Les rumeurs de Babel

« Les rumeurs de Babel » de Yvon Le Men

Me voici à Maurepas, devant mon ordinateur qui cherche le poème à écrire pour contrer le bruit, pour le transmuter en chant, puis en silence… Yvon Le Men, nous offre ici son saisissant spectacle, enregistré au Théâtre Chateaubriand de Saint Malo lors de l’édition 2016 d’Étonnants voyageurs.

KuB a rencontré Yvon Le Men en mars 2016, pour lui proposer d’être l’interlocuteur de Boualem Sansal en tournée bretonne avec son livre 2084 (retrouvez la page Des mots contre le chaos). Il avait accepté de prendre part à cette expérience. C’était l’époque où sortaient ses deux derniers livres : Les rumeurs de Babel et Une île en terre, qu’il se préparait à donner sur scène lors du Festival international du livre et du film, Étonnants voyageurs. L’idée nous est venue d’être présents à ce rendez-vous. Bien nous en a pris. Pour la première fois de sa longue expérience des tréteaux, Yvon Le Men a chanté, accompagné par Jean Luc Tamby au théorbe. Une soirée pleine de grâces, et une presse dithyrambique pour cet artiste au sommet de son art…

Édito : Serge Steyer

Auteur-réalisateur d’une trentaine de films depuis la fin des années 80, principalement des documentaires pour et avec la télévision publique (France Télévisions, Arte). Auteur d’articles et de dossiers papier pour Films en Bretagne, dont Photographie de l’activité cinématographie et audiovisuelle en Bretagne (2009) et Réinventons l’audiovisuel public (2013). Directeur ...

L’ÉCRITURE ET LA SCÈNE (7', 2016)

logo Le grand BaZH.art KuB

L’écriture, c’est la solitude et l’absence. La scène, c’est la présence, le partage. J’ai besoin de ces deux chemins. Yvon Le Men a toujours considéré son art poétique comme écriture et spectacle vivant.

Le soir du 14 mai 2016 au Théâtre Chateaubriand de St Malo, il parle du bronx des villes et des villages, et de son copain d’enfance : Jean-Claude.
Accompagné par Jean Luc Tamby au théorbe et à la mandoline, le poète interprète les textes écrits lors de la résidence d’écriture qu’il fit à Maurepas, cité rennaise. Entraîné dans l’aventure, l’illustrateur et auteur de bandes dessinées Emmanuel Lepage a produit une série d’aquarelles du quartier, insérées dans le texte disponible aux éditions Dialogues.

INÉNARRABLE JEAN-CLAUDE

Avant de plonger dans Babel, Yvon Le Men nous fait faire un crochet par le hameau de son enfance, dans un texte édité par Bruno Doucey sous le titre « Une île en terre« . Aux lisières de la pauvreté, un lieu où des vies humbles ont tracé le sillon de leur humanité, Yvon Le Men nous conduit à la rencontre de Jean-Claude, que chacun pourrait avoir rencontré dans la banlieue de sa vie. Un moment de grâce et de drôlerie, un voyage pour aller chez son ami comme à l’étranger

À MAUREPAS, QU'ON LE VEUILLE OU NON...

Nous sommes ensemble par le bruit qui déborde de partout. Trop ensemble, par le plancher, le plafond, les fenêtres. Nous sommes ensemble contre notre gré. Mais pas toujours. D’où le poème en continu qui m’attend dans la tête en battant la mesure comme une vibration qui nous relie les uns aux autres. Avec peine, de temps en temps ; avec joie, aussi. Si le voisin est bon, la chanson sera bonne…  Yvon Le Men a vécu deux mois en résidence dans la cité rennaise de Maurepas, s’y est peu à peu immergé, et s’est attaché au fil des amitiés tissées, à rendre les voix multiples des habitants au plus près du rythme et du grain de voix de chacun. Le résultat est saisissant, une totale réussite, d’une force impressionnante.

FLEURS DE BÉTON

REVUE DE PRESSE

L’humanité >>> Un livre rare et précieux, une sorte de reportage réaliste mis en poésie, dans lequel Yvon Le Men raconte la vie quotidienne des habitants du quartier de Maurepas à Rennes, leurs plaisirs et leurs difficultés, leur beauté et leurs inquiétudes, leurs douleurs et leurs espoirs. Des mots amples et lumineux rehaussés par une écriture pénétrante et visible au premier effleurement.  

La Croix >>> Le poète montre sans idéologie ni suffisance, et sa musique nous rend meilleurs. Il est bien peu d’êtres pour qui le mot « poésie » ne désigne pas seulement une activité littéraire parmi d’autres, mais l’alpha et l’oméga d’une existence toute entière dédiée à cet art.   

