L’irréductible Bretagne d’Astérix

loupe village asterix cover

Où se trouve le village des irréductibles Gaulois dont Astérix et Obélix sont les principaux ambassadeurs ? L’enquête se devait d’être menée puisque les auteurs de la série BD légendaire, traduite en 311 langues, n’ont pas souhaité préciser son emplacement.

Menée sur la foi des témoignages d’Uderzo et de son entourage et de recherches historiques sur la Gaule sous le règne de César, le réalisateur Étienne de Clerck arrive à une certaine conclusion, sans toutefois pouvoir trancher une fois pour toutes. Seule certitude, nos héros vivaient sur le territoire des actuelles Côtes d’Armor. Des Celtes annexés à l’empire romain en 57 avant JC par un César à qui il restait treize ans à vivre.

L’IRRÉDUCTIBLE BRETAGNE D’ASTÉRIX

d’Étienne de Clerck (2020 - 14’)

Dans le nord de la Bretagne, au détour d’un sentier de la forêt de Huelgoat ou sur la plage d’Erquy, le promeneur croirait apercevoir la silhouette d’Astérix. Albert Uderzo, l’un des pères du personnage, connaît bien la région pour y avoir passé une partie de la Seconde Guerre mondiale. Ces paysages bretons sont devenus, sous son crayon, les décors de l’une des bandes dessinées les plus célèbres au monde.

>>> un film produit par Elephant Adventures

INTENTION

Un mystérieux village

village carte asterix

Uderzo a découvert la Bretagne sous l’Occupation : son frère aîné avait raté son train pour l’Allemagne, où il devait faire son STO, et s’était réfugié dans les Côtes-d’Armor. Le jeune Albert l’y rejoint pour fuir Paris où les temps sont particulièrement difficiles. Avec son frère, ils résident pendant deux ans Aux Villages un quartier de Saint-Brieuc. De là, ils se rendaient à bicyclette jusqu’à Erquy. C’est en Bretagne qu’il découvre cette France rurale, paysanne, qui marquera son imaginaire. Dans Astérix, les paysages de forêt et de campagne recèlent de cette poésie discrète.


Pour de nombreux habitants du coin, il est évident que le village d’Astérix est inspiré d’Erquy. Uderzo s’en est longtemps défendu, répondant à cela que le village était imaginaire. Les ressemblances entre ces deux lieus sont pour lui des coïncidences, ou le résultat d’une inspiration inconsciente. Dans l’interview qu’il donne au hors-série de Bretagne magazine en 2001, il explique qu’il n’a appris l’existence des fameux trois rochers au large d’Erquy ou de la plateforme appelée le Camp de César que bien plus tard. Si je m’étais inspiré d’Erquy pour dessiner le village, je le dirais. Depuis, d’autres hypothèses ont été faites : Perros-Guirec, Saint-Malo, Paimpol, Le Yaudet, et même Sangatte, dans le Nord-Pas-de-Calais, mais le mystère reste entier.

BIOGRAPHIES

René Goscinny et Albert Uderzo

Uderzo et Goscinny

René Goscinny

Né en 1926 à Paris, René Goscinny découvre très tôt la littérature et la bande dessinée. En 1928, sa famille s’expatrie en Argentine, à Buenos Aires. Ainsi, il ne subit pas directement la guerre mais le décès prématuré de son père en 45 l’oblige à trouver très tôt du travail.


Pendant quelques années, il vit de travaux précaires, notamment comme assistant dessinateur dans une agence de publicité new-yorkaise. Plus tard, il se lie avec les dessinateurs belges Jijé (Le Journal de Spirou) et Morris (Lucky Luke) et les suit à Bruxelles. Il rencontre pour la première fois Uderzo à Paris en 1951, alors qu’il est chargé de récupérer ses planches. L’entente est immédiate et tous deux multiplient les projets. Il faut attendre 1959 pour leur premier succès : le numéro du magazine Pilote dans laquelle est publiée la première aventure d’Astérix se vend à 300 000 exemplaires dès le premier jour. En plus d’Astérix, Goscinny collabore également à Iznogood, Le petit Nicolas, Lucky Luke… Il contribue à la reconnaissance du métier de scénariste de bande dessinée, qui n’existait pas avant lui. En 1977, René Goscinny décède d’un arrêt cardiaque.

Albert Uderzo

Né en 1927 à Fismes, Albert Uderzo s’intéresse au dessin dès le plus jeune âge. Autodidacte, il s'inspire notamment des personnages de Disney et des comics américains. En 1942, il rejoint son frère Bruno en Bretagne à Saint-Brieuc.


À la Libération, il enchaîne les projets : dessin animé, illustrations pour plusieurs revues, puis reporter dessinateur pour France Dimanche en 1947. Il rencontre Goscinny en 1951, avec qui il se lie immédiatement d’amitié.

En 1956, le duo, accompagné de Jean-Michel Charlier et Jean Hébrard, participe à la création des agences Edipresse et Edifrance qui leur donnent une plus grande liberté. À cette époque, Uderzo cumule les projets pour joindre les deux bouts, dessinant parfois neuf planches en une semaine. Il faut attendre 1959 pour son premier succès : le numéro du magazine Pilote dans laquelle est publiée la première aventure d’Astérix se vend à 300 000 exemplaires dès le premier jour. Pendant un certain temps, Uderzo et Goscinny continueront certaines séries, mais, à partir de l’album Le Bouclier arverne, Uderzo décide de se consacrer uniquement à Astérix. Après la mort de Goscinny, en 1977, il reprend seul les aventures du petit Gaulois et créé les éditions Albert René. Il décède d’une crise cardiaque en 2020, à l’âge de 92 ans.

REVUE DU WEB

Le père des plus grands personnages

ACTUABD >>> L’émission Panorama, rebaptisée pour l’occasion Panoramastérix, est présentée par Jean-Yves Bergés. Les invités Uderzo et Goscinny tentent, non sans humour, de faire un numéro spécial Astérix.
BD ZOOM >>> Albert Uderzo restera évidemment comme le créateur graphique des Gaulois Astérix et Obélix. Mais, il avait aussi dessiné bien d’autres héros comme l’Indien Oumpah-Pah, le corsaire Jehan Pistolet, le reporter Luc Junior…

REVUE DES DEUX MONDES >>> Jean-Pierre Naugrette revient avec émotion sur sa découverte des dessins d’Uderzo, dans son enfance, et dont l’œuvre l’a accompagné toute sa vie.

ARCHIVES INA >>> C'est l'histoire d'un génie obsédé par une seule chose : faire rire ses millions de lecteurs. Goscinny est le père des plus grands personnages, d’Astérix au petit Nicolas en passant par Iznogoud… Avec pour mission, l’humour, toujours l’humour.

COMMENTAIRES

    CRÉDITS

    réalisation Étienne de Clerck
    image Éric Billon

    montage Thomas Desaleux
    étalonnage Anaïs Fadika
    assemblage Alex Thiyagarajah, Léo Bichard
    mixage Fred Marronnier, Benjamin Storey

    KuB vous recommande