Cheval de Troie

« Le cheval de Troie » par le collectif Les Ailes Du...

Les Ailes Du … est le nom d’un collectif d’artistes mobilisés pour animer la vie culturelle locale à Vannes, notamment aux Bigotes, une galerie située au pied de la cathédrale, dans une bâtisse municipale. De son côté, la mairie met à disposition des espaces publics, recoins de la ville, aux paysagistes désireux d’y créer des jardins éphémères. C’est au croisement de ces deux initiatives que la cour des Bigotes est investie par une représentation du Cheval de Troie. KuB a suivi le processus de conception de cette œuvre collective, inspirée par une proposition de Varban Christov, peintre d’origine bulgare installé à Vannes depuis plus de trente ans.

Édito : Serge Steyer

Auteur-réalisateur d’une trentaine de films depuis la fin des années 80, principalement des documentaires pour et avec la télévision publique (France Télévisions, Arte). Auteur d’articles et de dossiers papier pour Films en Bretagne, dont Photographie de l’activité cinématographie et audiovisuelle en Bretagne (2009) et Réinventons l’audiovisuel public (2013). Directeur ...

JEU D'ENFANTS (2017 - 10')

MYTHOLOGIE

cheval de troie

La Guerre de Troie s'est déroulée vers 1200 av. J-C ; elle est entrée dans la mythologie grâce aux récits d’Homère (7e siècle av. J-C) et de Virgile (1er siècle av. J-C). Ces épopées racontent la ruse employée par les Grecs pour faire tomber Troie après dix ans de siège. Un cheval géant en bois creux est construit, dans lequel se cache un groupe de soldats menés par Ulysse.
Un espion grec réussit à convaincre les Troyens d'accepter cette « offrande ». Le cheval est tiré dans l'enceinte de la cité et les Troyens font une grande fête. La nuit, alors qu’il sont pris par la torpeur de l'alcool, des Grecs s’extirpent du cheval et ouvrent les portes de la ville, permettant au reste de l'armée d'entrer. Les hommes sont tués, les femmes et les filles emmenées comme esclaves. Les enfants mâles sont tués eux aussi pour éviter une éventuelle vengeance.

Né dans la Grèce Antique, il s'est récemment réactualisé sous une forme numérique. Le Cheval de Troie est en effet le nom donné aux logiciels invisibles ou d’aspect banal, programmés pour détourner, diffuser ou détruire des informations dans votre ordinateur, voire en prendre entièrement le contrôle. 

VARBAN CHRISTOV

BIOGRAPHIE
Varban Christov

En 2016, le Musée de la Cohue à Vannes, acquiert dix dessins, fusains et gouache, de Varban Christov. C’est l’occasion d’un rappel sur le parcours de cet artiste.
Arrivé de Bulgarie en décembre 1985, Varban Christov poursuit à Vannes, où il vit, un chemin commencé dans sa ville natale de Rousse, puis à Sofia. Il a d’abord étudié la peinture et l'esthétique à l'école des Beaux Arts de Tarnovo, et très tôt, le musée national de Sofia lui achète quatre tableaux (d'autres œuvres sont conservées dans différents musées de Bulgarie). Le thème des gitans s'impose. Il le décline en peinture, à la manière de Chagall d'abord, puis dans une écriture plastique plus abstraite. Aujourd’hui encore, les images-signes présentes dans les séries de dessins sont un écho de cette inspiration. À Vannes, il commence une série intitulée Les jeux de guerre, inspirés des jeux traditionnels de Bulgarie, où les ocres profonds, les rouges, les noirs, sont mis au service de formes mouvantes et sonores. 

Le contact du crayon sur la feuille

REVUE DE PRESSE
Varban Christov

Le Télégramme >>> Pendant près de 20 ans, le travail de Varban Christov est né dans son atelier « historique » de la rue des Grandes-Murailles, hangar au confort rudimentaire mais au large espace. Depuis un peu plus de deux ans, c'est au fond de la cour d'une rue au joli nom de peintre, Marie-Laurencin, qu'il donne vie à son inspiration. (...) Dans une ambiance de musique classique, l'artiste pose une feuille peinte et préparée au fusain sur sa table de travail. Le soleil rasant d'hiver baigne l'atelier. Parfois, je peux rester une heure à tourner sur ma chaise... Ça coince et je rage. Mais aujourd'hui, pochoirs, doigts et crayon fusain se répondent. Il y a quelque chose de physique, d'organique quand je dessine. J'aime cette sensation du contact du crayon sur la feuille. Je crois que c'est ce qui m'a séduit dès le début, raconte Varban Christov. C'est de sa prime adolescence que lui vient cette vocation. Une passion nourrie aussi par la lecture d'Ambroise Vollard, galeriste qui révéla Cézanne, Matisse Picasso ou Van Gogh.

ESPACE PARTICIPATIF

PROPOSER

une œuvre ou un projet

COMMENTER

votre avis nous intéresse !

KuB vous recommande