KICKBLAST, À Vous De Voir

« À Vous De Voir » par James Digger

L’idée reçue que la poésie serait forcément mièvre a la vie dure.

Dans l’introduction du clip, quelque chose de surprenant se prépare. Mise en tension. Images et musiques syncopées ; homme, chevreuil et piano se succèdent. La mise en place est lente, s’incrustent doucement le nom du groupe KICKBLAST et le titre du morceau À VOUS DE VOIR.
À nous de voir… quoi exactement ? AVDV apporte un petit bouleversement en comparaison des nombreux clips qu’ont réalisé eux-mêmes les Kickblast. Un changement brutal. Le MC Bonbec qui prépare son effet se tourne vers la caméra et – ô stupeur ! – il a les oreilles rentrées dans la casquette. Choc indicible mais pernicieux pour les nombreuses personnes qui ont suivi le parcours clipesque de ces rapeurs costarmoricains. Auparavant l’oreille était saillante et volontaire, parfois rabattue et agressive, souvent impudique. Là elle se fait discrète et rentrée sous le couvre-chef, elle annonce la couleur du titre. Bonbec a troqué son apparence d’homme à tête de choux pour quelque chose de froid et dur.
AVDV est pourtant à l’image de nombreux clips de Kickblast. Ce sont des films comme faits à la maison, régulièrement pétris d’humour et d’autodérision. Là encore peu de moyens, c’est simple et efficace en privilégiant des plans serrés sur le visage du MC. Au cinéma on parle vulgairement de money shots à propos de plans censés susciter l’attrait/le plaisir du spectateur. Plus Kickblast prend de la bouteille et plus cette esthétique économique du plan rapproché fait sens : le money shot du clip, c’est Bonbec, son visage, sa gestuelle, ses vêtements hip hop qui contrastent avec l’environnement rural que l’on imagine breton.


Ici Kickblast est énervé, la bonhomie de son MC ne perce que très peu les épais et bas nuages du clip. Une soupape a dû sauter en emportant cette politesse du désespoir, l’humour. Écouter du rap sans faire attention aux paroles, c’est comme exercer un cunnilingus sans s’apercevoir que madame vous pisse dedans, c’est dommage. Ainsi beaucoup de choses sont évoquées dans AVDV qui s’ouvre par de l’humour noir à propos de racistes qui broient du noir et qui se ferme sur une mise à distance du son en faveur d’une vie hip hop. Une rétrospective se tisse pour aboutir à une conclusion : la musique fait partie du quotidien des Kickblast mais elle n’est pas le quotidien. Sont passés en revue des prétentions d’auteur à hauteur d’un suppositoire, une justice à deux vitesses, une volonté d’attention terre à terre et proche des gens asservis, une colère contre ceux qui créent l’incendie alors qu’est demandée la pluie etc.
Le clip et le titre entretiennent une figure de style extrêmement fertile dans le domaine des arts : le paradoxe. Un paradoxe parmi d’autres retient l’attention : notre truc c’est le flow éthique, une insulte peut être poétique et va t’faire foutre peut être prophétique.
L’idée reçue que la poésie serait forcément douce, bienveillante – pour ne pas dire mièvre – a la vie dure. Aussi et malheureusement, énoncer qu’une insulte puisse être poétique relève du paradoxe. La poésie est dans l’œil de celui qui regarde, certes, mais lorsque tous les yeux consultent un même opticien, se pose la question du point de vue commun et de la pensée commune. Merci Kickblast de contribuer à casser des lunettes, de venir avec AVDV nous casser les couilles avec éthique, merci de déverser un titre de bile qu’il n’aurait pas fallu contenir.

Édito : Léo Dazin

Léo Dazin a renoncé à une carrière de VRP à Saint Brieuc pour une situation stable et sans emploi à Rennes. Dans cette logique il a entrepris et terminé des études universitaires de cinéma à Rennes et depuis préside l’association Équinok Films avec laquelle il réalise des courts métrages et ...

À VOUS DE VOIR

réalisé par James Digger (2015 – 3’20)

ARNAUD HERRY ALIAS JAMES DIGGER

BIOGRAPHIE

James Digger (Arnaud Herry) est le beatmaker du groupe Électro/HipHop KICKBLAST.

Depuis quelques années, il assure également la réalisation des clips du groupe. Une passion pour la vidéo dans laquelle il s’est lancé en autodidacte. Un bon clip c’est surtout une bonne idée, une ambiance, ou encore, un lieu. Pour AVDV on y est allé à l’énergie, on avait déjà repéré le lieu, la lumière coïncidait avec le titre, on a rien scénarisé, en 1h le tournage était terminé. Cette expérience l’a amené à réaliser des clips pour Denez Prigent (An Old Story) et Rockin’Squat du groupe Assassin (Millions de Vues).


En parallèle, il compose aussi pour d’autres artistes français, italiens, canadiens et américains. En 2009, James Digger réalise un album solo sur lequel il invite 35 rappeurs, principalement des États-Unis. Le disque en libre téléchargement s’écoule à plus de 50 000 exemplaires et se voit relayé par la presse spécialisée au niveau national. En 2012, il compose les instrumentaux pour le triple CD sur l’histoire de la Bretagne (Skol Vreizh), décliné ensuite en DVD et émission de TV. En 2014, il sort un album en duo avec le rappeur américain Mad One. En 2015, une de ses musiques est choisie pour illustrer le programme court « piège de freestyle » (France 4 et la Générale de Production). Il remixe aussi 4 titres de l’album An Enchanting Garden de Denez Prigent. En 2016, il sort un mini album Born in 1981 en téléchargement gratuit dans une ambiance retrowave (électro 80’s) ou chaque titre est illustré par un clip vidéo reprenant des images de films rares des années 80.


KICKBLAST

BIOGRAPHIE
KICKBLAST, À VOUS DE VOIR KuB
KICKBLAST évoque le son qui tape dans les oreilles dans les soirées. C’est aussi depuis 2011 le nom d’un duo français d’électro hip-hop, composé de James Digger et de Bonbec le MC, et qui a déjà deux galettes à son actif : Symphonie 1ère en kick bémol et Chat qui pète. Un groupe sérieux qui se fout de tout. L’un de leurs premiers morceaux, Johnny est mort, décrit la France en deuil après le décès de Johnny Hallyday. Un symbole tombe et tout s’écroule, le bon vieux fan de Johnny moustachu pète un câble. Plus récemment avec Chat qui pète, KICKBLAST parodie les vidéos virales sur le Net.

Il arrive aussi qu’ils lâchent un morceau plus sérieux, comme Des pavés et des burnes, laissant exprimer davantage de sensibilité. Très actifs sur le web (plus d’un demi-million de vues cumulées sur YouTube) James et Bonbec réalisent tous leurs clips, où on peut apercevoir entre autres : un âne, des slips, un cracheur de feu, un cadavre, un marteau-piqueur sexy et leur mascotte Ponie.

ESPACE PARTICIPATIF

PROPOSER

une œuvre ou un projet

COMMENTER

votre avis nous intéresse !

KuB vous recommande