À l'origine

l'avenir est tellement radieux - banner

Atmosphère à la Tarantino pour cet impeccable road movie signé Julien Eon, qui raconte la vie d’un loser du rock, Dick Traverse, traversant les grands espaces au volant de son van, embarquant des stoppeurs tout aussi paumés que lui. Si cette Amérique est en réalité l’Armorique, il n’en demeure pas moins que notre héros ne bougonne qu’en english. Démarré en mode cynique amer, le film opère un virage radical quand le combi croise la trajectoire d’une balle perdue. Nous voici à l’aube du monde, dans une nature radieuse, propice à l’amour, qui n’entame en rien le flegme dépressif de Dick.

Sous ses allures de ne pas y toucher, L’avenir est tellement radieux (que je dois porter des lunettes noires) est un film profond et abouti, sur l’errance et la mort, qui de la fin de l’humanité nous renvoie à son origine, par un trou de balle dans un pare-brise qui ouvre un subreptice passage vers l’au-delà.

FILM

L'AVENIR EST TELLEMENT RADIEUX (que je dois porter des lunettes noires)

de Julien Eon (2015 - 25’)

Dick Traverse, 45 ans, accompagne depuis des années des groupes de rock underground dans des tournées aussi fauchées que chaotiques. Usé, vidé, lessivé par une existence stérile, Dick est au bout du rouleau. Sur sa route, il croise un rocker norvégien illuminé et un couple mystérieux qui parle aux esprits de la forêt. Dick Traverse saura-t-il entendre les messages qui lui sont envoyés pour réenchanter sa vie ?

>>> un film produit par Sylvain Bresson et Raphaël d’Aboville, Le Petit Remorqueur

INTENTION

Anti-héros

dick traverse fume - l'avenir est tellement radieux

par Julien Eon

Janvier 2011. Une balle perdue foudroie sur l’autoroute le guitariste des Ashtones, un groupe punk lillois. Un chasseur participant à une battue dans un bois situé à proximité de l’axe routier est mis en cause. Cet accident, aussi tragique qu’absurde, met en émoi le petit monde du rock underground français. Je connaissais le guitariste des Ashtones. Plus tout jeune, il ne vivait que pour sa passion du rock pur et dur, avec tous ses excès. De sa mort fracassante, il aurait dit lui-même qu’il ne pouvait pas l’imaginer plus rock’n’roll.

Pour moi, cet accident prenait une dimension surréaliste et mystique. Il renvoyait à des questions sur la destinée et le sens de la vie. Des idées se sont bousculées dans ma tête, des éléments disparates se sont entrechoqués, puis se sont imbriqués. J’ai voulu écrire une histoire de rockers, parler de cet univers parallèle qui a ses vicissitudes, ses codes, ses clichés.

À l’origine de ce scénario il y a également Dick Traverse, un personnage fictif issu de la culture rock alternative américaine, ex-roadie (technicien sur les tournées) pour des groupes métal et punk dans les années 1980-90, adolescent attardé, grande gueule, looser flamboyant et charismatique, que l’on retrouve vingt ans plus tard en Europe où il est devenu road & tour manager (organisateur de tournées) pour d’obscurs combos underground. La naissance de ce personnage est liée à ma rencontre avec Patrick Albenque, comédien franco-américain, qui partage avec moi un penchant pour les anti-héros loufoques.

Dans L’avenir est tellement radieux, un Dick Traverse fatigué est confronté à la mort brutale et absurde d’un musicien de rock.


Cet événement va-t-il changer sa vie ? Le dénouement de cette histoire indique que c’est une possibilité. Même si elle n’est que fantasmée, l’illumination intérieure de Dick Traverse est l’enjeu dramatique d’un film où souffle un vent de poésie gothique et d’humour noir. Les efforts du personnage central pour s’ouvrir à la spiritualité sont à la fois touchants et risibles. Aussi le ton du film reste ancré dans l’ironie et le second degré, en jouant notamment sur la juxtaposition de deux univers a priori totalement différents (rock et spiritualité), mais dont les analogies sont finalement assez évidentes. Le rock a en effet ses propres célébrations, cantiques, rites, églises, chapelles, icônes, saints, martyrs, etc.

