Ça farte ?

Surf en Bretagne podcast

Le surf est une culture, un rapport au monde, et dans le monde où nous vivons, le surf trouve de plus en plus d’adeptes. Plusieurs raisons à cela : notre nostalgie des origines, le surf a été inventé par des peuples primitifs, au temps où l’homme vivait en symbiose avec la nature. Aujourd’hui, le surf conjugue voyage et décharge d’adrénaline. Du détachement et de la performance. Par ailleurs, le surf mondialisé produit ses vagues d’images fascinantes sur YouTube, qui joue là encore un rôle d’influenceur.

La série de documentaires radiophoniques de Raphaël Krafft et Gilles Mardirossian fait une halte, le temps d’un épisode, à l’école de surf de Bretagne, pour y partager les impressions de ses membres, ceux qui ont passé leur vie à dos de planche et les jeunes qui apprennent. Histoire de transmission, histoire de passion.

PODCAST

APPRENTISSAGE BRETON EN EAU FROIDE

de Raphaël Krafft réalisé par Gilles Mardirossian (2021 - 55’)

Dans la série documentaire Le surf, une vague mondiale, le deuxième épisode met le cap sur la baie d’Audierne. Encaissée entre les hautes falaises de la pointe du Raz et de la pointe du Van se trouve une petite cabane en bois de 25m2 : l’école de surf de la baie dirigée par Gwendal Le Cléach. Elle fait partie avec neuf autres centres du réseau de l’École de surf de Bretagne.


Ronan Chatain, patron de l’école de surf de La Torche, la première en Bretagne, est à l’origine de ce réseau. Ensemble, ils militent pour un enseignement qualitatif, sur mesure. Difficile d’imaginer qu’il y a 20 ans, la pratique du surf était réservée à quelques happy few. Jean-Paul Lescoat raconte que dans les années 80, ils étaient quatre. La mer était alors considérée comme un espace de dur labeur qui parfois emportait les hommes. Aujourd’hui, en saison estivale les plages sont bondées. Une pression parfois excessive pour les surfeurs locaux, mais nécessaire à la survie des écoles de surf de Bretagne durant le reste de l’année.

>>> un documentaire produit par Perrine Kervran

LA SÉRIE

Le surf, une vague mondiale

Depuis l’épidémie de COVID 19, les sports en milieu naturel ont connu un véritable regain d’intérêt. Ainsi, les écoles de surf se multiplient sur les côtes françaises et notamment en Bretagne. L'épisode 1 de la série est consacrée aux origines du surf et à son expansion. Pratiqué depuis des milliers d’années, le surf né à Hawaï était à l'origine pratiqué afin de célébrer le Dieu de la fertilité Lono. Le he'e nalu (glisser sur la vague) revêtait alors des fonctions politiques et religieuses au sein des sociétés hawaïennes. La découverte de l’archipel par le capitaine Cook et l’arrivée des missionnaires calvinistes à Hawaï va venir bousculer la pratique du surf qui est alors condamnée. Il faudra attendre l’annexion de l’archipel par les Américains en 1897 pour voir renaître cette pratique en voie de disparition. Enfin, le développement du tourisme et plus particulièrement l’émergence des beach boys hawaïens au début du 20e siècle vont permettre le rayonnement mondial de la pratique du surf. En France, la pratique du surf commence à la fin des années 50.


Comme l'explique le troisième épisode de la série, le surf était d'abord une pratique masculine. Il faudra attendre les années 80-90 pour voir apparaître des surfeuses, au point qu'elles sont aujourd'hui hypermédiatisées, les sponsors privilégiant le physique aux compétences. Les surfeuses sont plus de plus nombreuses à pratiquer les grosses vagues et à rivaliser avec les hommes. Le dernier épisode revient sur la quête de la vague parfaite, initiée par les magazines et notamment celui crée par le cinéaste de surf John Severson intitulé Surfer (1960) dans lequel on trouve d’innombrables images de belles vagues partout dans le monde. La quête de la vague parfaite est devenue une invitation au voyage. Ronald Reagan donne aux surfeurs le statut d’ambassadeurs de la culture américaine. En 1965, alors que les États-Unis entrent en guerre au Vietnam, les jeunes surfeurs tentent de fuir l’enrôlement. Mais si cette quête planétaire de la plus belle houle a de quoi faire rêver, ses conséquences écologiques sont en contradiction avec la philosophie de proximité avec la nature.

BIOGRAPHIE

Raphaël Krafft

Raphaël Krafft réalise des reportages et des documentaires pour les radios publiques francophones dont France Culture et France Inter. Il travaille également pour des stations anglo-saxonnes auprès desquelles il s’est initié au reportage radiophonique qui l’entraîne à sillonner le monde. Son premier ouvrage Un petit tour chez les Français (2007) décrit son périple à vélo en quête d'une parole non relayée par les médias.


En 2008, il parcourt le Proche-Orient et dresse le portrait d’une population désenchantée avide de liberté avec Un petit tour au Proche-Orient (2009). Dans son dernier ouvrage intitulé Passeur (2017), Raphaël Krafft part à la rencontre des exilés bloqués à la frontière franco-italienne des Alpes-Maritimes dans l’attente de passer en France afin de demander asile ou de poursuivre vers un autre pays. Il décide de les aider à atteindre la France en entreprenant avec eux l’ascension du col de Fenestre dans le parc du Mercantour.

BIOGRAPHIE

Gilles Mardirossian

Gilles Mardirossian est réalisateur radiophonique, auteur de documentaires de création et compositeur. Suite à l’obtention d’une licence de musicologie à la Sorbonne, il découvre l’univers de la prise de son en travaillant dans plusieurs studios. En 1990, il est engagé en tant que réalisateur à Radio France où il assure la mise en onde des concerts de l’Orchestre national ou encore de l’Orchestre philharmonique tout en réalisant des magazines, reportages et documentaires à caractère musical. Dès 2002, il quitte la mise en onde afin de se consacrer pleinement à la réalisation de documentaires pour France Culture.

REVUE DU WEB

Le surf en plein boom

OUEST FRANCE >>> Il y a encore 20 ans, le surf, en Bretagne, ne se résumait qu’à un embryon de passionnés. La crise sanitaire, les confinements et un désir massif de retour à la nature font que la pratique connaît un boom sans précédent.
FRANCE INTER >>> Justine Dupont, vice-championne du monde de grosses vagues, a conscience des nuisances écologiques provoqués par sa pratique. Elle décide aujourd’hui de viser la neutralité carbone.

THE CONVERSATION >>> Dans une société où la liberté est de plus en plus compromise, le rapport à la nature souvent inexistant, l’aliénation par les technologies toujours plus fortes, le surf représente une manière d’être libre, de se recentrer sur soi.
LES INROCKS >>> En 1965, le réalisateur Bruce Brown emmène deux surfeurs pour un tour du monde. De ce voyage résulte The endless summer, un documentaire à la gloire d’un mode de vie hédoniste.

COMMENTAIRES

    CRÉDITS

    scenario Raphaël Krafft
    réalisation Gilles Mardirossian
    production Perrine Kervran

    KuB vous recommande