patrick molard musicien

Patrick Molard

  • musicien

Site web: http://www.patrickmolard.com/

Né en 1951, Patrick Molard est très tôt émerveillé par la cornemuse. Tout commence à la fin des années 50 quand il voit défiler un des meilleurs pipe-band écossais de l’époque : la formation de la police d’Edimbourg ! À 14 ans, il commence l’apprentissage de la bombarde et de la cornemuse avec le bagad de Saint-Malo. En 1967, il rencontre Jakez Pincet (son premier professeur de Pìobaireachd, lui-même élève du mythique sonneur Herri Léon) qui l’intègre à An Ere, auquel il sera fidèle jusqu’en 1973. A cette époque, Patrick Molard gagne un certain nombre de concours de solistes, jusqu’à se présenter au concours de cornemuses de l’île de Skye. Il se forme dès lors auprès des deux plus grands joueurs de Ceòl Mòr du 20e siècle : Robert U. Brown et Robert B. Nicol, musiciens personnels de la reine Elisabeth, dans le château de Balmoral en Écosse, héritiers d’une tradition qui remonte au moins au début du 16e siècle. Durant ces années (début 1970) il remporte de nombreux prix en Pibroc’h et en marche à Londres, à Braemer et aux jeux de Portree (Skye).

Après le décès de Bob Brown (en 1971), Patrick « revient » en Bretagne et participe au mouvement « revival » qui vient de démarrer dans le sillage d’Alan Stivell. Ces années hissent la musique bretonne en haut de l’affiche, au sein de laquelle Patrick Molard devient une figure incontournable. Dans les années 90, il forme un trio avec Jacky Molard et Jacques Pellen sous le nom Triptyque et joue également dans les groupes Gwerz, Gwendal, Pennoù Skoulm, Den, L’Héritage des Celtes, Celtic Procession. Il accompagne Dan Ar Braz sur ses albums ou en tournée (Europe, Danemark) et crée avec lui un duo cornemuse-guitare.

En parallèle de cette scène bretonne, Patrick Molard devient une référence pour la musique écossaise. En 1980, 1981 et 1982, il gagne le concours MacAllan, au Festival Interceltique de Lorient. En 1983, il enregistre son premier disque solo. Il est sacré trois fois champion de Bretagne en sonneur en couple, avec Youenn Le Bihan ou Yves Berthou. Au Quartz à Brest et au Théâtre de la Ville à Paris, il présente entre autres créations : La prophétie de Gwenc’hlan en 1992 avec Kristen Noguès, Manu Lann Huel, Jacques Pellen, Jacky Molard, La Nuit du bout du monde avec un concert de Pibroch et des « Voix de Bretagne », West Wind en 1995 avec des musiciens irlandais et bretons, In silence en 1997 avec les chorégraphies de Ko Morobushi, Quatre siècles de Pibroch en 1998 avec Andrew Wright. En 2000, le spectacle « Carte blanche aux frères Molard » reçoit le Prix de la création en Bretagne et s’appelle ensuite Bal Tribal avec la sortie de l’album en 2002. En 2007 il enregistre le disque de Pibroc’h « Waking of the bridegroom » (MacMeanman, Skye) et participe au Festival Piping live à Glasgow. Il intervient au College of Piping sur Skye (Sabhal Mòr Ostaig), et donne de nombreuses conférences sur le Pibroc’h, notamment devant la prestigieuse Piobaireachd Society dans le cadre de leur Annual conference à Birnam (Ecosse). En 2014, le réalisateur documentariste Sylvain Bouttet entame un tournage consacré à l’art du pibroc’h développé par Patrick Molard.

Le musicien est à retrouver sur KuB sur la page Ceòl Mòr.