Michel Thersiquel, dit Thersi
1944 - 2007

C’est son séjour de huit ans à Pont-Aven qui va transformer Michel Thersiquel en Thersi.
En 1966, il s’installe, près du pont. Sous les toits, une verrière orientée nord-ouest.

C’est là que ce fils de photographe-horloger de Bannalec va produire les portraits qui immédiatement vont le rendre célèbre. C’est dans la cité des Peintres, au frottement des chanteurs-écrivains-poètes en pleine création, qu’il se forge une solide culture artistique. Et qu’il se construit un style, un nom et un renom.
Encensé tout jeune par ses pairs, des expos vont suivre, en Bretagne, à Paris et à l’étranger.

Pendant plus de quarante ans, Thersi va magistralement photographier la matière bretonne. Les artistes, ses amis, bien sûr, mais aussi et surtout les humbles, les oubliés de l’histoire : paysans, marins-pêcheurs, artisans, dames du pays Bigouden... Des milliers de témoignages, une inouïe saga de son pays, une immense fresque vivante. Bien au-delà des apparences, Thersi, cette espèce de rôdeur magnifique, sait y capter des images d’une vérité absolue.

À chaque fois, on se demande comment tant de connivence a pu naître entre le photographe et ceux qu’il rencontre... c’est cela le secret de Thersi.

Une page dédiée à l'exposition Thersi et la mer est à retrouver sur KuB.


Parcours en dates :

1944 : naissance à Bannalec. Fils d’un horloger et photographe. Il fera naturellement ce double apprentissage et lui-même passera le diplôme à l’École d’horlogerie d’Anet à Dreux.

1963 et 1966 : deux passages en formation chez Félix et Nicole Le Garrec, photographes à Plonéour-Lanvern.

1966-1973 : s’installe comme photographe à Pont-Aven. Très vite reconnu pour ses portraits. Il aborde ensuite des exercices de style sur la lumière, la matière et le cadrage et travaille sur trois thèmes principaux : Galets, Caravanes et Paysages menacés. Commence à la même époque un reportage qui durera plus de 30 ans sur le Pays Bigouden.

1972 : exposition à la Bibliothèque Nationale.

1973 : s’installe définitivement à Bannalec.

1974- 1986 : reportage sur l’univers des personnes en situation de handicap physique au centre Kerpape, à Ploemeur.

1979 : création du groupe Sellit. Cette association de photographes travaille sur des thèmes communs : Bretagne, îles, marée noire et Blavet.

1980 : 1er numéro de la revue Double Page consacré aux visions bretonnes de Michel.

1983-1985 : triple reportage : Douarnenez, le monde de la pêche - travail qui ne le quittera plus – et vie rurale en Côtes-d’Armor.

1986 : parution de Mémoire de Pont-Aven, 1860-1940, fruit de plusieurs années de recherches iconographiques sur l’univers des peintres de Pont-Aven.

1986 – 1990 : Gens de Groix : reportage en noir et blanc pour l’écomusée de Groix-Keroman, femmes au travail, Maison de la Mer, Lorient – reportage sur la pêche en Pays Bigouden pour l’OPOB – reportage couleur sur l’environnement pour la DRAE de Rennes.

1989 : journaliste professionnel comme reporter-photographe aux revues Chasse-Marée et ArMen à Douarnenez.

1990 – 1991 : Mission photographique pour le Conservatoire du littoral et le Conseil général du Finistère : 30 sites répertoriés en Finistère.

1992 : reportage sur le rassemblement maritime Brest 1992.

1992 – 1996 Travaux sur la Bretagne intérieure. Poursuit les reportages sur le monde de la pêche en Bretagne et en Europe – Les vieux gréements des côtes d’Europe.

1998 : Commande de la galerie Le lieu et de la ville de Lorient. Portraits.

1997 – 2007 : tout en continuant ses recherches et reportages sur les îles, le Pays Bigouden, le monde rural, le monde maritime, se lance dans un long travail de recherches et de reportages autour de deux axes : les lumières en Bretagne, campagnes et rivages, et la liaison terre/mer, des sources, des rivières, des fleuves bretons jusqu’aux embouchures. Nombreuses publications de ces travaux.