SUPERETS, Veuve mécanique

Superets clip veuve mécanique « Veuve mécanique » par Yann Pichot

De ces squelettes motorisés, ne reste, divinement vivante, que la veuve mécanique. 

Pierre Dac signifiait qu'on appelle « voiture d'occasion » une voiture dont toutes les pièces font du bruit sauf le klaxon. Les Superets vont démentir l'adage du chansonnier dans le clip de Veuve mécanique, réalisé par le jeune réalisateur breton Yann Pichot. 
La première scène est un savoureux mélange du Ricky Banlieue de Frank Margerin et d'un western spaghetti. Quatre loubards interpellent un garagiste pour obtenir une voiture. Il se retourne, revêtu d'un masque de soudeur. Mais on est loin du Louis de Funès en bleu de chauffe traficotant sa Cadillac dans Le Corniaud. Car une fois le masque ôté, l'homme est plus qu’inquiétant avec son regard exorbité et sa démarche robotique. 
Camouflé sous un drap, le précieux bolide apparaît enfin, dans un nuage de poussière ancestrale. Un sublime cabriolet vert pomme qui va bousculer l'imaginaire de nos apprentis Senna. La musique s'enclenche seulement à cet instant, et rappelle le meilleur de Mustang
L'érotisation de la voiture par l'homme est un cliché dont les Superets jouent magnifiquement, en faisant apparaître un avatar féminin gracieux (mais sans ceinture) en passager d'exception. Nombre de plans témoignent d'une atmosphère nocturne et vaporeuse, proche de l'univers de John Carpenter. 


Poom, qui a sorti un brillant De la vitesse à l'ivresse avait pourtant prévenu : l'accident rôde à trop s'abandonner aux rugissements de son moteur. La mise en scène du drame est ici loin d'un clip de la sécurité routière. Des hommes en blanc, fantasmagoriques, tentent d'arracher nos musiciens de l'habitacle. On est entre la clownerie du faux suicide dans Mash et la dramaturgie de l'accident de Piccoli dans les Choses de la vie. À l'instar de ce dernier, les Superets se font (trans)porter pâles. De ces squelettes motorisés, ne reste, divinement vivante, que la veuve mécanique, longs cheveux au vent, jusqu'au retour au garage, où les feux s'éteignent enfin et closent ce rêve émanant des vapeurs d'essence.

VEUVE MÉCANIQUE

un clip réalisé par Yann Pichot (2014 - 5')

Faire naître le rêve et le fantasme

NOTE D'INTENTION
veuve mecanique
© Edyta Lizakowska

Avec ce clip je n’ai pas cherché à illustrer précisément les paroles de la chanson mais plutôt à créer une relation métaphorique entre la voiture et son avatar : une jeune femme. La construction circulaire m’a permis de faire naître le rêve et le fantasme dans la tête des quatre personnages joués par les Superets. 
L'univers décalé et vintage était, selon moi, une caractéristique essentielle de l’identité du groupe. Cet univers me permettait notamment d’amener une certaine légèreté et ironie au clip. Je souhaitais donc une esthétique surréaliste et « carton-pâte » avec une majorité de plans tournés sur fonds noirs et des effets à la prise de vue. Des lumières de couleurs différentes et des fumées viennent ponctuer les différents moments de la musique, amenant une atmosphère fantomatique et angoissante. 
Dans un souci de marquer une relation à la mécanique, certains personnages se déplacent comme des robots, créant une sorte de chorégraphie. Je souhaitais avant tout un clip esthétique et imagé, liant une atmosphère nocturne et sensuelle entre les films de John Carpenter et le giallo (genre qui a connu son heure de gloire dans l’Italie des années 60 à 80, à la frontière du policier, du cinéma érotique et d'horreur).

YANN PICHOT

BIOGRAPHIE
Yann Pichot réalisateur clip superets

Yann Pichot est réalisateur et administrateur de production. Au cours de ses études de cinéma à l'ESRA de Rennes, il co-réalise La Passeuse, sélectionné au Festival Européen du film court de Brest.
En 2015, il réalise un court-métrage en VHS, D'une même odyssée prolifèrent les monstres, sélectionné au festival Cinemabrut. 
Parallèlement à son métier d'administrateur de production sur des longs-métrages, Yann vient de terminer l'écriture d'un nouveau projet de court-métrage.

SUPERETS

REVUE DU WEB
Superets clip veuve mécanique

arte >>> La scène Rennaise est décidément prolifique. Dernière recrue en date, les quatre amis d’enfance de Superets. Fervents admirateurs de la musique yéyé, ils se disent à l’origine du “yéyétronique”. Gagnants du tremplin des Jeunes Charrues, leur musique est un savant mélange de surf et de synthétiseur vintage, l’électro en plus. Jacques Dutronc les inspire et il en découle un son typiquement sixties. Nul doute que l’énergie et la vitalité du groupe saura créer une belle agitation. 

Rennes à coup de coeur >>> Quatre musiciens débordant d’énergie, un style ostensiblement retro sixties et des paroles décalées en français, voilà la recette secrète du cocktail explosif que proposent les Superets. Mélange détonnant de guitares surf, d’influences yéyé et garage, revisitées à la sauce électronique, leur musique est à la fois dynamique et dansante, portée par un chant presque théâtral et des textes décapants. 

CRÉDITS

SUPERETS
chant, guitare     Léo Demeslay 
basse     Romain No Oats 
batterie     François Tasty Tornado 
claviers, percussions     Hugo Beauman

Veuve mécanique 
avec     Melissa Martins, Philippe Fagnot 
réalisation     Yann Pichot
assistant de réalisation     Marion Combot 

image     Charles-Hubert Morin 
chef électro     Rémy Barbot 
régie     Solenn Percelay, Paul Marques Duarte 
assistants opérateurs     Luc Venries, Julien Guitet 
équipe électros-machinos     Sylvain Caret, Alexandre Barquissau 
photographe plateau     Edyta Lizakowska 
chef décorateur, effets spéciaux     Yann Serrat

son     Pierre-Loup Moulins
étalonnage     Charles-Hubert Morin 
montage     Aymeric Schoens 
mixage, bruitage     Charles Spiral 
conseillère costumes     Anne Angelini 
maquilleuses     Marion Combot, Julia Jean-Baptiste 

EP    160 caractères pour te dire adieu
label     Les Disques Entreprise

ESPACE PARTICIPATIF

    KuB vous recommande