Radio France Internationale (interview radio) >>> Un livre sublime qui nous rappelle que les mots immigration, intégration, ne doivent pas être confisqués par la sphère politique et que la poésie aussi a peut-être quelque chose à dire…

Libération >>> On ne s’ennuie pas sur le fil de ce long poème plein de suspense.


Le Figaro littéraire >>> Avec humour, simplicité mais aussi gravité, Yvon Le Men nous dit les choses vues, entendues ; retrace un destin en quelques strophes ; nuisances sonores, violences conjugales, ennui, promiscuité et précarité, mais aussi espoirs et petits bonheurs.    

Zoo, page 48 >>> Lumineux, tendre et bien entendu poétique, cette balade se calquerait à n’importe quel quartier en difficulté.   

Le Cri de L’Ormeau 01/04/16 >>> On plante un poète dans une cité et il va en pousser des fleurs de béton. Un poète ou un autre artiste, un illustrateur par exemple (…) 

YVON LE MEN

BIOGRAPHIE

À Lannion, où il vit, il crée en 1992, avec Le Carré magique, les soirées « Il fait un temps de poème », où il se fait le passeur des poètes et des écrivains du monde entier. Programmateur aux côtés de Michel Le Bris, il instaure dès 1997 un espace dédié à la poésie au festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo. Dans une chronique hebdomadaire publiée dans Ouest-France de 2006 à 2008, il fait le tour du monde en 80 poèmes. Il est lui-même l’auteur d’une œuvre poétique importante à laquelle viennent s’ajouter dix récits, deux romans et un recueil de nouvelles.

Ses poèmes, livres ou anthologies, sont traduits dans une vingtaine de langues. Ses textes ont été interprétés par Robin Renucci, Jacques Gamblin, Bernard-Pierre Donnadieu, Denis Podalydès, Jacques Bonnaffé, Ariane Ascaride et Simon Abkarian. Il a écrit pour les compositeurs Jean-Yves Bosseur, Pierre-Yves Level, Patrick Otto, Louis Dumontier, Melaine Favennec et Kristen Noguès ; les chanteurs et conteurs Patrick Ewen, Gérard Delahaye, Anne Vanderlove. Certains de ses livres ont été illustrés par les dessinateurs Edmond Baudoin, Pef, Emmanuel Lepage… ou les photographes Georges Dussaud, Patrick Le Bescont, Yvon Le Marlec, Yvon Boëlle et Chantal Connan.


Prix obtenus

Par ailleurs, Yvon Le Men est président du prix Louis-Guilloux et membre du jury du prix de poésie Robert-Ganzo. Il est lauréat de nombreux prix dont, en 1979, le Mandat des poètes et le prix Angèle-Vannier ; en 1984, le prix Georges-Brassens ; en 1989, le prix de la Création régionale Bretagne, en 2005, le prix du Beau Livre maritime ; en 2010, le prix de poésie de l’Académie de Bretagne et des Pays de la Loire et, en 2012, le prix de poésie Théophile-Gautier de l’Académie française.

Derniers titres parus :
Une île en terre, Éditions Bruno Doucey, 2016
Tirer la langue, Éditions La passe du vent, 2016
Les Rumeurs de Babel, illustrations d’Emmanuel Lepage, Éditions Dialogues, 2016

EMMANUEL LEPAGE

BIOGRAPHIE

Né en 1966 à Saint-Brieuc, Emmanuel Lepage va faire à l’âge de 13 ans une rencontre déterminante : celle de Jean-Claude Fournier, le dessinateur de Spirou qui va lui enseigner les rudiments du métier et lui donner des conseils. En 1983, il réalise dans Ouest France son premier dessin publié, puis avec l’aide des bibliothèques de Rennes, il publie à compte d’auteur son premier album de bande dessinée La Fin du monde aura-t-elle lieu ? à partir de l’année suivante, il réalise de nombreuses illustrations pour des revues et des magazines en Bretagne. En 1986, il commence sa première série : Les aventures de Kelvinn.

les rumeurs de Babel Emmanuel-Lepage KuB
Deux albums en couleur paraissent également aux éditions Ouest France. Il se lance avec d’autres jeunes dessinateurs qui vont connaître aussi une belle carrière, dans la création du fanzine Volapük, et collabore aux journaux de bande dessinée Circus et Tintin Reporter.

En 1990 et 1991 il publie aux éditions Signe de piste deux ouvrages adaptés de l’œuvre d’Huguette Carrière. Cette série sera ensuite reprise aux éditions du Lombard. En 1991, associé au talentueux scénariste Dieter, il commence la série Névé chez l’éditeur grenoblois Glénat.

