Drezen Herve sur le rebord du monde

Hervé Drézen

  • réalisateur

Issu d’une famille de pêcheurs, Hervé Drézen a un parcours professionnel en deux temps, qu’il raconte dans son film Sur le rebord du monde

None

.  Moi, je n’avais pas envie de risquer ma peau. Mon grand-père et mon oncle, ont disparu en mer. Mes parents m’encourageaient à bien travailler en classe pour échapper à une vie rude et pleine de danger. En troisième, on a analysé mes possibilités, on m’a orienté vers une filière technique. J’ai obtenu un Bac STI, un BTS CPI, je pensais I comme industrie. Mes parents étaient fiers, j’avais réussi, j’étais à Paris.

Extrait du dossier artistique : À 22 ans dans l’industrie automobile, j’étais payé pour analyser /quantifier/ organiser / standardiser le travail / améliorer sans cesse la productivité. J’étais rentable, efficace. Un emploi stable : 2500 euros par mois, des sorties culturelles, des bars branchés, un peu de sport, ouvrir un PEL, acheter un logement… J’étais un homme pressé, perdu. J’ai cru mourir. Je suis rentré.

Ce retour à Penmach’ se situe fin 2006. Commence alors le temps de la conversion au cinéma en quelques étapes qui le font passer par TV Rennes, quelques formations et films autoproduits, jusqu’à Sur le rebord du monde qui sera sa première véritable expérience professionnelle en tant qu’auteur-réalisateur, pour laquelle il aura eu la chance d’être accompagné par Nicole Zeizig, de Zazimut productions.