant du petit Nicolas que du grand Duduche, celui que l'on suit tout au long du clip est tellement pressé de quitter ses cours qu'il se permet de bondir par dessus la grille de l'école. Les 400 coups ne font que commencer. 

Le clip, divisé en trois parties, est soutenu et particulièrement coloré, en témoigne la vivacité rougeoyante de la forêt automnale où notre écolier gambade allègrement, jusqu'à être inquiété par une mystérieuse silhouette tapie dans les fougères. Mi-chamane mi-Ozzy Osbourne, celui-ci lui propose et lui confie une gourde d'un breuvage qui semble très éloigné du simple lait-fraise du goûter.


La deuxième partie va s'avérer plus sportive. En effet, après avoir retrouvé des copains de foot, un grand classique des sorties de classe s'il en est, notre petit groupe de blancs-becs en shorts et maillots vintage du PSG ou de l'Inter, se prend à défier une autre bande à crampons, qui n'attend que d'en découdre. 

Et cela va tourner à la déroute pour nos amis, surclassés par les locaux. Les scènes du match, filmées en plein cœur du jeu, sont douloureuses à regarder tant la débâcle est totale. Cependant, puisque les leçons de morale sont réservées aux pupitres et aux craies crissantes du tableau noir, il n'y a pas de mal à tricher hors les murs. La potion magique de l'homme des bois fait son effet à la mi-temps et les néo-Messi renversent la vapeur. Une remontada sur fond de graphisme de dessin animé du plus bel effet.

Born Idiot insuffle une réelle légèreté, et nous replonge quelques années en arrière, avec un flegme radieux. En ces temps lourds, cela n’est pas anodin, car comme le supposait Shakespeare : Cœur insouciant vit longtemps.

AFTER SCHOOL de Born Idiot

un clip réalisé par Lucas Martin Delaunay (2017- 3’42)

Sur le chemin de retour de l’école, Lucas rencontre un homme mystérieux qui lui offre une sorte de potion magique. En continuant sa balade, il retrouve ses camarades qui le convainquent d’aller jouer au football. En arrivant sur le terrain, ils font face au groupe rival et le match s’engage. La joyeuse bande de copains se fait battre à plat de couture, jusqu'à ce que Lucas décide de goûter à la mystérieuse potion magique...

PURETÉ DU RÊVE ET RÉALITÉ GRISE

INTENTION

par Lucas Martin Delaunay

La première fonction de ce clip est de représenter l’esprit du groupe Born Idiot, fait d’insouciance, de naïveté, de fantaisie, de poésie, d’enfance, de nostalgie, de camaraderie… 
Le clip se veut un peu cheap, d’une part en raison d’un budget de production inexistant, d’autre part car nous n’avons pas l’ambition d’obtenir une image ultra léchée qui ne serait pas en adéquation avec l’univers Born Idiot.
Filmer un match de foot entre copains pour un clip est une idée qui est revenue fréquemment lors de différentes discussions avec les membres de Born Idiot. After School paraissait être l’occasion de la concrétiser. 


Le clip reprend les codes de l’enfance : école primaire, camarades, groupe rival, football, aventure, magie, jeu, superpouvoirs… L’intrigue tourne autours de Lucas, qui est mis en scène dans son propre rôle. Les autres membres du groupe ont aussi leur place dans le clip, mais c’est bien lui qui est à l’origine de Born Idiot, qui écrit les textes et qui les chante. Toute l’équipe incarne dans la partie onirique des enfants dans des corps d’adultes, qui ne sont autre que les reflets d’une partie d’eux-mêmes dans la réalité.
Le clip juxtapose un monde onirique, coloré et fantaisiste, et la réalité.
Avec la dimension onirique, l’idée est de venir réveiller la part d’enfance sommeillant en chacun des spectateurs. La réalité, c’est ce que notre protagoniste essaye sans cesse de fuir. Les couleurs y sont ternes, le ciel sombre, et peu de vie et de mouvements en émanent. 
Mais la présence de cigarettes et d’alcool dans le monde onirique sont en contradiction avec la pureté du monde onirique. Elle amène à se questionner sur la cohérence et tangibilité de cet univers. Les derniers plans viennent résoudre l’intrigue : la potion magique est en fait une bière que boit Lucas dans la réalité, et le spectateur ne peut qu’observer avec impuissance et désillusion la solitude et le mal-être qui sont exprimés.

BORN IDIOT

BIOGRAPHIE
Born Idiot © FRAME Pictures : BETC POP
Born Idiot © FRAME Pictures / BETC POP

À l’origine du groupe, Lucas trouve en cours de route quatre idiots pour le rejoindre dans sa quête de mélancolie aux couleurs jazzy. L’on y trouve un univers naïf porté sur le syndrome de Peter Pan. Dans son premier opus, After school, Born idiot affirme son goût pour l’insouciance, qui donne envie d'aller fumer des clopes sur un parking de supermarché après les cours… 

Voir la fiche artiste...

LUCAS MARTIN DELAUNAY

BIOGRAPHIE
Lucas MARTIN DELAUNAY ©Lucas Martin Delaunay
©Lucas Martin Delaunay

Passionné par la musique dans un premier temps (adolescent, il « commence » la guitare) il se fait des potes en fac de musicologie à Rennes, à défaut d’un diplôme. C’est là qu’il rencontre Lucas et son groupe de l’époque : Betty The Nun. Il prend des photos pendant les concerts et répétitions, puis intègre l’année suivante l’école Cinécréatis à Nantes. Au-delà de la gestion du cadre, de la lumière, de la composition, il y découvre la post-production : construire et retoucher les images avec des logiciels de 2D et 3D lui offre un panel d’expression visuel quasi-infini

Voir la fiche artiste...

BORN IDIOT REVIENT GONFLÉ À BLOC

REVUE DU WEB

Soul Kitchen, Guimauve >>> 5 questions à… Born Idiot 

Votre souvenir de concert ? Un souvenir assez fun, c’est quand l’ampli de Tiago lâche au bout de 4 chansons au Point Ephémère, le jour de son anniversaire alors qu’il venait de l’acheter. On se met à sortir des conneries pour occuper le public, Guigz lance un rythme de bossa pour animer et ça commence à durer, alors on commence à chantonner le triste et fameux hit « joyeux anniversaire » et toute la salle se joint à nous pendant que notre cher Tiago tricote son matos en panique (il a assuré). Gênant quoi !

Manifesto, François Brulé >>> On a parlé de football avec Born Idiot
Born Idiot revient gonflé à bloc pour attaquer cette nouvelle saison. Malgré un été un peu sec en terme de dates pour les cinq compères, la rentrée s’avère sous les meilleurs auspices avec une première tournée qui se dessine, mais aussi la sortie prochaine d’un nouvel album.

Rennes, à coup de cœur, Noémie >>> Rencontre avec Born Idiot
Born Idiot, c’est le groupe rennais de musique « indie pop » qui apporte de la légèreté et de la joie dans sa journée. Hier ils jouaient en première partie des sulfureux HER à l’UBU. Nous les avons rencontrés dans leur loge quelques minutes avant le concert, pour en savoir un peu plus sur ces garçons qui montent.

CRÉDITS

Musique     Born Idiot 
Enregistrement et mix     Frank Ollivry et Jérôme Cousin 

Mastering     Black Box Studio 
Réalisation clip     Lucas Martin Delaunay

Artistes cités sur cette page

BORN IDIOT, SHAKING ROOM KuB

Born Idiot

ESPACE PARTICIPATIF

    KuB vous recommande