Ayant achevé les cinq albums de cette série qui fut très remarquée, il entame une nouvelle collaboration avec la romancière Anne Sibran. Tous deux réalisent, dans la prestigieuse collection Aire Libre de Dupuis, La Terre sans mal qui consacrera sa notoriété.


Parcours professionnel 

Un an plus tard il dessine Alex Clément est mort et après un tour du monde de deux ans, il publie aux éditions Casterman deux livres de carnets de voyage : Brésil et America avec des textes de l’écrivain Nicolas Michel. En 2003, il entame ce qui sera considéré comme son chef d’œuvre, le diptyque Muchacho dans la collection Aire Libre. Il décrit le parcours d’un jeune séminariste au Nicaragua qui va se trouver confronté à des relations sociales très dures et à la découverte de sa propre sensualité. Lepage, auteur complet, signe là une œuvre éminemment sensible et engagée, elle sera reconnue par toute la presse unanime et sera couronnée par de nombreux prix. Le trait fin et puissant de Lepage, son dessin raffiné, son art consommé de l’aquarelle font de lui un des plus brillants créateurs de la nouvelle bande dessinée française ; ses ouvrages ont été traduits dans de nombreux pays européens ainsi qu’aux Etats-Unis. En 2008 et 2009, il revient à un travail de collaboration avec Sophie Michel. Ce seront les deux volumes de Oh, les filles, éditions Futuropolis.

Renouant avec le carnet de voyage, Emmanuel Lepage cosigne avec Gildas Chasseboeuf en 2008 le récit d’un séjour à Tchernobyl : Les Fleurs de Tchernobyl, publié par l’association les Dessinateurs (l’ouvrage épuisé sera republié en version augmentée chez l’éditeur la Boîte à bulles fin 2012).

En 2011, changement de cap narratif avec Voyage aux îles de la Désolation. Une BD-reportage dans les terres australes françaises (île Kerguelen, archipel Crozet…) à bord du navire ravitailleur le Marion Dufresne. L’auteur associe, au sein d’un même livre, des illustrations, des planches de bande dessinée et des croquis de voyage et fait ainsi la synthèse de ses différentes approches narratives et graphiques. Toujours dans cette veine du récit du réel, il publie en 2012, seul à nouveau, Un printemps à Tchernobyl. L’album est couronné de plusieurs prix.

En 2014, c’est en collaboration avec son frère, le photographe François Lepage, qu’il publie La Lune est blanche, récit d’un périple aux confins du monde, en Antarctique. Pour le magazine Télérama, l’album, « le récit intime et puissant de leur mission scientifique en Antarctique », fait partie des 10 meilleures BD de l’année 2014. L’ouvrage est finaliste du Grand prix de la critique de l’ACBD de 2015, et obtient le prix France Info 2015.

Emmanuel Lepage collabore aussi à diverses revues (La Revue Dessinée, Long Cours…). Il a participé également à de nombreux livres collectifs. Ses bandes dessinées sont publiées dans de nombreux pays européens, ainsi qu’aux États-Unis, au Nicaragua, au Japon, en Corée-du-Sud et en Chine continentale. Emmanuel Lepage a été distingué par de nombreux prix en France et à l’étranger. Son travail a fait l’objet de plusieurs expositions à travers le monde.

REVUE DU WEB

Interview d’Yvon Le Men par Laure-Anne Cappellesso à propos de Les rumeurs de Babel aux éditions Dialogues

Article de Stéphane Vernay sur le site de Sylvie Robert publié par Ouest France lors de la présentation à Maurepas

Article et vidéo réalisés par France Télévisions à l’occasion du présent spectacle

Article de Ouest France à propos de Une île en terre

LE MEN CHANTE FAVENNEC

J’aime une fille du plus bel âge du plus bel âge et qui souvent/Lance des fleurs sur le passage des musiciens et des amants […]/J’aime la vie du plus bel âge du plus bel âge et qui souvent/Lance des fleurs sur son passage pour faire rêver les vieux enfants.

C’est par ce chant aux consonances médiévales, écrite et composée par Melaine Favennec, le chanteur et musicien de Quimperlé, qu’Yvon Le Men conclut son spectacle. C’est la première fois que je chante sur scène avoue-t-il.

ENTRETIEN

Et pour finir, la conversation à l’issue du spectacle entre Yvon Le Men, le dessinateur Emmanuel Lepage et les éditeurs Thierry Renard et Bruno Doucey.

Retrouvez le texte intégral d’Yvon Le Men et les illustrations d’Emmanuel Lepage dans le très beau livre des Éditions Dialogues.

ESPACE PARTICIPATIF

PROPOSER

une œuvre ou un projet

COMMENTER

votre avis nous intéresse !

KuB vous recommande