J’ai également voulu donner au film des accents d’étrangeté liés à la dimension onirique et mythique du scénario. À cet effet, la forêt de Brocéliande, lieu des légendes arthuriennes, où se retire Dick Traverse tient une place prépondérante. Les personnages qui y vivent, Mordhyn et La Fée, font écho aux personnages légendaires que sont Merlin l’enchanteur, les fées Viviane et Morgane.

Au-delà du caractère légendaire du décor, cette forêt apparaît également comme une métaphore de la vie intérieure de Dick Traverse. C’est un lieu où le mystère et les peurs prennent corps pour révéler à chacun ses limites et ses faiblesses. Dans cette forêt, il y a une mort violente inexpliquée, des gnomes, un barde inquiétant, une fée à la fois ingénue et lascive, un arbre qui parle, et un tueur anonyme qui se cache quelque part. Dick Traverse entre dans cette forêt désenchantée et y subira un rite initiatique pour éventuellement sortir des ténèbres où ses tribulations rock’n’roll le plongent... s’il se décide un jour à enlever ses lunettes noires !

BIOGRAPHIE

Julien Eon

Julien Eon réalisateur portrait

Originaire du pays de Brocéliande, Julien Eon développe dès l’adolescence un goût prononcé pour le cinéma fantastique, la littérature subversive et le rock underground. Mais c’est par le rock qu’il débute sa carrière artistique, d’abord en tant que guitariste et chanteur dans la région rennaise, puis à Paris où il fonde le groupe The Marshmallow Dykes, avec lequel il enregistre deux albums dans un registre garage punk.

Par la suite, Julien Eon se passionne pour le métier de cinéaste. Il décide de mettre en image son obsession pour les graffitis en réalisant son premier court métrage Gens d’la lune, filmé avec une caméra super 8, deux bobines et quelques centimes. Ce film, qui surprend par son ton à la fois provocateur et poétique, fait une belle carrière dans les festivals et sur Canal +.

Par la suite, Julien réalise notamment un documentaire M le Gardeur, primé en festivals, où son style s’affirme et se précise. Nous sommes plongés dans un univers baroque où l’ironie et l'humour noir côtoient une poésie étrange et décalée, que l’on retrouvera dans L’avenir est tellement radieux (que je dois porter des lunettes noires).

Depuis 2015, Julien se consacre essentiellement à l’écriture. Il finalise le scénario de son premier long métrage, Mauser, un thriller gothique où des bikers russes sèment la terreur en Picardie. Il travaille également sur des projets de séries télé : Armor, une mini-série qui mêle écologie et légendes bretonnes, ainsi que Pandemonium, une histoire rocambolesque dans le Paris de la fin du 19e siècle, où un jeune homme mène l’enquête dans les milieux occultes et spirites.

REVUE DU WEB

mythologie rock'n'roll

MEDIUM >>> Julien Eon : La métaphore est une véritable base de travail pour moi. L’auteur et réalisateur de L’avenir est tellement radieux s’exprime sur son rapport à l’écriture et à la réalisation.

OUEST FRANCE >>> Les producteurs, Sylvain Bresson et son associé Raphaël d'Aboville, n'ont pas lésiné sur les moyens : une équipe de tournage de 40 personnes, un pilote de rallye pour les cascades, la mobilisation des services départementaux pour dévier la circulation sur la RN 24. Quatorze heures de rush pour un film de 40 minutes.

LIBÉRATION >>> Essentiels à la logistique des plus grands concerts et festivals, les roadies ont dépassé depuis longtemps le cliché bière et santiags de la mythologie rock’n’roll. Pourtant, la professionnalisation de leur métier n’a guère permis d’améliorer ni leurs salaires ni leurs conditions de travail pénibles.

COMMENTAIRES

    CRÉDITS

    avec Patrick Albenque, Maryne Bertieaux, Paul Spera, Christian Mazzuchini
    réalisation, scenario Julien Eon
    dialogues Julien Eon, Marc Cosnard des Closets
    image Xavier Dolléans
    son Anne Ducourau, Vianney Aubé

    cadreur David Frak
    décors Alex Poulingue, Isabelle Caron
    montage Julien Eon, Julie Quintard
    musique Hervé Vincenti
    scripte Soizic Poënces
    assistante réalisation Charlotte de Givry

    avec le soutien de la Région Bretagne en partenariat avec le CNC
    en partenariat avec Capson, Tri Martolod, Rêves de Gamin, TSF

    Artistes cités sur cette page

    Julien Eon réalisateur portrait

    Julien Eon

    KuB vous recommande